Archive pour juin 2020

Tout sur le virus !

Lundi 29 juin 2020

Un peu de biologie médicale pour changer de sujet tout en restant dans l’actualité malheureusement morbide. Le nom officiel du corona virus est SRAS-cov-2. Ce virus est une vacherie à déclaré le président du conseil scientifique de Macron, on commençait à s’en douter un peu ! Heureusement qu’il est là pour le confirmer et en informer notre président ! Nous ne sommes pas gouvernés que par des imbéciles, on est rassuré !

Installation dans les poumons

Ce virus s’installe dans les alvéoles pulmonaires et s’y multiplie abondamment jusqu’à les rendre incapables de jouer leur rôle dans l’oxygénation du sang. Mais il ne s’arrête pas là une fois installé dans les poumons il va atteindre d’autres organes et  en particulier les voies aériennes supérieures se traduisant par la perte du goût et de l’odorat. Plus dramatique encore il semble dans certains cas atteindre le système nerveux central et le cerveau, sans savoir si cela correspond à une action directe du virus ou si cela est la conséquence d’une forte réaction immunitaire. Il affecte enfin le système vasculaire ce qui explique la mortalité plus importante des patients souffrants de pathologie affectant la circulation sanguine comme le diabète, l’obésité ou l’hypertension. Pas de chance j’ai les trois !

Catastrophe humanitaire 

En plus du confinement que l’on vient de pratiquer à grande échelle, mais qui ne peut pas durer indéfiniment sinon notre économie ne s’en remettrait pas, nous sommes au bord d’une catastrophe humanitaire mondiale qui va se traduire dans notre pays et dans beaucoup d’autres par une paupérisation des familles avec une forte augmentation de la demande d’aides alimentaires et financières. Va-t-on pouvoir y faire face ?

Traitement ou vaccin

Face au virus il n’y a que deux solutions : l’obtention d’un traitement ou la découverte d’un vaccin. Pour la première solution malgré les tests de plusieurs centaines de molécules, la responsable française de l’essai Discovery est pessimiste. Elle pense que l’on ne trouvera pas de médicaments miracle dans la mesure où toutes les molécules testées n’ont pas été développées pour ce virus. C’est mal barré si elle-même n’y croit pas ! Des pistes plus prometteuses concernent l’utilisation de plasma de personnes guéries donc contenant des anticorps contre le virus mais la disponibilité est réduite. En ce qui concerne un éventuel vaccin, c’est plus complexe car habituellement l’élaboration d’un vaccin demande plusieurs années. En sautant plusieurs étapes de tests, il sera peut-être possible de proposer un vaccin au début de 2021. Mais cela reste une hypothèse et pourtant un espoir pour tous les humains afin retrouver une vie normale sans contraintes sanitaires.

Tests sérologiques 

Une dernière approche ce sont les tests sérologiques qui informent la personne testée qu’elle a croisé le virus précédemment car son sang contient des anticorps spécifiques mais on est pas sûr que cela la protège. Ces tests vont renseigner sur la diffusion a-symptomatique du virus dans la population. Son seul avantage par rapport au test PCR c’est sa facilité de mise en œuvre et la rapidité d’obtention du résultat, mais il apporte beaucoup moins d’informations. Il devrait juste permettre de cartographier la circulation du virus entre les régions.

 Grippe de Hong Kong 

Enfin parmi bien d’autres, on a oublié la grippe de Hong Kong en 68/69 une pandémie qui a fait quand même un million de mort au monde et autant que le covid 19 en France dans l’indifférence générale, mais à l’époque les moyens de communications étaient plus réduits : rien dans les journaux ni à la radio, aucune directive médicale hormis des communiqués rassurant disant, comme au début du covid. que ce n’était pas dangereux ! Même si le corona disparaît de lui-même ce que l’on espère tous, il va falloir s’attendre à l’apparition de nouvelles pandémies dans l’avenir et s’y préparer en stockant cette fois le matériel médical nécessaire, mais peux-t-on faire confiance à l’actuel gouvernement et aux suivants ? Les citoyens devront être vigilants et bien choisir leur bulletin de vote lors de la présidentielle !

Un quinquennat de crise !

Lundi 15 juin 2020

 

 

Le quinquennat d’Emmanuel Macron n’est pas fini, mais si l’on regarde en arrière cela n’a été qu’une suite de crises, un conflit presque permanent avec les français. Celle des gilets jaunes avait déjà fortement marqué les trois premières années de son mandat faisant suite à l’affaire Benalla. Son projets de réforme des retraites rejeté par une majorité de français est pour le moment suspendu mais risque de ressortir.

La crise des hôpitaux ! 

Pendant cette période il a négligé la crise de l’hôpital public et la crise sanitaire due au corona virus a remis en avant l’état catastrophique de notre système de santé qui dans des conditions matérielles déficientes a malgré tout réussi à gérer la pandémie. Tout le monde s’en est félicité et a soutenu le personnel de santé en les acclamant tous les soirs. Le gouvernement s’est engagé à prendre en compte leur situation mais de façon désordonnée en proposant d’abord de distribuer une médaille puis des primes alors que le problème le plus choquant en dehors d’un manque chronique de matériel de protection reste le faible niveau de rémunération des soignants, bien en dessous du niveau moyen dans l’OCDE alors que la France fait partie des pays les plus riches. C’est une honte ! 

Deux France !

La crise des gilets jaunes a mis en évidence l’existence de deux France irréconciliables dont l’une est en souffrance et a contraint Emmanuel Macron à une relance budgétaire indispensable, faisant fi du retour à l’équilibre budgétaire et des fameux 3% de déficit mais c’était indispensable pour éteindre l’incendie sociale. Avec la pandémie la politique de la santé « quoiqu’il en coûte » et la relance de l’économie va se traduire par un déficit public qui risque de dépasser les 11% la crise économique est devant nous, même si Darmanin se veut rassurant en déclarant que la situation est sous contrôle tout en reconnaissant que les chiffres peuvent donner le vertige ! Les prévisions des économistes sont inquiétantes : il faudra attendre au moins 2022 pour retrouver la situation économique de fin 2019 avec une prévision de plus de 1 million de chômeurs supplémentaires c’est l’ annonce une crise sociale importante,

La révolution a échoué ! 

Bien qu’il n’en soit pas toujours le seul responsable, le mandat d’Emmanuel Macron qui devait complètement révolutionner la vie politique française si l’on reprend le titre de son ouvrage de 2016 n’a consisté qu’en une succession de crises dont les prochaines vont être pires : économiques et par répercussion financières et sociales et qui risquent de générer plus de décès que le covid 19. Le président qui a déclaré être prêt à se réformer en demandant à son parti LREM de se réinventer pour les jours d’après, mais cela sera-t-il suffisant ?

Dans son discours d’hier, il s’est félicité de la gestion de la crise par son gouvernement mais il faudra attendre la fin du second tour des municipales pour qu’il nous précise dans un prochain discours « son nouveau chemin » ! Il faudra donc patienter.

Élection piège à … Macron !

Lundi 8 juin 2020

Cette journée de vote en live sera-t-elle l’occasion d’un nouveau pic de contamination par le covid-19 et surtout un record d’abstention dans la mesure où les électeurs hésiteront à se rendre dans les bureaux de votes. Refaire l’erreur de la dernière fois dans les mêmes conditions en faisant se déplacer plusieurs centaines de personnes dans un même lieu confiné comme une salle de classe d’école primaire, c’est navrant.

Vote sur le net

La solution proposée par quelques hommes politiques comme Bayrou d’un vote électronique ne semble pas enthousiasmer notre ministre de l’intérieur pourtant ce serait sans risque à la fois pour les votants mais surtout pour les assesseurs dont un certain nombre ont été contaminés lors du premier tour des municipales. A cette époque Macron et madame donnaient le mauvais exemple en allant au théâtre se montrant indifférent à l’épidémie de corona virus qui avait déjà gagné la France. Même s’il a rapidement changé d’attitude en fermant brutalement les cafés puis les écoles après avoir laissé se dérouler les élections. Dans ce gouvernement on est pas à une contradiction près !

On va peut-être aller voter !

On va donc aller voter, encore que j’hésite pour la première fois ; si l’on est parisien il faudra choisir entre trois femmes, une de gauche un peu, une de droite beaucoup et une de pas grand chose (LREM) avec pleins de casseroles ; pour celle dernière son compte est réglé mais il semble qu’elle n’ait pas le choix, il faut qu’elle s’y colle participant une nouvelle fois à cette mascarade. Si encore elle avait attrapé le covid 19 elle aurait eu une excuse pour se mettre en quarantaine, mais pas de chance si l’on peut dire ! Elle va entraîner LREM dans une défaite cuisante d’autant plus que Villani ne s’est pas rallié à sa candidature !

Les jeux sont faits

Dans beaucoup de communes, comme la mienne, on sait déjà qui va être élu car le candidat ou la candidate en tête de scrutin au premier tour a une avance suffisante pour remporter le second et devenir maire. Cette situation ne va pas être très motivante pour les électeurs : aller voter en risquant de se contaminer dans le bureau de vote, surtout si le candidat prédestiné n’est pas leur favoris. Malgré les mesures de sécurité (désinfection des locaux, masques, gel hydroalcoolique distanciation sociale, etc.) mises en place et qui ont remplacées les pénuries de masques du premier tour, personne n’est rassuré et beaucoup pensent que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Par contre si comme cela est probable on va battre des records d’abstentions, ce sera un nouveau désaveux pour la politique de l’actuel gouvernement, pas de chance, mais on récolte ce que l’on a semé en organisant le premier tour en pleine pandémie