• Accueil
  • > Archives pour novembre 2019

Archive pour novembre 2019

Macron gratte sous !

Dimanche 24 novembre 2019

 

Dans ses projets, Macron veux récupérer tout l’argent pour pouvoir tous les ans apurer son budget. D’un côté, il y a l’argent du chômage de l’autre celui des caisses de retraite, les deux seraient intégrés au budget de l’état. A partir de là il pourra disposer de deux variables d’ajustement pour combler les déficits budgétaires de son gouvernement et se plier aux dictâtes de l’Europe. En réduisant d’un côté le niveau des pensions de retraite et de l’autre la valeur du point de retraite, il aura une souplesse budgétaire,  le rêve pour un comptable, mais au détriment des citoyens et surtout des plus démunis.

Fillon visionnaire 

C’est ce qu’avait signalé François Fillion en 2016 sur la retraite par points dont la valeur pourrait être modifiée tous les ans, un visionnaire, pour une fois qu’il ne disait pas une connerie. Face à ce risque de totipotence de l’état qui concernera les nouvelles générations donc nos enfants et petits-enfants il nous faut réagir. Espérons que les manifestations du 5 décembre seront un signal suffisant pour que ce gouvernement antisocial revienne sur ces projets.

Mesures fiscales

En attendant les mesures fiscales du gouvernement n’ont pas eu les effets escomptés; si les plus riches ont vu leur pouvoir d’achat fortement augmenter de 10 000 € en moyenne par an, mais pas de surprise c’était prévu et pour les 10 %de citoyens les plus aisés d’environ 800 €. Les français les plus pauvres avec une augmentation inférieure à 50 € malgré les nombreuses mesures en leur faveur comme le chèque énergie ou la réforme de la prime d’activité sont les dindons de la farce dans la mesure où il ne payent ni impôts sur le revenu ni taxe d’habitation, les nouvelles mesures leur passent au dessus de la tête. Mais en 2020 ce devrait être les français de la classe moyenne qui seront les principaux bénéficiaires des baisses d’impôts prévues par le gouvernement, avec 3 % de revenu supplémentaire alors que pour les plus pauvres ce sera inférieur à 1%. D’un point de vue politique électorale la démarche est astucieuse les riches et les très fiches sont définitivement acquis au parti présidentiel, les plus démunis sont hors jeu, par contre il y a moyen de gratter des électeurs dans la classe moyenne, on verra aux municipales !

Rien n’a changé 

 Rien n’a changé avec Macron, comme avec ses prédécesseurs plus on est aisés, plus on profite des mesures fiscales. Mais  toute catégories confondues  le pouvoir d’achat moyen de l’ensemble des français augmentera de 1,1 % l’an prochain, un chiffre positif, les comptables et les journalistes économiques sont rassurés !

 


Macron, un Robin des Bois à l’envers !

Dimanche 17 novembre 2019

3,5 milliards d’euros, c’est ce qu’il prend aux pauvres, ceux qui ne bénéficient plus du droit au travail, les chômeurs, pour donner indirectement au riches en supprimant l’impôts sur la fortune. Pour régler le problème de l’emploi, il avait deux solutions s’en prendre au chômage ou s’en prendre aux chômeurs. Devinez ce qu’a choisi ce progressiste ? La solution ultra libérale en  mettant en place un dispositif s’attaquant  au chômeurs en réduisant leurs droits et leur nombre et en donnant cette mission purificatrice aux agences pour l’emploi.

En marche

 Dans la foulée, ce grand marcheur en profite pour préparer l’étatisation de l’assurance chômage dont l’argent serait transféré au budget de l’état afin d’avoir plus de facilité pour le gérer, tout au bénéfice des indemnisés, bien sûr, avec une variable au niveau des prestations qui serait la conjoncture économique ! Ce n’est qu’un premier pas vers la solution ultime qui serait de résoudre le problème en supprimant les droits des chômeurs.

Emmanuel : Dieu ou plutôt Jupiter est parmi nous !

Dans la réforme de l’assurance chômage qui est entrée en vigueur le jour de la Toussaint, y a-t-il une symbolique ? Il faudra avoir travaillé d’avantage pour prétendre à une allocation chômage, plus de 700 000 personnes seront touchés par cette mesure dès la première année. A quel saint vont-ils pouvoir se vouer ? Sûrement pas à saint Emmanuel, fêté le jour de Noël et qui leur a fait ce cadeau anticipé.

Poisson d’avril 

C’est le premier avril que les nouvelles règles pour calculer le montant des indemnités de chômage vont s’appliquer. On prendra en compte non plus le salaire moyen des jours travaillés mais le revenu moyen des deux dernières années, ce qui réduira fortement les allocations pour environ 800 000 chômeurs.

Jeune de moins de 25 ans 

Avec cette nouvelle loi toute une partie de la population fragile, les jeunes, les intermittents, les saisonniers, ne pourront plus percevoir d’indemnités de chômage. Pour le jeune de moins de 25 ans qui ne trouve que des petits boulots de courte durée ce sera pire, il risque de finir à la rue car le chômage et le RSA pourront lui être refusé.

Jeunes de plus de 25 ans

 Pour les saisonniers de plus de 25 ans qui ne travaillent que 2 mois par an, l’allocation chômage leur sera refusé et ils devront survivre le reste de l’année avec le RSA. Pour les «  permittents « qui alternent régulièrement période de travail et chômage leur allocation d’aide au retour à l’emploi sera fortement réduite car maintenant calculée sur le revenu mensuel moyen alors qu’elle était précédemment calculée sur le salaire journalier. 

Loin des promesses du candidat 

Tout cela n’est pas satisfaisant et mécontente fortement les partenaires sociaux qui n’ont pas réussi à négocier avec ce gouvernement. il y a un sursis dans la mesure où les décrets d’application ne paraîtront progressivement que durant 2020 mais l’épée de Damoclès est au-dessus de la tête des chômeurs et l’on est loin des promesses du candidat Macron de faire de l’assurance chômage un droit universel.

Balkany fêtera-t-il Noël en famille ?

Lundi 11 novembre 2019

 

Condamné deux fois, une première fois à 4 ans de prison ferme pour fraude fiscale et une deuxième fois à 5 ans pour blanchiment aggravé de fraude fiscale avec mandat de dépôt. Même si sa première demande de remise en liberté a été acceptée par les juges, il reste en prison dans l’attente d’une deuxième audition concernant une demande correspondant à la deuxième condamnation. Il devra attendre le 13 novembre  pour que les juges statuent sur son maintien ou non en prison. Par contre il s’inquiète de la caution de 500 000 € disant qu’il n’a plus un rond pour reprendre son expression. Son prestigieux avocat, maître Dupont-Moretti plaide pour une libération sèche, donc sans caution. 

Cotiser à l’ASPB

Les levalloisiens, du moins ceux qui ne sont pas encore dégoûtés, vont devoir cotiser à l’ASPB (l’association de soutien à Patrick Balkany) afin d’abonder cette somme et pour certains rendre un peu de ce qu’ils ont reçu de ce maire très prolixe. Son épouse qui subit les mêmes condamnations mais sans mandat de dépôt a quand même payé une caution de 1 million d’euros pour rester en liberté, pour un couple qui n’a plus un rond, c’est une belle somme !

 La justice devrait trancher

Dans la même période le procès en appel sur la première affaire est fixé au 11 décembre avec  deux dénouements possibles ou son appel est rejeté et il reste incarcéré ou il sort de prison et dans la mesure où il a fait appel de ses deux condamnations qui prévoyaient entre autre 10 ans d’inéligibilité, il reste encore présumé innocent et c’est reparti. Il pourra se représenter aux élections municipales de 2020 et il pourrait être élu si l’on en croit l’avis et le souhait des habitants de Levallois-Perret où il a fait beaucoup de bien si l’on écoute ses administrés  distribuant boîtes de chocolat et bouteilles de champagne aux personnes âgées à Noël donc les arrosant à tour de bras.

Assigné à résidence en Normandie 

 S’il est libéré, il sera assigné dans sa résidence de Normandie le moulin de Giverny que le couple a transformé en palace. Une gentilhommière de 1 300 m2 habitable, une dizaine de chambres sur 4 ha avec deux piscines, un hammam, un terrain de tennis, une salle de sport et un parcours de golf. Cette propriété a été saisie par le tribunal mais les enfants Balkany ont fait appel et conteste cette décision dans la mesure où ils ont reçu cette propriété en donation partage, les époux Balkany n’en ayant plus que l’usufruit. L’aventure du couple d’escrocs continue avec un premier dénouement dans quelques jours.

Le CICE, une arnaque

Lundi 4 novembre 2019

 

Le crédit d’impôts pour la compétitivité et l’emploi devait relancer l’économie et réduire le chômage; cette année, c’est 40 milliards qui auront été versé aux entreprises si l’on ajoute les baisses de cotisations sociales et tout cela sans réduction significative du chômage.

Crédit d’impôt

Bénéficiant de ce crédit d’impôt, au lieu de créer de l’emploi des entreprises comme Carrefour ou Michelin licencient leurs vendeurs ou ferment leurs usines quand elles ne versent pas une partie de ces subsides directement à leurs actionnaires ! Michelin est un cas d’espèce, en fermant son usine de la Roche-sur-Yon et licenciant plus de 600 employés, l’usine avait utilisé les 4,3 millions obtenus à financer l’achat de machines d’assemblages non installées sur le site et qui ont été réexpédiées dans d’autres pays. L’argent du CICE a donc servi à financer des équipements dans des usines Michelin des pays de l’Est. Argumentant que cet argent a été employé à soutenir la politique d’investissement de l’entreprise, Michelin n’envisage pas son remboursement. Le gouvernement accepte cet argumentaire considérant que cet argent a été utilisé dans le cadre des dispositions légales et surtout il n’a pas envie que les syndicats s’en mêlent.

Fin du CICE

Vu le manque d’efficacité de ce dispositif en ce qui concerne l’emploi, le gouvernement Macron a décidé de le remplacer par une baisse des cotisations sociales des entreprises, ce qui devrait être plus efficace et moins facile à détourner. Effet secondaire, Alors que depuis 2010 son déficit ne cessait de se réduire atteignant presque l’équilibre en 2018 le trou de la sécurité sociale est en train de se creuser à nouveau. Pour 2019 le déficit devrait être d’au moins 5 milliards d’euros dans la mesure où les recettes ont été plus faibles que prévues et que le gouvernement n’a pas compensé les nombreuses baisses de cotisations qu’il a mis en place. 

Les mesures en faveur des gilets jaunes ont plombé les prévisions trop optimistes du gouvernement et cela ne devrait pas s’arranger pour 2020 avec un déficit aussi conséquent. Les députés viennent de voter le budget 2020 de la sécurité sociale confirmant qu’il n’y aura pas de compensation des mesures d’urgences économiques et sociales dites « mesures gilets jaunes ». L’équilibre est maintenant annoncé pour 2023 mais qui sera alors le président ? Ainsi va la macronie, vivement que cela s’arrête avant d’arriver dans le mur !