L’hôpital va mal et Macron s’en fout !

 

 

Libéral jusqu’au boutiste, il préfère naturellement les cliniques privés dans lesquelles il a très certainement ses entrées. Il oublie qu’en tant que président en fonction, s’il avait un problème de santé il serait hospitalisé dans un établissement public comme ses prédécesseurs. 

Pourtant l’hôpital public  va mal pour 96 % du personnel  lors d’un sondage récent et c’est aussi l’avis de 80 % des français, les 20 % restant allant très certainement se faire soigner dans des cliniques privées.  

Plan hôpital 

Le plan hôpital présenté par Agnès Buzin faisant suite aux promesses de Macron de novembre dernier est loin de convaincre le personnel. La revalorisation salariale sous forme de diverses primes ne fait pas un succès. La revendication des infirmiers et des aides-soignants portait sur l’augmentation du point d’indice dans la mesure où leur salaire est inférieur au salaire moyen en France. Par ailleurs dans ce plan il n’est pas prévu d’arrêt de la politique de fermeture de lit, ni de hausse des effectifs, ainsi rien que sur Paris 900 lits sont fermés par manque de personnels de soins, C’est navrant !

Syndicats non satisfait

Enfin les syndicats ne sont pas satisfaits parce que dans le projet, les tarifs hospitaliers n’augmenteront pas suffisamment avec une économie envisagée de plus de un milliard d’euros au détriment comme d’habitude des dépenses de personnel se traduisant sur le terrain par moins de personnel actif dans les services et moins bien payé, c’est navrant et ça ne réglera pas le manque d’attractivité de la fonction hospitalière et le départ de plus en plus fréquent des personnels vers le privé. C’est une politique de mise à la diéte des établissements au détriment des patients que pratique ce gouvernement insensible à l’appel des 108 célébrités pour sauver l’hôpital !

Nouveau ministre

 C’est le moment où la ministre fait le choix d’abandonner les nombreux problèmes de l’hôpital pour tenter une carrière politique comme maire de Paris. Elle va être remplacée au ministère de la santé par un député promu ministre ex socialiste recyclé macroniste, Olivier Véran, médecin neurologue ambitieux qui est donné comme très compétent. On verra sur le terrain comment il va faire face aux problèmes que sont la longue grève dans les hôpitaux, le problème des retraites et le coronavirus. Le personnel craint que le changement de ministre soit insuffisant pour changer la politique désastreuse de ce gouvernement en direction de l’hôpital public !

Laisser un commentaire