Les municipales à Paris

 

 

A Paris Rachida Dati a été investie par défaut par les républicains; tant qu’à perdre autant y envoyer un vilain petit canard (si l’on fait référence à son dernier lifting).

Avec 23 % d’intention de vote, Elle est au coude à coude avec Anne Hidalgo,  Benjamin Griveaux était à 16 % avant son départ, mais à 15 où 16  % on trouve aussi le candidat vert David Belliard. Derrière on trouve ensuite le matheux trouble fête dissident de LREM et récemment exclu, Cédric Villani, qui stagne à 7 % largement derrière son concurrent du même parti. Mais tout est remis en question avec le retrait surprise de Benjamin Griveaux, un garçon qui ne fait pas attention quand il envoie des photos intimes à sa copine et qu’il a oublié de proposer à Paris Match. Dans ce magazine il s’était présenté comme un père de famille parfait ce qui a dû la choquer. Emmanuel Macron va devoir trouver un autre copain à sacrifier vu le peu de chance de réussite d’un candidat LREM !

 Les candidats des autres partis France Insoumise et Rassemblement National restent en dessous des 10 % et quelques micro candidats indépendants sont à moins de 5 % et Marcel Campion, le forain, ferme la marche. 

Hidalgo n’a pas la cote

Toutefois une majorité de parisiens ne souhaitent pas que le mandat d’Anne Hidalgo soit renouvelé. Il risque donc d’y avoir un nouveau maire dans la capitale en fonction des alliances et des désistements de dernière minute. Benjamin Griveaux était le mieux placé en cas de désistement de Villani, candidat du président il faisait parti des anciens apparatchiks du Parti Socialiste ( les traîtres) qui ont rejoint Macron et ont participé à la création du parti En Marche. Soutien de la première heure, élu député sous cette bannière, puis secrétaire d’état aux finances, il fut ensuite nommé porte-parole du gouvernement d’ Édouard Philippe et a démissionné de cette fonction pour se présenter comme candidat à la mairie de Paris. Il risque maintenant de se retrouver au chômage encore que par copinage il va sûrement être discrètement recasé !

Macron a parlé aux maires

Fin 2019, afin de participer de loin à la campagne électorale Macron est venu parler aux maires lors de leur congrès annuel. Avec un long discours de plus de 90 min, un peu creux, qui a fait partir une partie de l’assemblée et parmi ceux qui sont restés en a endormi certains ! Il voulait tellement cajoler les élus qu’ils se sont assoupis. Un point positif quand même, il ne s’est pas fait siffler comme en 2007 et c’est mieux qu’en 2018 où il avait fait faux bond. Il n’en reste pas moins que ces élections municipales au niveau national vont être difficiles pour la république en marche car beaucoup de candidats dans ou proche de ce parti préfère se présenter sans étiquette. Démarche stratégique pour ces candidats qui évite ainsi de dévoiler leur ligne idéologique et surtout de s’afficher sous une étiquette politique qui est devenue au cours du temps très stigmatisante, voire handicapante !

Marlène Schiappa se pointe 

Elle est candidate dans le XIV arrondissement mais ne sera pas tête de liste tout en restant au gouvernement avec la bénédiction d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe. Elle doit maintenant soutenir la nouvelle candidate remplaçante de Benjamin Griveaux, l’ex ministre de la santé Agnès Buzyn nouvelle tête de liste de LREM sur Paris . Il fallait bien un plan B pour les macronistes mais on peut quand même s’étonner qu’elle préfère favoriser sa carrière politique au détriment de l’hôpital public déjà si mal en point. Elle avait précisé deux jours avant qu’elle ne pouvait accepter car avec le corona virus elle était surbookée. Sous la pression de son mentor elle a dû accepter de quitter son ministère alors que le premier ministre candidat dans son fief du Havre garde son poste. Avec Macron deux poids deux mesures.

Élue fantôme 

En ce qui concerne Schiappa, elle est toujours élue fantôme au conseil municipal du Mans, mais argumente qu’elle n’a pas été parachutée à Paris dans la mesure où elle réside maintenant à Montparnasse et qu’elle a vécu dans sa jeunesse dans cet arrondissement. Elle fait sa Ségolène car en 2019 elle n’a participé à aucune des neufs réunions du conseil municipale du Mans, mais elle s’engage à faire mieux à Paris si elle est élue. Va-t-elle convaincre les électeurs ? J’en doute !

 

Une réponse à “Les municipales à Paris”

  1. Henri dit :

    Si on resume , les favoris du grand prix sont tour a tour discalifies pour dopage au viagra, erreur de dossard, ou defaut de casaque. Reste une parnasienne absente et un ex matheux qui semble avoir une araignee au plafond. On a envie de chanter en coeur avec eux: ca c’est Paris!…

Laisser un commentaire