• Accueil
  • > Archives pour janvier 2020

Archive pour janvier 2020

La politique des déficits

Lundi 27 janvier 2020

 

 

Le pouvoir actuel détériore le fonctionnement des services publics afin que les usagers finissent par considérer qu’ils ne présentent plus aucun intérêt et demandent leur remplacement par du privé. Tel est le but de ce gouvernement, ce qui n’est pas nouveau car cela a toujours été la politique de la droite mais elle s’amplifie avec Macron.

Hôpitaux en déficit 

Au niveau des hôpitaux, plus d’un hôpital sur deux est en déficit avec un montant historique global qui tourne autour de un milliard et demi d’euros. Cette situation résulte d’un mauvais choix économique avec l’obligation de faire des économies tout en réduisant le prix des actes qui aurait dû être compensé par une augmentation de l’activité mais qui n’a pas eu lieu; le système étant déjà saturé caractérisé par un déficit en personnel et de mauvaises conditions de travail comme le montre les récentes manifestations. Le mouvement social des hospitaliers a débuté il y a plusieurs mois avec un point fort aujourd’hui, l’envoi de 1200 lettres de démission de leur fonction d’encadrement par les chefs de services. C’est inquiétant car c’est la santé des citoyens qui est en jeu et cela indiffère l’actuel gouvernement ! 

La fin de la sécurité sociale 

Alors que la sécurité sociale était revenue presque à l’équilibre en 2018 et qu’en 2019, il était prévu un retour à l’équilibre avec même un excédent et c’est raté elle est à nouveau en déficit. A qui la faute ? Devinez ! Ce gouvernement ne compensant pas par exemple les baisses de ressources induites par l’exonération de cotisations sociales salariales sur les heures supplémentaires et d’autres ressources du même type, on se retrouve avec un déficit de plus de 5 milliards d’euros pour 2019 et idem pour 2020. On a l’impression que ce gouvernement veut montrer que le système n’est pas viable. C’est la sécu qui a payé les dépenses imprévues liées au mesures sociales prises par le gouvernement en faveur des gilets jaunes. En supprimant ses recettes elle met la sécurité sociale dans le rouge on pourrait penser que Macron veut changer de système.

Déficit au niveau des universités 

Au niveau des universités, en ne finançant plus le GVT (glissement vieillesse technicité) et en ne prenant pas en compte l’augmentation du nombre d’étudiants dans leur financement, le gouvernement ne compense plus l’augmentation de la masse salariale et crée ainsi le déficit en argumentant qu’elles sont maintenant autonomes et doivent trouver de nouvelles ressources au niveau du privé. Pour essayer de se maintenir à flot la seule marge de manœuvre est de geler des postes afin de récupérer la masse budgétaire pour apurer partiellement le déficit alors que le taux d’encadrement des étudiants régresse, c’est navrant

Abandon du 3 %

Alors qu’il en était un partisan convaincu Macron abandonne les 3 % de déficit imposé par l’Europe en disant que une mesure d’un autre temps, comme quoi il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Il a donc décidé de financer les budgets à venir par l’endettement dans la mesure où la France emprunte actuellement à des taux négatifs. Il n’y aura que la fin de triste à moins qu’il ne se représente pas et qu’il retourne chez Rothschild !

Avec Macron tout fout le camp !

Dimanche 19 janvier 2020

 

EDP Sciences, une maison d’édition scientifique française de renom, dans laquelle j’ai publié quelques ouvrages, vient d’être rachetée en catimini par la société chinoise CSPM (China sciences publishing & média), c’est navrant. Elle avait été crée en 1920 par les savants et Prix Nobel de l’époque : Marie Curie, louis de Broglie et Jean Perrin entre autres.C’est à nouveau un peu de notre patrimoine culturel qui s’en va. Il est certain que l’édition scientifique est en difficulté avec l’apparition des documents en accès libres sur internet, mais il est navrant de constater que le gouvernement n’a pas cru bon d’intervenir financièrement afin que cette éditeur scientifique de qualité reste français. La défense de la francophonie, pourtant prônée par notre président, a été mise sous le tapis.

Il vend les bijoux de famille

Après les aéroports, les barrages hydroélectriques, la française des jeux, Encore un bijou de famille qui s’en va que restera-t-il quand Macron aura tout vendu et tout privatisé, il ne nous restera plus que nos yeux pour pleurer. De plus, à venir pleurs et grincements de dents s’il est remplacé par Marine Le Pen car avec la politique qu’il mène au profit de ses amis milliardaires et vu qu’ils sont beaucoup moins nombreux que les pauvres mathématiquement, il ne devrait pas être réélu. Malheureusement si les mathématiques sont une science exacte la politique n’en est pas une et loin de là, il ne faut jamais oublier qu’il a précédemment été élu avec seulement 25 % des voix.

Il détruit l’université française

Pendant ce temps concernant le monde universitaire, la loi de programmation pluriannuelle pour la recherche est en cours d’élaboration et va dans le sens d’une dérégulation des statuts des personnels (suppression de la qualification, de la référence horaire, modulation de service à discrétion des présidents, fusion du corps des maîtres de conférences et de celui des professeurs afin de réduire le nombre de titulaires et de ne plus recruter que des contractuels en premier emploi sous forme de faux CDI de 6 années). Tout cela se traduisant par une dégradation des conditions de travail des universitaires associée à une précarisation des emplois.

Même la recherche

En ce qui concerne la recherche, à l’inverse de ce qu’il faudrait faire, la priorité de ce gouvernement va à la recherche sur projets, porteurs de potentielles applications à court terme. Le dépôt de projet à L’ANR qui distribue les crédits aux équipes de recherche est une gabegie temporelle qui décourage et démoralise chaque année des milliers de chercheurs sans avoir l’impact escompté et souhaité sur le classement de la recherche française à l’international. C’est navrant !

Macron s’engage à sauver la planète

Dimanche 12 janvier 2020

 

 

Pendant que son premier ministre s’occupe maladroitement  des retraites, il vient de rencontrer 150 citoyens précédemment sélectionnés lors de la quatrième convention sur le climat et il a répondu à leurs questions pendant plus de 2 h en s’engageant à organiser un référendum sur les propositions qui sortiront fin avril de cette convention. Allant même plus loin en proposant que certaines de ces propositions soient transformées en texte de loi sans filtrage sauf si nécessaire pour en faire des textes réglementaires. Toutefois il met un garde fou en se réservant le droit de s’opposer à certaines propositions, on se disait aussi !

Destructeur de l’environnement 

Pourtant pour les écologistes il est classé parmi les destructeurs de l’environnement en prônant la croissance économique à tout prix comme assurant le bien-être des citoyens et la réussite du pays, alors qu’Il faudrait plutôt prôner la décroissance et suspendre la surconsommation et la surproduction. Dans tous les cas dans un futur plus ou moins proche la décroissance sera incontournable car la planète va imposer des limites qui commencent à se manifester comme le changement climatique et son impact sur la biodiversité. Il va falloir faire un choix entre le libre échange se traduisant par l’hyper-développement du commerce international et la préservation du climat.

Vision obsolète du monde 

Emmanuel Macron et son premier ministre avec leur vision obsolète du monde, fervents adeptes du développement économique responsable de la destruction du milieu naturel, sont complètement à côté de la plaque et ne répondent pas du tout aux demandes des jeunes qui se mobilisent de plus en plus pour l’écologie. Si Macron depuis son discours du nouvel an s’affiche comme un leader de la transition écologique en 2020, ce n’est pas l’utilisation d’une terminologie comme « urgence écologique » tout en maintenant en même temps les orientations ultra-libérales de son gouvernement incohérent qui les convaincra. Il est plus favorable à l’aménagement de la nature, en bétonnant les surfaces agricoles, qu’à sa protection et c’est bien regrettable.

 

Macron, L’illusionniste

Dimanche 5 janvier 2020

 

 

Macron soit disant droit dans ses bottes et renouvelant lors de ses vœux son engagement d’aller jusqu’au bout de son projet de réforme des retraites joue les illusionnistes. Déjà contrairement à ses dires plusieurs professions au moins vont conserver des régimes spécifiques (avec Macron on ne dit plus spéciaux et cela change tout !). Sont concernés les policiers et les gendarmes, les pompiers, les surveillants de prison, les militaires, le personnel des transports aériens, les chauffeurs routiers, les marins pêcheurs, les douaniers. Mais d’autres professions sont en train de négocier comme le personnel de l’opéra de Paris ou comme les sénateurs qui ne veulent pas perdre leurs énormes avantages (plus de 2000 € de retraite mensuelle après seulement 6 ans d’exercice).

Les perdants

Les grands perdants de cette réforme ce sont les fonctionnaires et plus particulièrement les enseignants car passer des 6 derniers mois à l’ensemble de la carrière pour le calcul de leur retraite se traduit par une baisse de 30 % de la pension qui leur sera versée. Tout en se prévalant d’une réforme juste, universelle et égalitaire et face à une importante contestation engendrant des grèves dures et continues,  le gouvernement fait semblant de ne pas céder, mais discrètement il fait des concessions au cas par cas, métier par métier. Ainsi les kinésithérapeutes comme les avocats garderaient leurs régimes indépendants. Même pour les cheminots, il revient en arrière sur certains points  comme sur les dates de mise en place du dispositif pour le personnel actuellement en fonction, mais il assure qu’il ne se pliera pas au mot d’ordre des manifestants concernant le retrait de son projet alors que 2/3 des français demande au minimum la disparition de l’âge pivot dans les derniers sondages. 

Tout vient à point ! 

Cette retraite à point que Macron qualifie de progrès social parce qu’il s’engage à ce qu’il n’y ait plus de retraite à moins de 1 000 €; toutefois cette somme est proche du seuil de pauvreté, quel progrès ! Cela semble malgré tout satisfaire le monde agricole dont pour certains la situation actuelle était catastrophique ! 

Plafonnement  

En plafonnant définitivement à 14 % du PIB les ressources publiques affectées aux retraites sous la pression de l’Europe le gouvernement ne prend en compte ni l’allongement de la vie, ni l’augmentation du nombre de retraités. L’application de cette règle aboutira à plus ou moins long terme à une baisse globale des pensions mais pour compenser Macron envoie un message fort en décorant de la légion d’honneur Jean François Cirelli l’actuel directeur de BlackRock le fond de pension. Il récompense ainsi par  anticipation son rôle à venir dans la mise en place d’une retraite par capitalisation dont rêve ce gouvernement.

Pour finir à méditer un proverbe revisité et adapté à l’actualité : « Qui sème le mépris social récolte une tempête urbaine » que Macron devrait méditer.