Retraite à point des enseignants, c’est saignant !

La réforme des retraites par point que souhaite mettre en place le gouvernement va toucher de plein fouet les enseignants. Alors que la retraite moyenne mensuelle brute d’un professeur certifié est actuellement de l’ordre de 2 500 à 2 800 € en fonction de son indice de fin de carrière. Des simulations ont été faites par les syndicats et la retraite par point se traduira pour une carrière complète à une baisse de 30 % soit en moyenne environ 1 900 € brut mensuel. La prise en compte des primes dans ce calcul, qui sont peu importantes dans l’éducation nationale par rapport aux autres fonctions publiques, sera loin de compenser cette baisse de la pension de retraite.

Mal rémunéré 

Tout le monde reconnaît que si les enseignants sont plutôt mal rémunérés durant leur carrière, ils bénéficiaient jusque-là d’une retraite d’un niveau satisfaisant, une sorte de rattrapage pour le ministre de l’éducation nationale ! Ce n’est pas l’augmentation de salaire proposée par le ministre, 300 € par an soit moins de 1 € par jour, même pas de quoi se payer un café qui va résoudre le problème. Ces mesures ne vont pas encourager la nouvelle génération à choisir la carrière d’enseignant dont le recrutement est quand même maintenant à bac plus cinq et de plus en plus difficile. On s’étonne un peu de la faible réaction du milieu enseignant actuellement en place qui va en faire les frais à moins que comme beaucoup de citoyens ils pensent que cette réforme va échouer ! Sa mise en place n’est prévue que pour 2025 et d’ici là le gouvernement voire le président aura le temps de changer et nous sommes nombreux à la souhaiter.

Retarder son départ en retraite 

L’une des solutions individuelles est de retarder son départ en retraite ce que souhaite le gouvernement. Ainsi pour les professeurs de l’enseignement supérieur en plus de l’âge limite de 65 ans il propose de leur accorder deux années supplémentaires renouvelables une fois, ce qui nous mène à 69 ans. Ce ne sont toutefois pas eux les plus à plaindre au niveau retraite (j’en sais quelque chose !). En fait cette mesure pallie à une mauvaise estimation des besoins en professeurs des universités due à la faiblesse des recrutements et au non remplacement des départs en retraite depuis plusieurs années

Laisser un commentaire