Archive pour mai 2020

Un plan Ségur, c’est plus sûr !

Dimanche 31 mai 2020

 

Après les Grenelles, maintenant les Ségurs de la santé (nom de la rue où se trouve le ministère de la santé, rien à voir avec la comtesse à moins que le ministre nous prépare des contes pour enfants !) une nouvelle appellation remplaçant les précédentes pour une  consultation à grande échelle mais à quoi va-t-elle aboutir ?

Dialogue de sourds

Après deux ans d’un dialogue de sourds entre le gouvernement et le monde de la santé une grande négociation sur l’hôpital et sa situation catastrophique va donc se mettre en place. Il  est important de résoudre les nombreux problèmes de cet établissement public en commençant par le plus urgent la hausse des salaires des soignants actuellement insuffisants alors qu’ils sont absolument indispensables comme nous l’avons constaté au cours de cette crise sanitaire. Cela concerne non seulement le personnel infirmier, mais aussi les aides-soignantes, les agents d’entretien et tous les administratifs qui participent de façon exemplaire au bon fonctionnement de ces établissements. Le président Macron s’est engagé à faire disparaître la paupérisation des soignants à l’hôpital, vœux pieux ou engagement contractuel ?

Des médailles !

Son projets de distribuer des tombereaux de médailles en chocolat  aux soignants qui se sont dévoués et qui ont été très engagés dans la lutte contre le virus risque de faire un flop car c’est loin de correspondre aux demandes des concernés. En fait ce ne sera pas pour le 14 juillet mais lors des promotions de la légion d’honneur et de la médaille du mérite qui seront publiés  en janvier 2021 ; en attendant une ancienne médaille dite de l’engagement datant du XIXème siècle a été réactivée et a été déjà distribuée dans certains hôpitaux, une démarche très mal perçue par les personnels qui attendent bien d’autres choses de ce gouvernement. 

Applaudissements 

Si ces proposions n’aboutissent pas, ce sera l’occasion pour tous les citoyens qui applaudissaient les personnels soignants sur leur balcon ou devant leur pas de porte tous les soirs à 20 h de sortir cette fois de chez eux grâce au déconfinement et de se rendre dans les rues pour cette fois vraiment les  soutenir en manifestant  face à l’attitude de ce gouvernement qui les a ignorés et négligés depuis trop longtemps et qui soudain se rend compte de leur utilité !

Revalorisation 

Mais d’autres points doivent aussi être abordés comme la réorganisation du temps de travail et la revalorisation des carrières, la refondation des études de santé et l’accroissement du financement de la recherche en sciences de la vie et en santé, l’embauche et la formation de personnel soignant. Il ne faut pas oublier la formation continue et  annuler la politique de fermeture de lits en relation avec l’augmentation du prochain budget de la santé qui devrait prévoir des recrutements pour pallier au déficit en personnel ; enfin revoir la politique du médicament et des stocks de matériel médicale de protection en prévention d’une éventuelle nouvelle pandémie. Lourd programme espérons qu’il sera mené à bout.

Augmenter le temps de travail

Parmi les dernières propositions, l’idée d’augmenter le temps de travail en milieu hospitalier a surgi en faisant fit des 35 h plutôt que d’ouvrir des emplois ; pour améliorer les capacités d’accueil, ce n’est sûrement pas la meilleure solution et cela risque de ne pas satisfaire les soignants qui attendent plutôt la reconnaissance de leur travail avec un salaire décent même si l’idée de gagner plus en travaillant plus, comme proposée par un précédent président de mauvais souvenir, reste d’actualité !

Le monde d’après !

Lundi 25 mai 2020

 

Le confinement a permis de mettre en évidence une fracture importante au niveau du monde du travail entre ceux, qui protégés et bien rémunérés, ont pu poursuivre leur activité sans sortir de chez eux grâce au télétravail et les petites mains, mal rémunérés restant sur le terrain, risquant leur vie chaque jour au profit des précédents. Nous nous sommes tous rendus compte qu’il y avait là une anomalie dans la mesure où les activités de cette population, que l’on néglige la plupart du temps, est indispensable à notre vie confortable voire à notre survie lorsqu’ils travaillent à l’hôpital. 

Présentiel  

L’organisation du travail va devoir être revue ; le présentiel qui rassurait les patrons dans des « open spaces » où lis pouvaient voir, d’un seul coup d’œil, si tout le personnel était bien présent va devoir être abandonné. La peur du contact et la recherche de la distance de sécurité vont favoriser le télétravail avec un risque de déshumanisation, la pause café étant un élément essentiel de la convivialité en entreprise, par contre pour garder son masque il faudra le boire avec une paille recyclable !

Télétravail 

Le télétravail qui s’est fortement développé au cours de cette période de confinement va se poursuivre avec l’énorme avantage, à la fois pour l’usager et pour l’environnement, de réduire les déplacements qui sont très pénalisant dans les grandes villes. Par contre un fossé vas se creuser entre ceux qui bénéficieront du travail  à domicile au moins partiel et ceux dont le métier est justement d’être au contact avec les autres, les premiers de corvées pour parodier notre président, comme les Infirmières, les auxiliaires de vie, les aides soignantes, les caissières, etc. Tous ces emplois sont essentiellement occupés par des femmes mal rémunérées et souvent employées à temps partiel. 

Transition écologique 

Si l’on ne veux pas retomber dans les travers du temps d’avant, l’unique solution est une transition écologique. Nous avons déjà une ministre qui s’en occupe mais est-ce suffisant ? Après plusieurs années de fonctionnement, on en doute ! Même si dans ce genre d’activité il faut laisser du temps au temps pour en voir les effets. Dans le cadre du quinquennat d’Emmanuel Macron plusieurs grandes options ou plutôt de vœux pieux ont été définis comme :

  • La sortie progressive de la dépendance aux énergies fossiles et en particulier du pétrole mais ce n’est pas pour demain vu la forte baisse du prix du baril qui suppose l’existence d’importantes réserves.
  • Le rééquilibrage de la diversification énergétique avec le développement des énergies renouvelables mais la population est réticente à l’installation massives d’éoliennes.
  • Des aides financières pour accompagner les français dans cette démarche de transition écologique, mais si c’est juste pour acheter des bagnoles à moteur thermique plus économes en carburant ce n’est pas judicieux !
  • Le développement de l’agriculture biologique et la réduction de l’utilisation des pesticides, les mesures prises sont timides et pas encore très nettes et la FNSEA n’est pas d’accord !
  • La réduction des déchets plastiques, bonne idée  à conditions de ne plus s’en débarrasser en  les exportant vers des pays pauvres. Mais ne faudrait-il pas commencer par réduire les emballages inutiles ?

Faire plus !

A l’occasion de cette pandémie en espérant qu’elle disparaisse et surtout pour qu’une nouvelle vague épidémique ne revienne pas dans l’avenir, il faudra faire beaucoup plus que cela si l’on veut s’en sortir. Il faudra réguler le libéralisme, prévoir une relance décarbonée et une croissance respectueuse de notre terre et de son environnement. Mais maintenant il va falloir aller très vite car chaque jour qui passe aggrave la crise économique qui risque de faire plus de victimes que le corona virus. L’imprévoyance de l’actuel gouvernement qui s’est révélée de façon impressionnante depuis quelques mois est loin d’être rassurante ; s’il ne change pas  de politique, il est peut-être temps d’en changer ! Vivement les prochaines élections !

La quille, bordel !

Lundi 18 mai 2020

 

Lundi le gouvernement a sifflé la fin du confinement et du coup 20 %, soit plus d’un million de parisiens qui s’étaient expatriés et confinés à l’île de Ré et ailleurs sont en train de rentrer sur Paris avec une dispense leur permettant de se déplacer sur plus de 100 km. Ils vont rentrer , tout bronzé, en pleine forme pour se remettre au travail et envoyer leurs enfants à l’école. Toutefois  ce sont surtout des cadres et ils vont continuer à télé travailler de chez eux,  pour une fois en suivant les consignes du gouvernement et sans avoir leurs enfants dans les pattes ! Plus de 70 % des salariés, après y avoir gouté durant le confinement, sont favorables à la poursuite du télétravail. 

Guide du télétravail 

La ministre du travail a publié le 9 mai une sorte de guide sur le télétravail  rappelant à l’employeur certaines règles comme proposer le télétravail sauf si les activités de l’employé nécessite sa présence dans l’entreprise. Des plages horaires devront être définies, périodes durant lesquelles le salarié devra être disponible en autorisant  quand même des pauses café qui seront plus courtes qu’au bureau car tout seul dans son coin sans possibilités de tâtasser avec ses collègues encore qu’en s’organisant grâce à WhatsApp un peu de convivialité virtuelle est possible. La pause du déjeuner est  bien sûr maintenue et le droit à la déconnexion comme le respect du temps de travail protègent le télé travailleur, il ne faudra pas l’oublier.

Protection de l’environnement 

Il semble toutefois que l’efficacité au télétravail serait de 17 % supérieure par rapport au travail en  présentiel ce qui est très intéressant pour le patronat ! De plus cela va dans le sens de la protection de l’environnement car évitant pour certains les longs déplacements pour se rendre à  l’usine ou au bureau. Par contre pour le travailleur, hormis s’il est ermite, c’est la solitude.  Pour compenser le télétravail peut être proposé à mi-temps par l’employeur. La sédentarité peur être aussi un problème qu’il va falloir compenser par quelques activités sportives. Ne pas sortir de chez soi va vous pousser à ne plus vous habiller, plus de déplacements en voiture ou en transport en commun, la frontière entre loisir et travail  va se réduire de plus en plus avec le danger que ce dernier prenne le dessus surtout si vous êtes très actif, à la maison, il sera difficile de décrocher du boulot. Pour l’entreprise par contre  c’est très avantageux  en réduisant les frais d’accueil du salarié, plus de chauffage ni d’électricité à payer, plus de femmes de ménage pour nettoyer les bureaux, plus de machine à café à entretenir, plus de ticket restaurant à fournir, etc. Même si le télétravail est un petit avantage pour le salarié en final dans notre système c’est toujours le patron qui gagne !

La fin du confinement

Lundi 11 mai 2020

 

 

Le soir à  20 h, on aurait dû aussi applaudir les profs, car la semaine prochaine ils vont retrouver leurs élèves qui, après avoir été confinés avec leurs parents durant deux mois, vont devoir respecter dans leur écoles de nouvelles contraintes. Les consignes ont été définies par les services de Jean Michel Blanquer dans un document de plus de 50 pages  afin de protéger les élèves du corona virus. Pour faire respecter les règles drastiques imposées par le ministre en particulier le respect des distances de sécurité pendant les récréations, cela va être difficile à exiger des élèves dont l’une des motivations est surtout de retrouver et de côtoyer leurs copains et leurs copines. La distanciation sociale et les 4 m2 par élèves vont être matériellement très difficiles à définir dans la plupart des établissements scolaires.

Réouverture des écoles 

Un certain nombres de maires refusent d’ailleurs de réouvrir leurs écoles car ils considèrent qu’ils sont incapables de mettre en place toutes les consignes de la circulaire Blanquer. Pour celles qui vont réouvrir, il faut souhaiter bon courage aux enseignants qui ne faisaient déjà pas un métier facile en conditions normales. Tenir au calme des élèves dont les espaces de liberté ont été entravés depuis 2 mois il ne va pas être facile de les remettre au travail dans ces conditions, cela va être un challenge que beaucoup auront sûrement du mal à atteindre malgré toute leur bonne volonté.

Mal rémunérés 

 Les professeurs des écoles de France restent parmi les plus mal rémunérés de l’OCDE et la prime de 1 000 € annoncée par Darmanin ne sera versée fin mai qu’à ceux qui ont continué à accueillir les enfants de soignants dans leur classe pendant la période de confinement et à d’autres fonctionnaires qui ont continué à travailler. Petite récompense méritée, mais il faudrait que ce gouvernement aille plus loin en stabilisant définitivement leur situation, versant à tous un salaire mensuel décent. 

Autres catégories de personnel 

La difficulté c’est qu’il y a beaucoup d’autres catégories de personnels mal rémunérés qui ont  maintenus leurs activités indispensables au plus fort de l’épidémie en prenant des risques pour leur santé afin de préserver la nôtre. On remercie le personnel de santé par applaudissements tous les soirs mais est-ce suffisant et quid des autres professions plus discrètes comme les éboueurs, les techniciens de surface, les livreurs, les caissières des grandes surface, les facteurs, les chauffeurs routiers, etc.

Tout cela doit changer  

Il va falloir que tout cela change et je pense que l’actuel gouvernement de bras cassés en est absolument incapable. Il va falloir complètement modifier le logiciel autrement dit changer complètement de politique et pour cela changer le personnel, si vous voyez ce que je veux dire !Fini le néolibéralisme et la croissance à tout prix en laissant en chemin nombre de citoyens et au détriment de l’environnement, sans se soucier de l’état désastreux dans lequel nous allons laisser la planète à nos enfants. Vivement le monde de demain et le retour des jours heureux mais pas ceux promis par Macron !

Le jour d’après !

Lundi 4 mai 2020

 

 

L’occasion est belle de repartir de zéro pour notre société qui face à la pandémie qui  l’assaille semble impuissante. Si l’origine de celle-ci est toujours inconnue l’hypothèse du saut de la barrière des espèces pour ce virus qui est passé du monde animal à l’homme est la plus probable. Ce phénomène n’est pas nouveau puisqu’on l’a déjà constaté pour d’autres maladies virales  en Afrique mais qui sont restées géographiquement limitées. La nouveauté cette fois c’est l’extension rapide de ce virus très contagieux dans le monde entier. Il est évident qu’il a profité de l’intensification des échanges aériens à bas prix. Il semble donc évident qu’il va falloir revoir cette part de notre liberté qui consiste à se déplacer sans arrêt d’un pays à l’autre. Cette bougeotte est encouragée par des prix attractifs qui permettent de prendre un avion pour passer un week-end dans la capitale d’un pays voisins ou de prendre ses vacances dans des destinations très lointaines au soleil même en hiver sous des cieux plus cléments que ceux de la région parisienne ! Donc pour éviter dans l’avenir ces pandémies il va falloir revoir les conditions du transport aérien en le réduisant, en revenant sur des tarifs plus raisonnables et ne serait-ce dans un premier temps en taxant le kérosène comme les autres produits pétroliers. 

Excès de libéralisme  

L’excès de libéralisme dans cette activité comme dans beaucoup d’autres devra être revu pourtant le gouvernement ne va pas vraiment pas dans ce sens en prévoyant 7 milliards de prêts pour sauver la compagnie aérienne nationale de la faillite. Les hollandais faisant la même chose pour KLM avec l’unique contre partie demandée par Darmanin qu’AirFrance /KLM devienne une compagnie plus rentable et plus respectueuse de l’environnement, un vœux pieux mais un transport aérien écologique est un concept à inventer même si il est nécessaire de sauver les plus de 300 000 emplois qui en dépendent. Une solution moins libérale aurait été de nationaliser l’entreprise, mais elle n’a pas été retenue par ce gouvernement adepte du néolibéralisme, on s’en serait douté !

Produits alimentaires  

 De la même façon la consommation de produits alimentaires importés devra être réduite au profit de produits locaux acheminés sur de très courtes distances voire produit dans leurs jardins pour ceux qui en dispose. En dehors des produits alimentaires la production industrielle a été abondamment délocalisée dans des pays à plus faible coût de main-d’oeuvre, capitalisme oblige, du coup nous sommes incapables de faire face à des pénuries d’objet manufacturés nécessitant beaucoup de main d’œuvre comme c’est le cas des masques de protection qui ont récemment tant fait défaut dans notre pays. Juste pour l’anecdote les masques chirurgicaux valaient seulement 8 centimes d’euros en janvier et en mai l’état met un prix plafond de 90 centimes d’euros et soudain plus de pénuries, ils sont disponibles par millions dans les grandes surfaces, cherchez l’erreur ! Et encore le gouvernement est fier d’avoir fixé ce prix pour éviter la spéculation, alors qu’ils devraient être distribués gratuitement. On va aussi nous proposer des masques en tissus, dits grand public, empêchant de postillonner, mais ni certifiés ni validés scientifiquement et dont le prix sera fixé par le vendeur. Le résultat c’est une foire d’empoigne, les grandes enseignes commerciales se battant déjà sur le prix de vente de ces protections indispensables, surfant sur ce nouveau business qui risque de durer longtemps.

Le Graal ! 

Si l’on veut avancer et ne pas revenir à nos anciens travers, il va falloir changer beaucoup de choses au niveau de l’individu mais surtout de l’état ce qui va être moins facile pour celui qui en est à la tête. Fini la domination des comptables, place aux socio-écologistes en espérant qu’ils arriveront à se mettre d’accord. Changer le monde à toujours été leur Graal, il ne leur reste plus qu’à y accéder mais en général on tend vers celui-ci sans jamais y parvenir sauf Indiana Jones au cinéma dans «La dernière croisade » et encore si je me rappelle bien, il le perd à la fin !