• Accueil
  • > Archives pour juillet 2019

Archive pour juillet 2019

Ruffin rouge et vert !

Lundi 29 juillet 2019

 

Ruffin, un vert qui voit rouge ou un rouge qui voit vert ! Il devrait être content du départ de De Rugy qui n’était pas son copain, se lançant mutuellement des noms d’oiseaux depuis quelques mois, politicaillon d’un côté, fasciste de l’autre. 

Elisabeth Borne 

Toutefois la nouvelle ministre qui cumule le transport et l’environnement, Elisabeth Borne ne trouve pas grâce à ses yeux dans la mesure où elle n’a jamais parlé dans ses discours de l’environnement. Il met en doute sa capacité a affronter la catastrophe écologique qui nous menace dans la mesure où elle doit appliquer la politique du gouvernement d’Édouard Philippe qui ne fait que très récemment référence à l’environnement. Du fait de ses précédentes fonctions, elle est plus portée sur le transport par camion que sur d’autres dispositifs plus écologiques. 

Train Perpignan/Rungis 

Ainsi la suspension jusqu’en novembre, décidée par la SNCF et Elisabeth Borne, du train Perpignan-Rungis qui transportait fruits et légumes tous les jours, mais déjà remplacé par des camions est loin d’être une démarche écologique. Le remplacement du train est estimé à 20 000 camions par an sur un trajet déjà bien encombré; quelle mauvaise décision d’une Ministre bornée (je ne pouvais pas la rater) qui cumule le transport et l’environnement, favorable au transport aérien plutôt qu’au train, alors que Ruffin propose le contraire

De Rugy c’est fini !

Lundi 22 juillet 2019

 

Notre ministre de l’environnement, à particule, écologiste pragmatique, et chantre des économies  mettant en cause le train de vie de l’assemblée nationale qu’il a réduit de plus de 10 % lorsqu’il en a été le président sauf que cette politique restrictive il a oublié de se l’appliquer à lui-même. Pourtant lors des précédents scandales comme celui de l’affaire Cahuzac où celui de Fillon il jouait les vertueux outragés. 

 Hôtel de Lassay

Une fois Installé à l’Hotel de Lassay, dans les ores de la république, il a confondu les genres invitant ses amis ou plutôt ceux de sa femme à faire bombance. De gros homards, pour quelqu’un qui se déclare allergique aux crustacés, des bouteilles de vin à 500 € sortis de la cave prestigieuse de l’assemblée nationale lors de ces dîners, soit disant professionnels, organisés afin de ne pas se couper de la société civile se défendent les époux De Rugy ! Tu parles, Le citoyen moyen, qui ne risque pas l’indigestion en mangeant du homard, a du mal à se sentir proche de ce Ministre « bling-bling ».

Licenciement brutal d’un fusible

Licenciant brutalement dans la nuit sa directrice de cabinet sous prétexte qu’elle occupait indûment un logement social à Paris depuis de nombreuses années, il a oublié de se regarder dans la glace faisant de même pour un appartement près de Nantes. Pour sa défense il a argumenté qu’il n’était pas au courant du statut social de cet appartement.

Rénovation 

Trouvant certainement son appartement de fonction de ministre inconfortable, il a fait financer des rénovations importantes au frais de son logeur et employeur, l’état donc nous ! Certainement grâce à un expert comptable très compétent, il a bénéficié en 2005 d’une exonération totale de  ses impôts sur le revenu profitant à l’époque des avantages des députés dont une part des revenus n’étaient pas imposables et d’un montage financier tordu faisant don d’une partie de ses indemnités non imposables à son parti et justifiant ensuite de ce don pour réduire ses impôts.  

Modèle scandinave 

Dans les pays scandinaves qui sont soi-disant des modèles de démocratie pour notre président, une telle accumulation de casseroles l’aurait obligé à démissionner aussitôt.  Lui qui fait souvent référence à De Gaule en est loin, ce dernier remboursait les déjeuners de ses petits enfants et ses timbres, son électricité et Tante Yvonne le faisait manger dans sa propre vaisselle afin de ne pas abîmer celle de la république. On en est loin !

Démission 

Il vient de démissionner mais il va retrouver automatiquement son poste de député et pouvoir continuer à bénéficier de l’argent publique, c’est navrant mais c’est la loi; à moins qu’il ait encore un peu de bon sens et démissionne aussi de cette fonction

Feu d’artifice raté !

Lundi 15 juillet 2019

 Le 14 juillet est passé et Macron n’a rien fait péter ? Avec 69 % de français qui ne lui font pas confiance d’après les deniers sondages, plutôt qu’une explosion c’est une implosion, l’embellie suite aux élections européennes a fait plouf. Il faut dire que de la façon dont il maltraite le pays en refusant le dialogue social cela ne doit pas aider.

Licenciement post élection européennes

Suite aux élections européennes, (avant ça n’aurait pas fait un succès), une série de plans de suppression d’emplois dans l’industrie ont été annoncés par les conseils d’administration de plusieurs sociétés. Le gouvernement n’a pas réagi, ne cherchant pas les moyens d’inverser cette tendance, à croire que cela l’arrange. C’est  pourtant inquiétant dans la mesure où nous allons devenir rapidement l’un des pays européens les moins industrialisés. La seule réaction du premier ministre a été de se dédouaner annonçant que dans certains cas comme pour Belfort et Alstom, ils n’était pas au courant, mon œil. Pour ce gouvernement le mensonge est un élément de langage très utilisé qui le décrébilise. Il nous prend pour des imbéciles. 

Industrie, on brade

Dernier scoop, avec le projet Poséidon le gouvernement est en train de brader discrètement un groupe industriel français stratégique : rapprochement entre Naval Group (constructeur naval militaire français) et des chantiers navals italiens et dont le cœur stratégique serait situé à Gênes en Italie. L’argument principal étant de développer les exportations comme si ce gouvernement de branquignoles avait oublié que le rôle principal de cet industrie, qui fonctionne parfaitement, est de fournir à l’armée française des équipements plus performants que ceux des autres pays.

Deuxième période 

 La deuxième phase de son quinquennat est lancée avec un agenda de réformes très contraint afin de rattraper les 6 mois perdus par la faute des gilets jaunes. Les parlementaires vont avoir du pain sur la planche en démarrant plein pot par une révision des lois de bioéthique qui fait réagir avec l’extension de la PMA à  toutes les femmes. Au retour des vacances le planning va serrer car il va falloir caser la réforme des retraites et le projet de loi de finance pour 2020. À ce sujet, il va quand même falloir financer les 10 milliards promis aux gilets jaunes et les 5 milliards de baisse d’impôts promis aux autres citoyens ! Qui va payer, pas les ménages ce serait aberrant mais les entreprises en réduisant leurs niches fiscales, ce qui ne fait pas un succès au niveau du MEDEF. La réforme des retraites comme celle de l’assurance chômage ou la privatisation de l’aéroport de Roissy et du reste commencent à semer le doute chez les députés LREM jusqu’ici très bénis oui-oui.

Municipales 

De même dans l’optique des élections municipales de 2020, les maires auxquels Macron a fait les yeux doux lors de son grand débat, en espérant en récupérer un bon nombre, surveillent de près la réduction progressive de la taxe d’habitation qui doit disparaître totalement et pour tous, même pour les riches en 2023. C’est sans risque puisque la patate chaude sera pour le prochain président ! A moins que Macron ne fasse un deuxième mandat ce qui serait catastrophique !

Une surprise pour les écologistes

Lundi 8 juillet 2019

 

A l’encontre des promesses récentes avec l’engagement de l’état de ne pas signer de traités qui aillent à l’encontre des engagements de la France pour l’environnement, Macron jette un double pavé dans la mare des écologistes. D’un côté le Mercosour, accord commercial avec les pays d’Amérique du sud, qui vient d’être signé par le gouvernement et d’autre part en demandant au parlement de ratifier au plus vite le texte du CETA (accord commercial transatlantique avec le Canada). Ce dernier est déjà entré en application depuis 2 ans sans avoir été ratifié par les députés de l’assemblée nationale ! Cet accord de libre échange est qualifié de climaticide alors qu’Emmanuel Macron il y a plus d’un an s’était engagé solennellement à La Tribune des Nations Unis à donner la priorité à l’urgence climatique et à l’environnement au détriment des considérations commerciales. Peut-on lui faire confiance  ?

Hulot et Jadot

Du coup Nicolas Hulot et Yannick Jadot réagissent violemment; pour le premier le Mercosour est antinomique avec la lutte contre le dérèglement climatique et le second parle de duplicité indigne du gouvernement. Mais ils ne sont pas les seuls et dans la majorité cela commence à grincer. La porte parole du gouvernement met des bémols en ce qui concerne le Mercantour précisant que « la France n’est pas prête à ratifier l’accord ». Il sera étudié en détail avec des demandes de garanties (vœux pieux) aux pays partenaires et en particulier au président du Brésil en ce qui concerne la déforestation de l’Amazonie, on peut rêver !

Rendre la vie impossible

Pourtant, Macron demandait il y une semaine aux militants écologistes de lui rendre la vie impossible; ils l’ont pris au mot en occupant un pont parisien de façon non violente avec le résultat que l’on connaît; encore des violences policières à coup de bombes de gaz lacrymogène dans le visage des militants. Vu les protestations indignées émises par des personnalités de tout bord et le parquet de Paris a décidé  de mettre en place une enquête judiciaire tandis que Christophe Castaner demandait un rapport au préfet de police sur les modalités de cette évacuation. Encore heureux qu’aucun ne soit tombé dans la Seine ! 

Ça gaze pour De Rugy

De son côté, François De Rugy, toujours aussi nul, contre les gaz à effet de serre mais pas contre les gaz lacrymogènes, justifiait cette intervention par une entrave à la circulation des véhicules pourtant polluants dans la capitale. Le même jour, il se félicitait du vote par le parlement de la loi énergie-climat dont le contenu a pourtant été bien allégé au fur et mesure des débats sous la pression des lobbies. Pour en finir avec la pollution à Paris, il semble qu’à proximité de Notre Dame, suite à l’incendie, une pollution au plomb exceptionnelle a été observée sans qu’aucune précaution ne soit prise par les responsables qui ont plutôt caché le problème et par notre gouvernement de comptables qui s’est surtout intéressé à la récolte de l’argent pour sa reconstruction.

 

Macron gentil pas gentil

Lundi 1 juillet 2019

Il y a déjà eu un Macron pas gentil (merci JYC), mais il y a bien longtemps, né en -21 avant JC et mort en 38 c’était un préfet du prétoire romain que l’on soupçonne d’avoir assassiné l’empereur Tibère, donc un tueur comme l’actuel. Par la suite, il favorisa l’ascension de Caligula  qui ensuite l’obligea à se suicider, pas très reconnaissant l’empereur. Espérons que le successeur de Macron sera moins machiavélique mais seul l’avenir nous le dira encore qu’un suicide au moins politique n’est pas impossible.

Macron n’est pas gentil

 Notre Macron n’est pas non plus très gentil hormis avec les citoyens les plus riches qu’ils gavent depuis son élection. Par contre avec les plus de six millions de français laissés pour compte qui survivent avec difficultés, il est plus que maladroit, voire provocateur quand il parle de ceux qui ne sont rien.

Un peu brutal

Il a traité de façon très brutale pendant 6 mois les gilets jaunes en leur envoyant les forces de l’ordre et en cautionnant les violences policières (17 personnes éborgnées et 4 mains arrachées). Beaucoup de  ses réformes à marche forcée ne vont pas dans le sens du bien-être de la population comme celle de l’assurance chômage dont le but est d’économiser plus de 3 milliards d’euros au détriment de quelques  chômeurs qui ne toucherons plus rien ! De quoi vivront ils ?

Parfois trop gentil

Philippe Besson qui a écrit une hagiographie sur le susdit président : « Un personnage de roman » a été récompensé par une nomination comme diplomate à Los Angeles sans justifier de compétences particulières. Cela a quelque peu choqué les vrais diplomates et leurs syndicats on déposé un recours contre cette nomination pour le moins cavalière. Mais en mars dernier le conseil d’état a annulé le texte qui donnait à Macron le pouvoir de choisir et de nommer les 22 consuls de France dans le monde, ce qui a par répercussion annulé la nomination du romancier. Pas toujours facile d’arroser les copains quand on est président d’un pays où il reste encore un soupçon de démocratie.