Une surprise pour les écologistes

 

A l’encontre des promesses récentes avec l’engagement de l’état de ne pas signer de traités qui aillent à l’encontre des engagements de la France pour l’environnement, Macron jette un double pavé dans la mare des écologistes. D’un côté le Mercosour, accord commercial avec les pays d’Amérique du sud, qui vient d’être signé par le gouvernement et d’autre part en demandant au parlement de ratifier au plus vite le texte du CETA (accord commercial transatlantique avec le Canada). Ce dernier est déjà entré en application depuis 2 ans sans avoir été ratifié par les députés de l’assemblée nationale ! Cet accord de libre échange est qualifié de climaticide alors qu’Emmanuel Macron il y a plus d’un an s’était engagé solennellement à La Tribune des Nations Unis à donner la priorité à l’urgence climatique et à l’environnement au détriment des considérations commerciales. Peut-on lui faire confiance  ?

Hulot et Jadot

Du coup Nicolas Hulot et Yannick Jadot réagissent violemment; pour le premier le Mercosour est antinomique avec la lutte contre le dérèglement climatique et le second parle de duplicité indigne du gouvernement. Mais ils ne sont pas les seuls et dans la majorité cela commence à grincer. La porte parole du gouvernement met des bémols en ce qui concerne le Mercantour précisant que « la France n’est pas prête à ratifier l’accord ». Il sera étudié en détail avec des demandes de garanties (vœux pieux) aux pays partenaires et en particulier au président du Brésil en ce qui concerne la déforestation de l’Amazonie, on peut rêver !

Rendre la vie impossible

Pourtant, Macron demandait il y une semaine aux militants écologistes de lui rendre la vie impossible; ils l’ont pris au mot en occupant un pont parisien de façon non violente avec le résultat que l’on connaît; encore des violences policières à coup de bombes de gaz lacrymogène dans le visage des militants. Vu les protestations indignées émises par des personnalités de tout bord et le parquet de Paris a décidé  de mettre en place une enquête judiciaire tandis que Christophe Castaner demandait un rapport au préfet de police sur les modalités de cette évacuation. Encore heureux qu’aucun ne soit tombé dans la Seine ! 

Ça gaze pour De Rugy

De son côté, François De Rugy, toujours aussi nul, contre les gaz à effet de serre mais pas contre les gaz lacrymogènes, justifiait cette intervention par une entrave à la circulation des véhicules pourtant polluants dans la capitale. Le même jour, il se félicitait du vote par le parlement de la loi énergie-climat dont le contenu a pourtant été bien allégé au fur et mesure des débats sous la pression des lobbies. Pour en finir avec la pollution à Paris, il semble qu’à proximité de Notre Dame, suite à l’incendie, une pollution au plomb exceptionnelle a été observée sans qu’aucune précaution ne soit prise par les responsables qui ont plutôt caché le problème et par notre gouvernement de comptables qui s’est surtout intéressé à la récolte de l’argent pour sa reconstruction.

 

Laisser un commentaire