Avec Macron tout fout le camp !

 

EDP Sciences, une maison d’édition scientifique française de renom, dans laquelle j’ai publié quelques ouvrages, vient d’être rachetée en catimini par la société chinoise CSPM (China sciences publishing & média), c’est navrant. Elle avait été crée en 1920 par les savants et Prix Nobel de l’époque : Marie Curie, louis de Broglie et Jean Perrin entre autres.C’est à nouveau un peu de notre patrimoine culturel qui s’en va. Il est certain que l’édition scientifique est en difficulté avec l’apparition des documents en accès libres sur internet, mais il est navrant de constater que le gouvernement n’a pas cru bon d’intervenir financièrement afin que cette éditeur scientifique de qualité reste français. La défense de la francophonie, pourtant prônée par notre président, a été mise sous le tapis.

Il vend les bijoux de famille

Après les aéroports, les barrages hydroélectriques, la française des jeux, Encore un bijou de famille qui s’en va que restera-t-il quand Macron aura tout vendu et tout privatisé, il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer. De plus, à venir pleurs et grincements de dents s’il est remplacé par Marine Le Pen car avec la politique qu’il mène au profit de ses amis milliardaires et vu qu’ils sont beaucoup moins nombreux que les pauvres mathématiquement, il ne devrait pas être réélu. Malheureusement si les mathématiques sont une science exacte la politique n’en est pas une et loin de là, il ne faut jamais oublier qu’il a précédemment été élu avec seulement 25 % des voix.

Il détruit l’université française

Pendant ce temps concernant le monde universitaire, la loi de programmation pluriannuelle pour la recherche est en cours d’élaboration et va dans le sens d’une dérégulation des statuts des personnels (suppression de la qualification, de la référence horaire, modulation de service à discrétion des présidents, fusion du corps des maîtres de conférences et de celui des professeurs afin de réduire le nombre de titulaires et de ne plus recruter que des contractuels en premier emploi sous forme de faux CDI de 6 années). Tout cela se traduisant par une dégradation des conditions de travail des universitaires associée à une précarisation des emplois.

Même la recherche

En ce qui concerne la recherche, à l’inverse de ce qu’il faudrait faire, la priorité de ce gouvernement va à la recherche sur projets, porteurs de potentielles applications à court terme. Le dépôt de projet à L’ANR qui distribue les crédits aux équipes de recherche est une gabegie temporelle qui décourage et démoralise chaque année des milliers de chercheurs sans avoir l’impact escompté et souhaité sur le classement de la recherche française à l’international. C’est navrant !

Laisser un commentaire