Archive de la catégorie ‘Non classé’

Feu d’artifice raté !

Lundi 15 juillet 2019

 Le 14 juillet est passé et Macron n’a rien fait péter ? Avec 69 % de français qui ne lui font pas confiance d’après les deniers sondages, plutôt qu’une explosion c’est une implosion, l’embellie suite aux élections européennes a fait plouf. Il faut dire que de la façon dont il maltraite le pays en refusant le dialogue social cela ne doit pas aider.

Licenciement post élection européennes

Suite aux élections européennes, (avant ça n’aurait pas fait un succès), une série de plans de suppression d’emplois dans l’industrie ont été annoncés par les conseils d’administration de plusieurs sociétés. Le gouvernement n’a pas réagi, ne cherchant pas les moyens d’inverser cette tendance, à croire que cela l’arrange. C’est  pourtant inquiétant dans la mesure où nous allons devenir rapidement l’un des pays européens les moins industrialisés. La seule réaction du premier ministre a été de se dédouaner annonçant que dans certains cas comme pour Belfort et Alstom, ils n’était pas au courant, mon œil. Pour ce gouvernement le mensonge est un élément de langage très utilisé qui le décrébilise. Il nous prend pour des imbéciles. 

Industrie, on brade

Dernier scoop, avec le projet Poséidon le gouvernement est en train de brader discrètement un groupe industriel français stratégique : rapprochement entre Naval Group (constructeur naval militaire français) et des chantiers navals italiens et dont le cœur stratégique serait situé à Gênes en Italie. L’argument principal étant de développer les exportations comme si ce gouvernement de branquignoles avait oublié que le rôle principal de cet industrie, qui fonctionne parfaitement, est de fournir à l’armée française des équipements plus performants que ceux des autres pays.

Deuxième période 

 La deuxième phase de son quinquennat est lancée avec un agenda de réformes très contraint afin de rattraper les 6 mois perdus par la faute des gilets jaunes. Les parlementaires vont avoir du pain sur la planche en démarrant plein pot par une révision des lois de bioéthique qui fait réagir avec l’extension de la PMA à  toutes les femmes. Au retour des vacances le planning va serrer car il va falloir caser la réforme des retraites et le projet de loi de finance pour 2020. À ce sujet, il va quand même falloir financer les 10 milliards promis aux gilets jaunes et les 5 milliards de baisse d’impôts promis aux autres citoyens ! Qui va payer, pas les ménages ce serait aberrant mais les entreprises en réduisant leurs niches fiscales, ce qui ne fait pas un succès au niveau du MEDEF. La réforme des retraites comme celle de l’assurance chômage ou la privatisation de l’aéroport de Roissy et du reste commencent à semer le doute chez les députés LREM jusqu’ici très bénis oui-oui.

Municipales 

De même dans l’optique des élections municipales de 2020, les maires auxquels Macron a fait les yeux doux lors de son grand débat, en espérant en récupérer un bon nombre, surveillent de près la réduction progressive de la taxe d’habitation qui doit disparaître totalement et pour tous, même pour les riches en 2023. C’est sans risque puisque la patate chaude sera pour le prochain président ! A moins que Macron ne fasse un deuxième mandat ce qui serait catastrophique !

Une surprise pour les écologistes

Lundi 8 juillet 2019

 

A l’encontre des promesses récentes avec l’engagement de l’état de ne pas signer de traités qui aillent à l’encontre des engagements de la France pour l’environnement, Macron jette un double pavé dans la mare des écologistes. D’un côté le Mercosour, accord commercial avec les pays d’Amérique du sud, qui vient d’être signé par le gouvernement et d’autre part en demandant au parlement de ratifier au plus vite le texte du CETA (accord commercial transatlantique avec le Canada). Ce dernier est déjà entré en application depuis 2 ans sans avoir été ratifié par les députés de l’assemblée nationale ! Cet accord de libre échange est qualifié de climaticide alors qu’Emmanuel Macron il y a plus d’un an s’était engagé solennellement à La Tribune des Nations Unis à donner la priorité à l’urgence climatique et à l’environnement au détriment des considérations commerciales. Peut-on lui faire confiance  ?

Hulot et Jadot

Du coup Nicolas Hulot et Yannick Jadot réagissent violemment; pour le premier le Mercosour est antinomique avec la lutte contre le dérèglement climatique et le second parle de duplicité indigne du gouvernement. Mais ils ne sont pas les seuls et dans la majorité cela commence à grincer. La porte parole du gouvernement met des bémols en ce qui concerne le Mercantour précisant que « la France n’est pas prête à ratifier l’accord ». Il sera étudié en détail avec des demandes de garanties (vœux pieux) aux pays partenaires et en particulier au président du Brésil en ce qui concerne la déforestation de l’Amazonie, on peut rêver !

Rendre la vie impossible

Pourtant, Macron demandait il y une semaine aux militants écologistes de lui rendre la vie impossible; ils l’ont pris au mot en occupant un pont parisien de façon non violente avec le résultat que l’on connaît; encore des violences policières à coup de bombes de gaz lacrymogène dans le visage des militants. Vu les protestations indignées émises par des personnalités de tout bord et le parquet de Paris a décidé  de mettre en place une enquête judiciaire tandis que Christophe Castaner demandait un rapport au préfet de police sur les modalités de cette évacuation. Encore heureux qu’aucun ne soit tombé dans la Seine ! 

Ça gaze pour De Rugy

De son côté, François De Rugy, toujours aussi nul, contre les gaz à effet de serre mais pas contre les gaz lacrymogènes, justifiait cette intervention par une entrave à la circulation des véhicules pourtant polluants dans la capitale. Le même jour, il se félicitait du vote par le parlement de la loi énergie-climat dont le contenu a pourtant été bien allégé au fur et mesure des débats sous la pression des lobbies. Pour en finir avec la pollution à Paris, il semble qu’à proximité de Notre Dame, suite à l’incendie, une pollution au plomb exceptionnelle a été observée sans qu’aucune précaution ne soit prise par les responsables qui ont plutôt caché le problème et par notre gouvernement de comptables qui s’est surtout intéressé à la récolte de l’argent pour sa reconstruction.

 

Macron gentil pas gentil

Lundi 1 juillet 2019

Il y a déjà eu un Macron pas gentil (merci JYC), mais il y a bien longtemps, né en -21 avant JC et mort en 38 c’était un préfet du prétoire romain que l’on soupçonne d’avoir assassiné l’empereur Tibère, donc un tueur comme l’actuel. Par la suite, il favorisa l’ascension de Caligula  qui ensuite l’obligea à se suicider, pas très reconnaissant l’empereur. Espérons que le successeur de Macron sera moins machiavélique mais seul l’avenir nous le dira encore qu’un suicide au moins politique n’est pas impossible.

Macron n’est pas gentil

 Notre Macron n’est pas non plus très gentil hormis avec les citoyens les plus riches qu’ils gavent depuis son élection. Par contre avec les plus de six millions de français laissés pour compte qui survivent avec difficultés, il est plus que maladroit, voire provocateur quand il parle de ceux qui ne sont rien.

Un peu brutal

Il a traité de façon très brutale pendant 6 mois les gilets jaunes en leur envoyant les forces de l’ordre et en cautionnant les violences policières (17 personnes éborgnées et 4 mains arrachées). Beaucoup de  ses réformes à marche forcée ne vont pas dans le sens du bien-être de la population comme celle de l’assurance chômage dont le but est d’économiser plus de 3 milliards d’euros au détriment de quelques  chômeurs qui ne toucherons plus rien ! De quoi vivront ils ?

Parfois trop gentil

Philippe Besson qui a écrit une hagiographie sur le susdit président : « Un personnage de roman » a été récompensé par une nomination comme diplomate à Los Angeles sans justifier de compétences particulières. Cela a quelque peu choqué les vrais diplomates et leurs syndicats on déposé un recours contre cette nomination pour le moins cavalière. Mais en mars dernier le conseil d’état a annulé le texte qui donnait à Macron le pouvoir de choisir et de nommer les 22 consuls de France dans le monde, ce qui a par répercussion annulé la nomination du romancier. Pas toujours facile d’arroser les copains quand on est président d’un pays où il reste encore un soupçon de démocratie.

Macron champion de la langue de bois

Lundi 24 juin 2019

Il n’y aura pas de fermetures d’hôpitaux ni d’écoles, mais il y aura des fermetures de services et des fermetures de classes, ce président nous prend vraiment pour des imbéciles à qui on peut faire avaler des couleuvres. Ce ne sont plus des promesses mais littéralement des mensonges comme disait Arlette, dans le bon temps : »travailleurs, travailleuses on nous ment, on nous spolie »! Bien sûr ces fermetures concerneront essentiellement les petites écoles de campagne et les hôpitaux peu rentables des villes moyennes et en particulier des maternités, obligeant les parturientes à faire plusieurs dizaines de km pour accoucher.

 

Les campagnes s’appauvrissent 

 

Dans le même temps les biens immobiliers des habitants des villes moyennes et des campagnes ne cessent de perdre de la valeur au bénéfice des grandes villes. Ainsi alors que le prix du m2 ne cesse d’augmenter à Paris (dépassant en moyenne les 10 000 €) il ne cesse de baisser pour les habitations de province, tandis que leurs charges augmentent du fait du prix du mazout et de l’électricité. De la même façon alors que dans les grandes villes les transports en commun sont subventionnés, dans les campagnes l’essence et le gazole des véhicules particuliers, dont les prix ne sont pas régulés,  pénalisent fortement les frais de déplacements journaliers des habitants. 

 

Les revendications des gilets jaunes se sont étendues 

 

Si la taxe sur le gazole, à l’origine du mouvement des gilets jaunes, n’a pas été appliquée le prix du carburant a malgré tout augmenté du fait des variations des cours du brut. C’est donc loin d’être réglé et les revendications des gilets jaunes se sont rapidement étendues en demandant une augmentation de leur pouvoir d’achat, plus de justice fiscale dont la remise en place de l’ISF, la suppression de l’augmentation de la CSG non compensée pour les retraités, une consultation plus fréquente du peuple par référendum, l’augmentation du SMIC et des retraites, l’interdiction du glyphosate et la suppression de la limitation à 80 km/h, pour ne relever que les principales. En résumé plus de justice sociale et moins de précarité. Lors de son grand débat Macron le magicien a escamoté toutes ces revendications, mais du coup rien n’est résolu et la cocotte risque prochainement d’exploser. Pour positiver, à une époque récente, on s’était demandé à quoi pouvaient servir tous ces ronds-points que les maires installaient à l’excès dans leurs communes, maintenant grâce au gilet jaunes on le sait !

 

 

 

Sauvons la forêt

Lundi 17 juin 2019

 

C’est surtout ceux qui l’entretiennent si bien qu’il faut sauver. En effet depuis plusieurs années les gouvernements successifs ont mis en place un plan sournois de privatisation de l’ONF, un organisme publique qui gère, assure leur entretien et protège les forêts. Le principal défaut pour l’état et l’actuel gouvernement, c’est que les agents de cet organisme sont des fonctionnaires. Une politique de dé-fonctionnarisation des emplois est en route en remplaçant les départs en retraite par des emplois privés. En conséquence il n’y a plus de concours de recrutement de fonctionnaires à l’ONF depuis quelques années. Si traditionnellement il y avait déjà 40% d’emplois privés au sein de l’ONF ce pourcentage va augmenter rapidement, c’est la fin programmée d’un service public (un de plus).

Une nouvelle mission

Tout cela correspond à un changement de la mission du forestier. Si l’un des rôles de l’agent, armé et assermenté, était de surveiller (empêcher le braconnage), de gérer et de protéger la forêt, ces fonctions disparaissent au profit d’activités financièrement plus rentables pour l’état, la production et la vente des arbres avec de nouvelles spécifications. Le bois doit être façonné en fonction des applications industrielles. La nature doit s’adapter aux exigences de l’industrie; ce n’est pas vraiment dans l’esprit du garde forestier.

Une usine à bois

Ce métier de passion évolue vers une surexploitation de la ressource qui devient une usine à bois. Encore une ressource renouvelable et un bien commun national qui va passer au privé, comme les barrages hydroélectriques, la politique de ce gouvernement est suicidaire. Récemment les forestiers sont sortis du bois (!)  pour protester contre leur privatisation au profit des grands lobbies toujours à l’affût ! Il faudrait les soutenir si l’on veut continuer à promener nos petits enfants sans risque dans les forêts domaniales comme celle de Bercé dans la Sarthe. Pourtant les choses avancent, la déclaration des droits de l’arbre vient d’être proclamée à l’assemblée nationale lors du colloque d’une association de défense de la forêt.

Pas mieux ailleurs

Si l’on quitte le territoire national, la situation n’est pas meilleure. Le problème principal est la destruction des forêts tropicales pour les remplacer par une culture industrielle de palmier à huile au détriment de ses habitants donc de la biodiversité. Total n’est pas en reste en envisageant d’installer une bio-raffinerie pour produire du biodiésel à partir d’huiles d’origines diverses mais surtout d’importantes quantités d’huile de palme importées. Pas de chance les députés ont retirés l’avantage fiscal à l’huile de palme en décembre dernier et le parlement européen a voté l’interdiction d’utiliser l’huile de palme comme carburant à partir de 2021. Comme d’habitude ce gouvernement va dans le mur privilégiant les lobbies au détriment des citoyens, c’est navrant !

Réforme du bac

Lundi 10 juin 2019

Jusqu’ici le baccalauréat était un diplôme universitaire, le premier, et c’était d’ailleurs un enseignant-chercheur qui, en président le jury, le délivrait au candidat. C’était un honneur mais aussi un pensum pour mes collègues et moi lorsque l’on était désigné par l’administration. Ce diplôme permettait d’accéder à l’université dans la filière de son choix, mais l’augmentation conséquente des bacheliers a fini par engendrer des problèmes d’accueil dans certaines filières et a obligé les gouvernements successifs à trouver des solutions qui n’ont pas toujours été très heureuses comme le tirage au sort de triste mémoire. La mise en place de « Parcoursup » tente de résoudre partiellement ce problème de sureffectifs en orientant de force certains étudiants vers des filières moins engorgées et à priori plus en adéquation avec leur formation dans le secondaire. 

Réforme à marche forcée 

Avec la réforme du baccalauréat, à marche forcée, mise en place dès la rentée prochaine par l’actuel Ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel Blanquer,  il va y avoir de nombreux bouleversements qui inquiètent à la fois les enseignants,  les parents d’élèves mais aussi très certainement les futurs bacheliers. Le ministre se vante d’un large consensus pourtant en 2018 le conseil supérieur de l’éducation avait rejeté massivement le projet du ministre.

Une escroquerie

Plusieurs problèmes apparaissent : la disparition des maths dans le tronc commun alors que l’on manquait déjà de scientifiques est une mauvaise idée. La suppression des  filières classiques au profit de « spécialités » choisies par les élèves en fin de seconde (parcours individualisé), est une escroquerie dans la mesure ou la liberté de choix, prônée par le ministre, va se heurter à la réalité du terrain. Chaque établissement ne sera pas en mesure de proposer toutes les options et loin de là. C’est une logique de concurrence entre élèves et entre établissements qui se met en place avec la possibilité d’aller chercher des options manquantes dans les établissements privés. 

Logique de tri sélectif

Avec le « parcours individualisé » et  le  « parcoursup » à l’arrivée, c’est une logique de tri qui se surajoute. L’élève-produit devra apprendre à se vendre, à construire son CV pour être accepté dans les formations de l’Enseignement Supérieur. En faisant cela on renforce l’individualisme des élèves au détriment de l’égalité républicaine. Les établissements de banlieue ou de province,  déjà souvent mal dotés en formations, et qui accueillent  des élèves issus de catégories sociales défavorisées, risquent de voir leurs offres encore diminuer.

 Cette réforme a surtout pour but de faire des économies sous couvert de révolution pédagogique. Le manque de moyens inhérent à l’éducation nationale depuis des lustres va se poursuivre avec des classes surchargées; la barre a été fixée à 36 élèves par classe pour obtenir des moyens supplémentaires, c’est très pédagogique ! Il faudrait surtout sauvegarder le caractère national de ce diplôme, mais ce gouvernement libéral a tendance à tout dénationaliser. Que va-t-il rester de nos valeurs républicaines après son passage, on peut craindre le pire !

 

Encore plus de CO2

Lundi 27 mai 2019

Un nouveau record mondial, mais de celui là on ne peut pas en être fier : la teneur en dioxyde de carbone ou CO2 a dépassé les 415 ppm (parties par million). Triste record alors qu’en 2015 elle était encore à 400 ppm et que dans les années 1990 quand nous étalonnions au laboratoire l’analyseur de CO2 dans l’infrarouge, la valeur retenue était de 380 ppm. Il faut regarder très loin en arrière de l’ordre d’au moins 3 milliards d’années pour retrouver une telle teneur dans l’atmosphère de notre planète.

Accord de Paris

Malgré l’accord de Paris de 2015, en 2017 les émissions de gaz à effets de serre ont battu tous les records en augmentant de façon croissante tous les ans de 2,5 ppm en moyenne et devrait augmenter de 3 ppm cette année. Bien que l’humanité soit maintenant consciente du danger, on s’étonne qu’un Donald Trump aux USA ou un Bolsonaro au Brésil puissent continuer, sans état d’âme et sans être inquiétés, à exploiter intensément les énergies fossiles pour le premier ou à détruire la forêt amazonienne pour le second ! Que fait l’ONU à part distribuer des prix de champion de la terre comme pour Emmanuel Macron en 2018 ? Pourquoi pas Trump ou Bolsonaro pour 2019 ! Suspens. Pourquoi ces états et leurs présidents ne sont-ils pas poursuivis alors que la notion de crime écologique est maintenant acceptée par la plupart des nations.

Pas uniquement la Chine

Avec 29 % de rejet la Chine est le premier émetteur de CO2 devant les États Unis qui y participe pour 15 %. L’Union européenne arrivant en troisième position avec 11%. Par contre les émissions par habitants placent les États Unis loin devant la Chine. Pour notre pays l’émission de CO2 est quand même de 5,3 t par habitant, mais c’est deux fois moins que nos voisins allemands. Les origines de ce CO2 sont principalement la combustion du pétrole, du charbon et du gaz auxquels s’ajoutent la déforestation et l’utilisation des sols qui en résulte. Alors que le système se régulait depuis des millénaires les puits de carbone naturels éliminant le CO2 de l’atmosphère au fur et à mesure qu’il était produit par les sources naturelles comme la respiration, la décomposition des végétaux et le rejet océanique. Grâce à ce mécanisme le niveau de dioxyde de carbone se maintenait à un niveau satisfaisant,  un équilibre qui s’est maintenu depuis des millions d’années jusqu’à ce que les activités humaines le perturbe en ajoutant du CO2 dans l’atmosphère mais sans prévoir son élimination. Bien que l’apport du aux activités humaines soit faible par rapport au dioxyde de carbone anthropomorphique, elles ont suffit à engendrer un déséquilibre. Il ne reste plus qu’à planter beaucoup d’arbres mais j’ai peur que ce soit un peu tard et sûrement insuffisant ! La jeunesse est inquiète en manifestant tous les vendredis et elle a raison.

Coïncidence, hasard ou nécessité

Lundi 20 mai 2019

 

Le jour du dépassement est atteint : c’est la date  où l’Europe a épuisé ses ressources pour l’année 2019.  Donc en un peu plus de 4 mois les européens ont épuisés toutes les ressources naturelles (arbres, poissons, etc.) du continent disponibles pour l’année. C’est aussi le jour où nos émissions de gaz à effet de serre dépassent ce que nos océans et nos forêts peuvent absorber.

Programme européen de Macron

Comme par hasard la veille est publié le programme européen de Macron qui est tout d’un coup très écologiste, une thématique pourtant jusqu’ici oubliée dans les discours d’un président pas très vert. Ce revirement très conjoncturel est difficile à croire et les principales mesures comme une taxe carbone aux frontières pour tous les produits provenant de pays ne respectant pas les normes environnementales européennes, souvent proposée mais jamais appliquée. Ou encore l’interdiction des pesticides, vœu pieu tout de suite démenti par le président lui même, ne ciblant l’interdiction du glyphosate que dans 3 ans et avec des réserves, etc.

20 % de la bio capacité

Avec 7 % de la population mondiale les européens consomment 20 % de la bio capacité de la terre. Si le reste du monde faisait pareil il faudrait presque 3 planètes pour subvenir aux besoins de la population mondiale. Inverser cette tendance est pourtant  indispensable. La campagne sur la réduction de la consommation de viande ou la campagne sur l’isolation gratuite des maisons sont une fois encore des voeux pieux.

« Quand je serais grand je voudrais être vivant »

Les manifestations des jeunes pour le climat, qui se sentent beaucoup plus concernés que nos dirigeants la plus part cinquantenaires, sont impressionnantes mais n’atteignent pas vraiment leurs buts. Le slogan « quand je serais grand je voudrais être vivant » résume bien leur revendications, mais elle étaient jusqu’ici peu prise en compte par l’actuel gouvernement qui avait déjà fort à faire avec celles des gilets jaunes. L’approche des élections européennes a changé la donne et soudain le programme de LREM prend tout d’un coup en compte tous les problèmes environnementaux, comme un battement d’ailes de papillon aurait dit Loiseau !

Scandale des votes

Lundi 13 mai 2019

 

Un vrai scandale et une manipulation : l’assemblée nationale vient de voter la vente des bijoux de famille à 6 h du matin après une nuit de débat  par 42 voix contre 17 sur 577 députés, le compte n’y est pas. Où étaient les autres députés dans leur lits ou en boîte de nuit comme Castaner ? Suite à ce vote, c’est un paquet cadeau qui est proposé au privé avec comme produit d’appel « ADP aéroport de Paris », en deuxième lot « la française des jeux » et cerise sur le gâteau quelques reliquats d’ENGIE. Rien ne justifie ces privatisations hormis de combler le déficit des fins de mois de notre président.

 Votes discrets

Un autre vote discret de nuit reculant de trois ans la date d’interdiction des pesticides par 27 voix contre trois, on croit rêver nos députés sont des couche-tôt. Lors du vote pour l’interdiction du glyphosate, amendement qui a été rejeté par 63 contre et 20 pour,   491 députés étaient absents. On continuera donc à nous empoisonner et à hypothéquer l’avenir de nos enfants.

Députés inconséquents

 L’inconséquence de nos représentants du peuple grassement rémunérés est un scandale, mais il semble qu’il n’y ait rien à faire, car à l’assemblée il n’est pas prévu de quorum minimum pour les votes. Le taux moyen de présence aux votes est autour de 20 % ce qui choque beaucoup de nos citoyens . Pour lutter contre cet absentéisme chronique et la possibilité qu’ils ont de voter par procuration sans être présent dans l’hémicycle, dorénavant les scrutins indiqueront clairement le nom de ceux qui ont été effectivement présents dans la salle lors du vote. Il y a bien des sanctions financières prévues pour les absents récidivistes mais elles ne sont jamais appliquées. En commission pour plus de deux absences consécutives un prélèvement de 360 € sur leur indemnité est effectué. Une plus grosse amende est prévue, de 4320 €  pour une absence à plus de deux tiers des scrutins sur une session entière, mais elle n’a jamais été utilisée, quelle clémence !

Cela continue

 Le 10 avril il y avait en moyenne 70 députés présents, 90 la veille, le 8 une cinquantaine, pire le 29 mars une vingtaine, surprise le 26 ils étaient presque tous là pour voter la loi sur l’orientation et la transformation du système de santé (349 pour, donc soutien inconditionnel au gouvernement) mais cela a été la seule fois dans le mois. C’est navrant ! En février ce n’est pas mieux sauf au début du mois pour voter la loi visant a prévenir les violences lors des manifestations et à punir les auteurs. Même histoire en janvier avec une seule séance qui fait le plein. Inutile de regarder sur 2018 on trouverait la même chose. La majorité absolue de LREM fausse le jeu démocratique, les autres partis faisant de la figuration. Quid de la démocratie ! Difficile dans des conditions de motiver les électeurs pour aller voter pour leur représentants aux élections européennes !

 

 

La castagne

Lundi 6 mai 2019

 

Avec Castaner c’est la castagne, la traditionnelle manifestation du 1er mai qui réunit les travailleurs dans beaucoup de pays, bien encadrée par les services d’ordre des syndicats, se déroule habituellement sans violences. Pourtant cette année notre ministre de l’intérieur avait prédit une tuerie avec plusieurs milliers de black block (formulation impropre car les black block ne sont pas un mouvement mais une technique de manifestation violente ou non, propre à un groupe d’individus qui se distinguent car ils sont vêtus de noir), détruisant tout sur leur passage et justifiant de la présence de forces de l’ordre importantes. Déçu par l’absence de violences les CRS ont fait de la provocation chargeant les manifestants sans raisons, pendant que Macron à l’Élysée offrait du muguet à ses amis les riches qui le soutiennent, les forces de l’ordre balançaient des châtaignes et des grenades qui n’étaient pas parfumées au muguet à ses ennemis, les gens qui ne sont rien !

Premier mai raté

Du fait de la présence massive des CRS, les syndicats et les associations organisatrices se sont senties dépossédées de leur premier mai et ont vivement protesté contre les violences policières et les provocations de Castaner qui a poussé le bouchon jusqu’à mentir en parlant d’une attaque de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière par les manifestants  alors que pris en tenaille par les CRS ils essayaient de rentrer dans un lieu publique pour se protéger des tirs de grenades lacrymogènes. Une fake New reprise par les principaux membres du gouvernement sans aucune vérification uniquement dans le but de monter la population contre les gilets jaunes.

Pétain le retour

 Reprenant une formulation de Pétain, notre président présente le 1er mai comme la fête de ceux « qui aiment le travail et le chérisse » selon ses propos, formule chère au gouvernement de Vichy, alors que la fête des travailleurs célèbre leurs droits et leurs acquis sociaux et rend hommage à leurs combattants tirant son origine dans l’histoire du mode ouvrier. Une boulette de plus, est-il inculte ou en fait-il exprès à moins que cela ne lui ait pas été enseigné à l’ENA ce qui justifierait la fermeture de cet école pleine de mauvais prof ! A moins encore qu’il ait été mauvais élève ?

Plein de Benalla

La place de la Contre Escarpe est restée calme comme l’an dernier jusqu’à l’intervention d’Alexandre Benalla et de son comparse qui trouvant, à l’époque, les forces de l’ordre trop passives sont intervenus violemment déguisés en policiers en arrêtant un jeune couple de manifestants. En souvenir de cet événement historique, sur cette place a été organisé un «Benalla bloc» les manifestants portant des masques de Benalla. Fait-il encore peur ?

12345...20