Archive pour mars 2021

Attention les réformes très négatives de Macron ressortent du placard !

Lundi 29 mars 2021

 

Cela commence par la réforme du chômage afin de le rendre plus égalitaire. Mauvais argument pour cacher la sordide réalité :  réduire les coûts au détriment des chômeurs.  Ce gouvernement issu de LREM  à  une propension  à taper sur les plus démunis et protéger les plus riches, c’est dans son ADN de parti libéral.

Mesures controversées ! 

Sur ce cas précis, les nouvelles mesures très controversées consistent à durcir l’obtention du droit au chômage qui passe de 4 à 6 mois de travail pour en bénéficier, mettre en place un nouveau calcul de l’allocation chômage qui va baisser de 20 % pour un tiers des travailleurs, instituer une dégressivité de l’allocation chômage pour les gros revenus et enfin instaurer un bonus/malus pour les entreprises faisant trop appel aux emplois précaires.

Du moins plus longtemps ! 

Par exemple concrètement l’allocation chômage d’un smicard devrait passer de 985 € par mois sur 8 mois à 674 € sur 14 mois, une politique du moins perçu mais du plus longtemps ! C’est pitoyable, tout cela pour faire plaisir à l’Europe. Elisabeth Borne, la ministre du travail prépare un décret pour replâtrer sa loi sur la réforme de l’assurance chômage pourtant rejetée par le conseil d’état.

Insécurité !

En réformant cette loi en pleine pandémie elle ajoute de l’insécurité à l’angoisse des travailleurs  précaires déjà  gravement touchés par la crise sanitaire. En s’acharnant sur les indemnités des chômeurs qui survivent avec les contrats courts que leur octroie le patronat dès cette année alors que les sanctions pour les employeurs n’apparaîtront qu’en 2022. Encore une mesure antisociale injuste mais ce gouvernement en est coutumier !

Économies sur le dos des chômeurs !4

Cette réforme qui sera mise en place au moins partiellement en juillet prochain permettra d’économiser plus d’un milliard d’euros en année pleine. Chercher en pleine pandémie à faire des  économies sur le dos des chômeurs est dénoncé par les syndicats et unanimement contestée. Sa mise en application était prévue au premier avril, quel humour, un poisson dur à avaler pour les travailleurs, mais heureusement cette réforme devrait être retardée.

Quel cafouillage !

Lundi 22 mars 2021

Après un an de mesures controversées dont la dernière est le retrait du vaccin AstraZeneca qui était vanté sans danger la veille par le premier ministre et interdit le lendemain par le président en personne, Encore des technocrates du gouvernement qui cafouillent en mettant en ligne une attestation de sortie pour les habitants des zones confinées. Cette attestation pleine d’astérisques étais tellement difficile à remplir avec ses nombreuses options pour des irréductibles gaulois qu’elle a été retirée et remplacée par des formulaires théoriquement plus simples.

 Confinement light !

Toutefois on peut s’étonner de ces nouvelles mesures de confinement où tout le monde peut sortir toute la journée à condition de ne pas s’éloigner de plus de 10  km de  son domicile, où les enfants vont à l’école et s’y contaminent ramenant les virus à la maison, cela change des bonnes notes ! On verra à l’usage  son efficacité, mais j’ai quelques doutes ; dans l’attente du prochain cafouillage qui ne devrait pas tarder avec ces jeunes technocrates inexpérimentés recrutés par Macron au début de son quinquennat en virant les anciens pourtant très compétents.

 Un gros menteur !

Pour prendre un autre exemple Blanquer s’était engagé à mettre en place 500 000 tests salivaires de détection du virus dans les établissements scolaires à la rentrée des vacances de février, mais nous arrivons à la  fin mars et il y en a moins de  80 000  qui ont été réalisés,  quel bluffeur il devrait jouer au poker menteur !

Vaccination insuffisante !

La campagne de vaccination  qui avait été annoncée en décembre n’a démarré que difficilement  en  janvier et se poursuit  avec difficultés  par manque crucial de doses de vaccins et  les promesses d’Olivier Véran avec 20 millions de vaccinés fin avril (on en est loin), et la totalité des français fin août une nouvelle  fois ne seront pas tenues  ! Mais l’excuse est déjà trouvée, la non livraison des doses de vaccin soit disant commandées !

Le gouvernement se vote un satisfécit !

Lundi 15 mars 2021

La république en marche et le gouvernement qui en est issu ne cesse de se donner à la télé des satisfécits face à cette pandémie considérant qu’il font ce qu’ils peuvent en laissant mourir 300 personnes dans les hôpitaux toutes les semaines. Ce n’est pas acceptable.

Mauvaise stratégie !

Incapables de prendre les bonnes décisions  en maintenant à tout prix une stratégie de non confinement alors que les pays voisins mènent une politique plus efficace en imposant un confinement drastique et en prônant une vaccination intensive ; qui a raison ? Sur ce dernier point notre gouvernement est loin d’être au top en diffusant non stop à la télévision une campagne afin de pousser les français à aller se faire vacciner, faisant semblant d’ignorer qu’il ne dispose pas des doses nécessaires du moins pour le moment !

 Coup de pub !

Coup de pub raté car cette semaine, après un week-end de vaccinations intensives chiffrée à plus de 200 000 personnes vaccinées du moins ayant reçu la première dose, on se retrouve le lundi face une pénurie drastique de vaccin. Les médecins engagés depuis quelques semaines en offrant la possibilité de vaccination à leurs patients les plus à risque qui avaient planifiés en plus de leurs consultations habituelles des rendez-vous sur la semaine, ne recevant pas de doses se voient obligés de tout annuler. Ils sont pas content !

 Priorité aux pharmaciens !

L’argument de la priorité aux pharmaciens ne tient pas dans la mesure où ils ne disposent pas eux non plus des doses nécessaires pour satisfaire une importante demande. Dans ces conditions catastrophiques le gouvernement ne va plus pouvoir se voter de satisfecit à moins d’être de très mauvaise fois ! Mais allez savoir

Avec Macron on va dans le mur !

Lundi 8 mars 2021

 

Un sondage récent sur l’avis des français face à l’épidémie donne les résultats suivants, aux questions posées : le gouvernement sait-il où il va ?, est-il clair, rassure-t-il, dit-il la vérité, prend-il les bonnes décisions, entre 70 et 80 % des sondés répondent non à toutes ces questions, ce qui était prévisible mais pas rassurant pour Macron.

Quitte ou double !

Sa politique actuelle du quitte ou double est inquiétante, après avoir mis en place un conseil scientifique à titre consultatif, il semble ne plus tenir compte de ses avis en privilégiant l’économie par rapport à la santé, remettant les scientifiques à leur place en reprenant la main. Il devait en avoir marre de les voir tous les soirs à la télé ! A la place il nous colle Castex tous les jeudi soirs lors d’une fausse conférence de presse qui nous délivre des infos que l’on connait déjà car diffusées dans la journée  par BFM, la chaine en continu inféodée au pouvoir. C’est donc sans intérêt !

Épidémie sous contrôle ? 

Il a choisi une politique de contrôle de l’épidémie plutôt que des mesures coercitives d’éradication en mettant en place un confinement total qui aurait cassé la dynamique épidémique. Si cela ne marche pas, on risque de lui reprocher d’avoir aggravé la situation en rejetant le confinement  drastique proposé par le monde médical et d’avoir ainsi mis en danger la vie de ses concitoyens.  

Risque politique ! 

Par rapport à la prochaine élection présidentielle, le risque politique est important, par contre en  privilégiant l’économie il contente  une partie de ses électeurs potentiels que sont les commerçants, les artisans, les petits patrons et une grande partie du Medef. Cela veut-il dire qu’il  faut se résigner à l’idée que la contamination qui s’est stabilisée à un niveau élevé  est acceptable même si elle engendre  plus de 300 décès par jour ? Difficile à croire !

Non fermeture des écoles ! 

Avec sa  position intransigeante Macron veut reprendre la main argumentant sur la non fermeture des écoles afin de ne pas sacrifier la scolarité des élèves qui cache la vrai raison, de permettre aux parents de se rendre à leur travail ! A la fin de tout cela il y aura un gagnant et un perdant, quel sera-t-il, j’ai ma petite idée ? Dans son coin le virus lui est sur de gagner, sauf si la vaccination s’étend pour le moment il rigole et s’éclate ! Dans sa dernière conférence de presse le premier ministre se félicite des 3 millions de français qui seront vaccinés fin février pourtant dans un pays de plus de 60 millions d’habitants ce n’est pas glorieux !)

Rattrapage !

Depuis face à la mauvaise impression laissée dans la population, il essaie de rattraper le coup faisant des annonces multiples sur la couverture vaccinale avec des données de vaccinations faramineuses toutes les semaines voire tous les jours, en masquant le vrai problème l’absence de doses, de matériel et de centre de vaccination. On se moque de nous, pour les médecins l’ensemble de la population ne sera pas vaccinée avant 2023 ! On est pas sorti de l’auberge !

Sanofi Aussi

Lundi 1 mars 2021

 

Le groupe à l’origine français qui poursuit ses activités de recherche sur un vaccin AntiCovid sans succès a annoncé qu’il allait produire en France le vaccin américain Johnson & Johnson. Cet échec à produire un vaccin efficace pour une société qui est l’une des leaders mondiaux des vaccins est consécutif à la faiblesse de la recherche pharmaceutique française. D’une façon plus générale il correspond à un abandon par le gouvernement de tout l’appareil de recherche universitaire français, alors que les avancées actuelles dans la mise au point de vaccin dans les pays anglo-saxons sont directement liées à des relations étroites entre les entreprises et les laboratoires universitaires.

Engagement européen !

Le gouvernement français n’a pas respecté les engagements européens de consacrer 3% de son PIB à la recherche et à son développement, il stagne actuellement à 2,2% alors que des pays voisins comme l’Allemagne le respecte. Ainsi ce dernier pays consacre deux fois plus de moyens que le nôtre à la santé et le salaire moyen d’un chercheur débutant est dans notre pays inférieur de 60% à la moyenne européenne, un gouffre.

 Fuite des cerveaux !

On comprend que ces activités attirent de moins en moins les jeunes diplômés qui préfèrent s’expatrier dans les pays voisins ; ces derniers les accueillent dans un premier temps dans le cadre d’un post-doctorat et ils sont tentés de rester ensuite compte tenu des moyens qui leurs sont offerts aussi bien en salaire qu’en conditions de travail. Le plus bel exemple est celui de la française, Emmanuelle Charpentier, ayant obtenu le prix Nobel cet année dont s’est gaussée la ministre alors qu’elle et son ministère n’y sont vraiment pour rien, hormis de lui avoir permis de faire des études supérieures, car ensuite elle a fait et fait encore toutes sa carrière à l’étranger !

Licenciement !

Pendant ce temps, le groupe Sanofi, perfusé en continu par des fonds publiques (120 à 150 millions de crédits impots/recherche par an), licencie sans complexe ses salariés (400) dans sa branche recherche et développement en pleine pandémie. C’est choquant d’autant plus qu’il continue à verser de gros dividendes à ses actionnaires. Il serait temps qu’un contrôle soit mis en place par le gouvernement sur l’utilisation de l’argent public par les entreprises