Départ de Fioraso, une bonnne occasion d’arrêter le massacre des Universités

17 février 2016

Avec le départ de Geneviève Fioraso pour raisons de santé disparaît, peut-être provisoirement, du moins on peut l’espérer, le Secrétariat d’État à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, ce qui est très regrettable. Sans vouloir faire porter le chapeau à G. Fioraso, il faut se rappeler qu’elle avait quand même accepté la transformation de son Ministère en Secrétariat d’État lors du remaniement ministériel alors que lors des États généraux de la recherche il avait été acquit qu’un Ministère de la Recherche, de l’Enseignement Supérieur et de la Technologie était indispensable pour affirmer le caractère prioritaire de la recherche dans notre pays, et son lien très fort avec l’enseignement supérieur. Encore une promesse non tenue !

En plus de cela, à l’heure du bilan, l’ambiance est plutôt à la déception chez les universitaires, après trois années de gouvernement de gauche. Il faut dire que les attentes étaient fortes et que la fable des 1 000 postes créés par an (en réalité gelés ou supprimés pour raisons budgétaires dans les établissements) et celle de la sanctuarisation du budget de l’ESR n’ont convaincu personne. Au contraire la Ministre a notamment continué à renforcer le financement des équipes de recherche sur projet au détriment des crédits récurrents.

Autre bilan de la gouvernance de Madame Fioraso : la promulgation et la mise en œuvre de la loi sur l’enseignement supérieur et la recherche (dite justement Loi Fioraso), dans la droite ligne de la LRU de Madame Pécresse. L’aspect central de cette nouvelle loi concerne l’obligation faite aux établissements de constituer, dans un calendrier serré, des regroupements d’Universités (principalement sous la forme de communauté d’universités et établissements ou COMUE) conjuguée au lancement d’un deuxième Plan d’Investissement d’Avenir instaurant des financements à plusieurs vitesses, (L’ancien IDEX, auquel s’ajoute l’ISITE) « Initiatives Science – Innovation – Territoires – Economie » avec toujours la même idée maîtresse : doter le pays d’une dizaine de grandes universités dont la recherche sera visible de Shanghai alors qu’il y a une vingtaine de COMUE en cours de reconnaissance. Quid des 10 autres non classées par les experts comme futurs pôles universitaires car « ne disposant d’une puissance et d’un impact scientifique de tout premier plan dans de larges champs de connaissances, et qui ne brillent pas par le rayonnement de leur recherche, l’attractivité de leurs formations, la notoriété de leur corps académique et la qualité de leur gouvernance », si l’on suit les injonctions du Ministère.

Dans ce contexte si notre COMUE « Université Bretagne Loire » est la plus importante en nombre d’étudiant, elle est par contre la moins bien dotée en personnel enseignant et administratif ; ainsi des COMUE comme : « Université de Lyon », « Sorbonne Paris cité », « Paris Saclay », « Université de Dijon » pour des effectifs étudiants moindres ont des taux d’encadrement bien supérieur. Comment répondre à l’excellence dans de telles conditions ? Et qu’en est-il de l’égalité républicaine ? Cerise sur le gâteau face à la dégradation générale des conditions de travail et d’études il y a un urgent besoin de financements et de postes au niveau des Universités, mais cela risque de tarder car dans la situation économique actuelle le ministère prévoit, pour alimenter les dotations de fonctionnement 2015, de prélever 100 M€ sur les fonds de roulement des universités et des écoles d’ingénieurs sous sa tutelle. Est-ce le bon choix : même l’équipe dirigeante de la CPU récemment élue en doute, c’est vous dire…

Loi renseignement, Liberté, Egalité, Fraternité que va-t-il rester de notre République ?

17 février 2016

La démarche du gouvernement est grossière : profiter des menaces terroristes pour étendre une loi restrictive à toute une population. La pilule est un peu grosse à avaler !

Parmi les catégories sociales à surveiller listées par Libération, il y a les terroristes et les Jihadistes, bien sûr, à l’origine de cette loi, les espions à espionner, les trafiquants d’arme qui doivent concurrencer nos ventes officielles de Rafales, les dealers qui pourraient en partie disparaitre si on légalisait la vente du Cannabis, mais aussi les indépendantistes bretons ou autres qui vont sûrement prochainement menacer l’intégrité de notre territoire, enfin les manifestants mais ils se-ront nombreux à surveiller, du moins je l’espère, en fait tous les Monsieur ou Madame « tout le monde » qui ont eu un jour un contact sans le savoir avec un individu appartenant aux précédentes catégories, et en particulier la ménagère de moins de 50 ans déjà beaucoup espionnée par les annonceurs. Par rapport aux journalistes de Libération, je rajouterais les syndicalistes, on voit bien pourquoi, ce sont des gens dangereux, ils forcent les autres à réfléchir.

 

Mais pourquoi les chercheurs ? Parce qu’ils risquent de porter atteinte aux intérêts économiques et scientifiques essentiels et industriels et scientifiques majeurs dit la loi …

Moi qui croyais que mes travaux de recherche comme ceux de mes collègues allaient dans le sens du plus grand bien de mon pays qui d’ailleurs les finançait et souvent pas très bien…

En plus sont aussi visés les étudiants étrangers (surtout les chinois bien sûr) quand on sait que les laboratoires de recherches, comme celui dans lequel je suis encore accepté, sont remplis par des thésards qui ne sont pas de nationalité française. Ils jouent un rôle essentiel dans leur fonctionne-ment et au lieu de porter atteinte aux intérêts de la recherche scientifiques de notre pays ils en sont pour une partie non négligeable les acteurs.

Il semble d’après les sondages qu’une majorité de Français soient d’accord pour que l’on limite leur liberté, je pense qu’il faudrait vraiment leur demander par référendum; et si c’est vraiment le cas, ce dont je doute, corriger la devise qui est gravée sur le fronton des mairies. Déjà que, dans une récente intervention un futur candidat à la présidence définissant notre République en à oublié les deux derniers préceptes : Egalité et Fraternité alors qu’il veut appeler son parti les républicains … pauvre République, tu es mal barrée.

La France coupée en deux

17 février 2016

Faut il faire une analogie entre la théorie des deux France chère à Emmanuel Todd et les résultats de l’évaluation des regroupements des universités ?

Suite aux projets Idex-Isite cinq régions (Aquitaine, Midi-Pyrénnées, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Cote d’Azur, Rhones-Alpes) restent privilégiées toutes au sud (au soleil, la où il fait bon vivre) auquel se rajoute l’île de France confirmant son appellation d’île puisqu’il y a un désert scientifique (du moins d’après les experts) tout autour d’elle et une petite enclave à l’est, la Lorraine, par contre à l’Ouest rien de nouveau !

 

L’UBL+ (Université Bretagne Loire, je traduit l’acronyme car il est difficile de savoir à quoi correspondent ceux présents dans les tableaux des compte-rendus de l’évaluation) est éliminée.

Pour Todd, la France est coupée en deux : la vieille France laïque et républicaine qui a fait la Révolution et qui correspond pour lui, entre autre, au Bassin Parisien, au sud et à la façade méditerranéenne, par opposition à la France périphérique (300 à 400 km de Paris) comme celle de l’Ouest qui était restée profondément imprégnée de catholicisme jusqu’à la fin des années 60 en résistant à la Révolution. Je n’irai pas plus loin dans cette analogie car je ne souscris pas à toutes les idées et propos de Todd (très à la mode malheureusement dans la population, voir son dernier ouvrage).

Il n’en reste pas moins qu’il y a, á différents niveaux, une coupure entre deux France : religieuse pour O. Todd, climatique pour Laurent Romejko, dans la répartition des richesses pour tous le monde, médicale pour le Ministère de la Santé, etc. et maintenant de la recherche scientifique depuis la mise en place des Labex par le gouvernement de François Fillon; politique d’exclusion poursuivie par le gouvernement actuel et les ministres de l’enseignement supérieur et de la recherche qui se sont succédés en restant sur la même ligne droite ! Bien que l’on soit théoriquement sous un gouvernement de gauche et pour finir par disparaître; il n’y a même plus de Secrétariat d’Etat à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche depuis le départ de la regrettée G. Fioraso… Enfin, on nous avait dit que la notation à bases de A, de B et de C était supprimée et voilà qu’elle ressort ici; et cette fois ceux qui étaient abonnés au A+, avec les notes obtenues cette fois par l’UBL, doivent ressentir ce que mes collègues et moi subissons à une plus petite échelle depuis des années : une condamnation sans recours. Je compatis.

 

Devoir de mémoire

17 février 2016

Comme beaucoup, j’ai été très touché par la violence, l’ignominie et l’absurdité des actes terroristes du vendredi 13 novembre et ce d’autant plus que deux de mes fils avaient des places pour aller voir un autre groupe, le lendemain, donc le samedi soir, au Bataclan.

 

Si la plus part des gens, je m’associe mais de loin aux cérémonies du souvenirs organisées un peu partout, je crains que rapidement d’autres actualités ne prennent le dessus comme la COP21 ou les élections régionales à venir et que les victimes soient rapidement oubliées. La France va faire son deuil comme on dit dans pareil cas. Aussi je salue la belle initiative du journal libération qui sous le titre « Génération Bataclan » publie tous les jours depuis les attentats du 13 novembre un portrait et une courte biographie des victimes afin de faire connaître à tous, ce qu’aura été leur courte vie avant qu’ils ne tombent dans l’oubli. Je regrette seulement que cette démarche originale reste discrète hormis pour les lecteurs assidus de ce journal dont je fais partie.

 

Je ne suis pas convaincu que l’envoi de notre prestigieux porte-avion afin d’intensifier des bombardements qui tuent aussi des civils innocents dans les zones occupées par Daech soit la meilleure des solutions. Comme beaucoup, je ne crois pas que cette escalade de la violence à plusieurs milliers de km de notre pays permettra d’éradiquer les islamistes radicalisés susceptibles de devenir des terroristes dans la mesure où, cela vient de se vérifier, ils sont déjà chez nous et ce depuis longtemps.

 

En tant que pacifiste non violent et normand je n’oublie pas les bombardements en aveugle à 10 000 pieds du siècle dernier, même si c’était pour une bonne cause, ont beaucoup touchés les habitants des côtes normandes, eux aussi victimes innocentes. Même s’ils sont maintenant dit chirurgicaux donc très précis, les bombardements actuels touchent quand même de temps en temps une école, voire un hôpital ou un rassemblement festif comme un mariage dans la totale indifférence des pays européens et de leurs habitants. Tout cela demande réflexion, une attitude un peu désuète dans notre époque de communications et d’informations permanentes.

 

Pour qui vote-t-on ?

17 février 2016

Je pouvais être sur la liste des candidats aux élections régionales, mais mon parti politique a décidé démocratiquement de ne pas présenter de liste, essentiellement pour des problèmes financiers. Si bien que non favorable au vote blanc, mon choix va être difficile au lieu de voter pour une liste, je vais devoir faire un non choix en votant contre une des listes voir contre plusieurs.

Par contre quelque chose m’étonne nous devons élire nos représentants au conseil régional et dans les documents reçus pour le vote pour l’ensemble des partis qui présentent des candidats (une liste complète doit comporter entre 60 et 100 candidats) une unique information sur la tête de liste (belle photo) et parfois quelques adjoints est donnée.

Hors il me semble que nous allons voter à l’aveugle car dans cette élection nous allons voter pour nos futurs représentants au conseil régional sans les connaître, d’autant plus que dans ma ville comme dans d’autres il y a des machines à voter au niveau desquelles, dans l’isoloir, l’information est des plus réduite.

De ce fait cette élection régionale est dévoyée car elle devient une sorte d’élection nationale (voire une anticipation de la présidentielle) pour des partis politiques qui mettent en avant leurs leaders. On s’étonnera ensuite du peu d’intérêt des électeurs et du faible taux de participation. Tout cela est navrant, mais j’irai quand même voter dimanche pour le parti le moins mauvais et le choix n’est pas facile. C’est navrant, il est temps de changer la donne ….

Choir ou déchoir

17 février 2016

 

Les oreilles rabattues par le débat actuel sur la déchéance de la nationalité je me suis  rappelé que dans ma jeunesse, pacifiste, j’avais une carte de citoyen du monde, qui était en quelque sorte une sorte d’auto déchéance de ma nationalité française  que je n’appréciais pas surtout parce que cette nation m’imposait un service militaire obligatoire.

 En fait non puisque le fait de s’enregistrer comme citoyen du monde (cela existe encore) n’implique pas l’abandon de sa nationalité mais plutôt le refus de la mondialisation telle qu’elle se définit actuellement avec des états souverains complètement dépassés et incapables de résoudre les besoins essentiels des hommes au niveau mondial et de faire disparaître les nombreuses menaces qui pèsent sur l’Humanité (et il n’y a pas que l’effet de serre). La course aux armements et la réponse à la violence par la violence ne résoudront jamais les conflits en cours et à venir. L’unique solution même si elle est complètement utopique est la mise en place de lois mondiales acceptées par tous les états et garantissant à chaque individus une liberté et une sécurité pour tous. Pour ce qui est de cette histoire de déchéance de nationalité à introduire dans la constitution, le gouvernement s’enferre dans une voie sans issue et surtout sans intérêt. L’attitude de Christine Taubira devrait être un exemple à suivre pour tous ceux qui se disent encore de gauche dans ce gouvernement. Tout cela est navrant et augure mal de l’avenir de notre pays.

Bonjour tout le monde !

17 février 2016

Bienvenue à toutes et à tous

Comme mon accès au Plus du nouvel Obs a été bloqué, j’ai ouvert ce blog afin de continuer à diffuser mes chroniques.

Ce sera moins diffusé,  mais il me permettra malgré tout de m’exprimer mais aussi de vous exprimer.

En attendant de vous lire, bonne lecture !

PS – Je vais essayer d’y placer mes précédentes chroniques, si je les retrouve, car elles étaient stockées sur le Plus et non seulement pour vous mais à moi aussi l’accès est bloqué, pour un journal de gôche ce n’est pas satisfaisant !

1...1920212223