Archive pour avril 2020

Un pognon de dingue !

Lundi 27 avril 2020

Après l’argent magique et le pognon de dingue Macron va t il laisser son nom dans l’histoire ou disparaître à jamais ? Je serais assez partisan de la deuxième solution, vous vous en doutez bien mais je pense qu’il va falloir encore attendre un peu.

Suppression  de lits

Macron a quand même supprimé plus de 4 000 lits d’hôpital en 2017 et 2018 alors qu’il s’était engagé à ne pas faire d’économies sur l’hôpital durant son quinquennat : une fuite malencontreuse au niveau d’une circulaire du ministère de la santé montre qu’un projet d’économie de presqu’un milliard était prévu pour 2019.

La vérité n’est pas toujours bonne à dire !

On avance ! Le directeur de l’agence régionale de la santé pour le grand Est a été limogé pour avoir dit la vérité concernant le plan de suppression en cinq ans d’environ 600 emplois et de plus de 150 lits au CHU de Nancy, viré, le problème est réglé ! Pourtant cela allait dans le sens des déclarations répétitives de l’un de nos grands penseurs, Eric Woerth il y a quelques années : « il y a trop de lits d’hôpital en France ». Un visionnaire !

 Beaucoup d’argent 

Face à la pandémie, 48 milliards ont été débloqués dans le cadre de la loi de finance rectificative par le gouvernement pour soutenir les entreprises et les multinationales alors que l’état d’urgence sanitaire ne prévoit aucun budget exceptionnel pour la santé. Ce budget prévisionnel est depuis passé à 110 milliards du fait de la prolongation du confinement. Pendant ce temps le gouvernement poursuit discrètement son plan de privatisation de l’hôpital public avec des projets de mise en place de PPP (partenariat/public/privé) qui sont pourtant loin d’avoir fait leurs preuves en matière d’économie budgétaire.

Il faudra rembourser ! 

En plus il faudra rembourser tout ces milliards empruntés, si l’idée du président du MEDEF de travailler plus en supprimant les congés payés et les jours de RTT n’a pas fait un succès, en essayant à l’occasion de remettre en cause un certain nombre d’acquis sociaux, il faudra malgré tout trouver une solution magique, pour reprendre une formule chère à notre président. Si l’Europe fonctionnait vraiment, les coronabonds (emprunts groupés au niveau européen) serait un geste fort alors que la tendance est au chacun pour soi, les pays se repliant derrière leurs á frontières ! Autre solution, faire fonctionner la planche à billets au niveau de la banque centrale européenne qui pourrait racheter ces emprunts mais générerait de l’inflation ; augmenter les impôts mais c’est rarement populaire hormis le retour de l’ISF qui satisferait une grande partie de la population. La solution la plus simple serait de ne pas rembourser la dette comme le suggère Jean Luc Mélenchon avec le risque que les créanciers s’en souviennent longtemps et refusent ensuite les prêts. Le gouverneur de la banque de France n’est pas d’accord, on s’en serait douté !

Une seule solution  !

La seule solution est de changer de système économique en abandonnant le dogme de la croissance à tout prix et en pratiquant un développement plus respectueux de l’environnement et des individus, un mode économique plus sobre et plus soucieux de la qualité de vie des gens à condition que leur pouvoir d’achat ne soit pas trop impacté. Pour que les jours heureux reviennent, c’est un challenge qui obligera ce président (ou un autre s’il ne survit pas à la crise !) à enfin abandonner la politique néolibérale importée des pays anglo-saxons !

De beaux discours bien inutiles

Lundi 20 avril 2020

Ça y est, le lundi de Pâques, il a démarré son discours à 20 h 02  pile poil juste après les applaudissements en direction du personnel hospitalier en espérant en récupérer quelque bribes !  Comme d’habitude il a été trop long et sur les 36 millions de français qui l’ont regardé, la majorité a du décrocher au bout de quelques minutes une fois récupéré l’information qu’ils attendaient tous : la date du déconfinement ; mais malin il parle seulement de la date jusqu’à laquelle le confinement est maintenu et qui pourra être prolongée ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Son discours était trop bavard et il n’est pas sûr que ses références historiques aux jours heureux ait fait mouche. En plus la référence à la science et aux scientifiques a disparu ? Les a-t-il oubliés ou mis au chômage ou encore confinés ; il y a encore deux semaines, il ne prenait aucune décision sans les avoir consulté, peut-être qu’il les ressortira le 11 mai, date magique mais dont personne ne connait l’origine, sûrement issue du cerveau d’un groupe de quarantenaire qui savent tout mais ne connaissent rien ayant fait Sciences Po et l’ENA.

Convainquant ?

Dans son discours il a d’abord essayé de nous convaincre, pour se dédouaner, que comme la France les pays voisins ne s’étaient pas préparés à faire face à une telle épidémie, ce qui n’est pas tout à fait vrai hormis pour l’Italie et l’Espagne. L’idée mensongère de départ colportée par ses ministres était que cette épidémie n’allait pas nous atteindre. Maintenant que l’on est dedans tous confinés, chacun chez soi, il nous annonce une date de sortie de crise sans plus d’explications : les enfants à l’école et les parents au boulot, c’est ce qui est sous-entendu, sans savoir s’il y aura des mesures de protection nouvelles en dehors de la distance de sécurité et du lavage des mains fréquents. 

Pour les retraités 

 Par contre pour les retraités, circulez il n’y a rien à voir ou plutôt restez chez vous et patientez ; dans 6 mois dans  1 an quand on aura enfin mis au point un vaccin vous pourrez en bénéficier prioritairement et enfin vous déconfiner si vous êtes encore vivant ! Après le 11 mai les restaurants, les bistrots, les cinémas et l’université resteront fermés (mes lieux de prédilections) aussi rester confiné ne sera pas un problème car sortir pour aller nulle part hormis faire le tour du pâté de maisons ça ne présente pas beaucoup d’intérêt sauf pour la santé ; mais faire les 10 000 pas conseillés par la médecine, cela oblige à tourner beaucoup en rond et après deux mois de confinement, on sait déjà ce que s’est de tourner en rond chez soi ! Depuis face à une polémique qui s’amplifiait même dans les rangs de sa majorité, il est revenu en arrière avec un déconfinement pour tous sans critère d’âge, en espérant que ce sera avec des masques, sinon gare à un sursaut de contamination.

Toujours des pénuries !

 Pendant ce temps là les pénuries continues : un bout de coton fixé à l’extrémité d’une brochette en bois, il veut nous faire croire que c’est de la haute technologie que l’on doit importer ! Heureusement une usine située dans l’Orne a relevé le gant et va lancer une production intensive de ces écouvillons. L’usine bretonne qui fabriquait des masques mise en faillite car ayant perdu les commandes de l’état qui avait décidé de ne plus renouveler ses stocks fut rachetée par un groupe américain qui n’a pas investi dans son développement mais bien au contraire l’a laissé péricliter en la fermant en 2018 pour la délocaliser en Tunisie. Cette usine était pourtant rentable mais pas assez suivant les objectifs financiers du groupe qui en était propriétaire et surtout de ses actionnaires. C’est un exemple parmi tant d’autres du démantèlement de nos outils de production engagé depuis longtemps mais qui s’est largement poursuivi sous Macron partisan du libéralisme à tout prix. Mais dans son discours il a dit qu’il allait changer. Mais il a pas dit quoi ni de quoi, on demande à voir ! Si c’est seulement de costume on peut lui en tailler un vite fait lors de la prochaine élection présidentielle !

 Édouard Philippe remet le couvert !

Sept jours après c’est Édouard Philippe qui s’y colle cette fois pendant 2 h, une soi-disant conférence de presse au cours de laquelle il ne nous a pas appris grand chose de nouveau avec un avant propos à rallonge faisant un bilan très positif de l’action de son gouvernement face à la crise sanitaire due au corona virus. On s’attendait à des mesures concrètes mais après avoir fait un panégyrique des actions de son équipe, la seule mesure nouvelle est l’autorisation de visite des familles dans les Ephads sous certaines conditions. Occuper l’antenne un dimanche après-midi pour si peu d’annonce, les journalistes ont dû rester sur leur faim. Ils devront comme nous attendre fin avril pour savoir qu’elles seront les conditions de notre déconfinement !

 

 

Trop de mensonges !

Lundi 13 avril 2020

 

En premier la ministre de la santé, Agnès Buzin, qui déclarait en janvier que le risque d’importation du virus de Chine était faible dans la mesure où la ville d’origine, Wuhan, était isolée et en février qu’il y avait des millions de masques en réserve. Ayant toutefois informé le gouvernement du risque d’une grave épidémie pour ensuite démissionner afin de se présenter aux municipales tout en déclarant à posteriori que c’était une mascarade que l’on aurait dû arrêter cette élection, quelle inconstance !

 Pas de masques

Suite aux déclarations des instances de la santé précisant que les masques ne servaient à rien, la porte parole du gouvernement, Sibeth Ndaye (une lumière) en remet une couche expliquant avec sérieux qu’elle ne sait pas les utiliser alors qu’elle est ministre, sous entendant que le français moyen…! Le gouvernement en a remis une deuxième couche en précisant qu’ils étaient seulement indispensable pour le personnel hospitalier en contact avec les malades contaminés, pieux mensonge pour cacher la pénurie. Pourtant nous avons tous vu notre président en porter un lors d’un déplacement récent ! Illustrant le proverbe populaire selon saint Mathieu : « Faites  ce que je dis, ne faites pas ce que je fais » ! Ils nous font regretter Roselyne  Bachelot encore qu’elle n’a pas tout bon car avec sa loi de 2009 sous Sarkozy elle est à l’origine de la destruction du service publique hospitalier.

Avis des experts peinards !

Face à cette maladie nos « éminents » experts nationaux ont décidé que les tests préventifs ne servaient à rien alors qu’ils sont pratiqués abondamment dans les quelques pays qui ont réussi à maîtriser la pandémie, en France ils sont seulement pratiqués sur les patients qui présentent déjà les symptômes de la maladie et sur le personnel hospitalier qui est en contact avec le virus. Mais là encore ce mensonge sert à masquer l’impréparation du gouvernement se traduisant par une pénurie non seulement de réactifs mais aussi d’écouvillons, long coton tige, permettant de faire les prélèvements pourtant pas difficile à fabriquer, misère de notre industrie !

Chloroquine

Enfin la France sera l’un des derniers pays à utiliser la chloroquine dans le traitement de cette maladie, les membres du gouvernement discréditant à tous les niveaux l’utilisation de ce médicament malgré la demande des médecins, pourtant cette fois il n’y a pas de pénurie ! Une autorisation de prescription a été quand même délivrée en milieu hospitalier, mais seulement pour les patients les plus atteints alors que le professeur Raoult, initiateur de ce traitement en France, propose le contraire en montrant qu’il est plus efficace au début de la contamination; qui croire ?

 Pas crédible !

 On a du mal à suivre la démarche de ce gouvernement qui ne cesse de nous cacher la vérité. Comment peut-il être crédible même si l’on peut comprendre que face à une pandémie d’une telle ampleur et aussi imprévisible il tâtonne quelque peu. Les précédentes épidémies avaient évité l’Europe pourtant mon cousin Jean Philippe Derenne avait prédit 500 000 morts en France dans son ouvrage paru en 2005 : « Pandémie la grande menace », relevé dans un article du canard enchaine de cette semaine . Heureusement il n’avait pas eu raison à  l’époque, mais il avait réussi à sensibiliser la classe politique dont Roselyne Bachelot ! Espérons que sa prédiction ne va pas se réaliser maintenant, mais il est plus réservé actuellement lorsqu’il est interviewé. Enfin ce qui reste choquant au niveau du gouvernement actuel, c’est cette tendance à mentir en décrédibilisant la parole publique. Une fois cette épreuve terminée il faudra qu’il nous rende des comptes. Lors de sa dernière intervention télévisée Edouard Philippe a décidé de dire toute la vérité aux français, retournant la situation en disant que c’est à lui que l’on a pas dit toute la vérité en particulier sur les pénuries. Il devance ainsi d’éventuelles critiques, c’est très finement joué et très 1politique ! Enfin s’ils continuent à mentir,  les membres de ce gouvernement devraient voir leur nez s’allonger !

Le Coronavirus a-t-il décalé Macron vers la gauche ?

Dimanche 5 avril 2020

Dans le discours  récent d’Emmanuel Macron on dénote un changement de cap politique. De nouveau mots clefs sont apparus comme : éloge de l’état providence, la santé n’a pas de prix, l’intérêt collectif doit primer comme le soucis des plus vulnérables et des plus démunis, solidarité et fraternité, etc. Surprenant pour un adepte fanatique du néolibéralisme prônant une politique favorable aux plus riches en détricotant la partie sociale de notre état. 

Plus de logique comptable 

Va-t-il rompre avec la logique comptable á l’origine de la réduction des capacités d’accueil des hôpitaux publics dues aux impératifs de rentabilité qui leur ont été imposés depuis plusieurs années. Va-t-il octroyer d’importants moyens financiers aux hôpitaux, financer à un juste niveau la recherche médicale, augmenter le salaire des infirmières et autres personnels mal payés de ces établissements, et pendant qu’il y est revaloriser le salaire des enseignants ? Ces mesures seront-elles provisoires ou définitives ? Étant donné qu’il ne fait pas un soupçon d’autocritique sur sa politique passée, il risque de poursuivre sa politique libérale une fois la pandémie passée et ce qui serait pire de l’aggraver pour compenser les pertes dues à la crise sanitaire. 

Ancien banquier d’affaires 

Ancien banquier d’affaires, il est trop tenu par ses idées de droite, son ambition et ses soutiens financiers pour changer de politique ; il n’est pas prêt de tourner le dos au marché roi ! Une fois la guerre contre le virus finie, pour reprendre les termes du président, les mesures sociales mises en place dans l’urgence risquent de disparaître car il n’a pas renié son attachement au néolibéralisme autoritaire. Dans son dernier discours à Mulhouse il promet un plan massif d’investissement et de revalorisation des carrières pour les hospitaliers après la crise. Il a également demandé à ce qu’une majoration sous forme de primes au niveau des heures supplémentaires soit accordées au personnel soignant ainsi qu’aux fonctionnaires mobilisés.

Des milliards

Dans  la cadre des 45 milliards d’euros prévu pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie, Darmanin prévoit ainsi 2 milliards pour financer la crise sanitaire en les consacrant à la fourniture d’équipements de protection et à la rémunération des personnels soignants. Il n’est jamais trop tard pour bien faire encore que ! Si l’on additionne  toutes les mesures, on peut se demander où ils vont trouver tout cet argent ? Heureusement à l’encontre de Donald Trump et de Bolsonaro, notre président, entre l’économie et la vie de ses concitoyens,  a choisi la vie, tandis que les deux autres sont prêt à sacrifier une partie de leur population afin de sauver leur économie, c’est monstrueux !