• Accueil
  • > Archives pour janvier 2019

Archive pour janvier 2019

Cause toujours, tu m’intéresses !

Lundi 28 janvier 2019

Lors des déplacements d’Emmanuel Macron dans les campagnes françaises pour  initier son grand débat, des dispositifs impressionnants ont été mis en place pour assurer sa sécurité et surtout éviter toute manifestation des gilets jaunes. Dans les villages retenus, la circulation a été réduite par la présence de barrages filtrants à l’entrée  et surtout par l’interdiction de porter un gilet jaune, sous peine d’écoper d’une amende de 135 euros.

Macron, en lançant ce grand débat national, pour le moment réservé aux élus, veut réduire au silence l’immense majorité des Français qui ne sont rien (ni élu, ni chefs d’entreprises, etc.). Avec deux rencontres par semaine de plusieurs heures devant des maires triés sur le volet, cela s’apparente à une performance, un one-man-show.  Dans le style c’est une sorte de marathon qui fait penser à du théâtre d’improvisation pour le principal acteur qui a fait du théâtre dans sa jeunesse avec madame comme prof et cela se voit.

Ce n’est pas vraiment un débat dans la mesure où c’est une suite de questions/réponses, mais c’est toujours le même qui parle, où sont les échanges ? Le système est biaisé du fait de la présence permanente de Macron et des ses sbires et ce qui devrait être un débat entre français s’apparente plus à un début de campagne de LREM en vue des européennes. Pourtant la campagne pour les européennes est loin d’être commencée, mais se pose pour les autres partis alors le problème des comptes de campagne du parti présidentiel : le coût de ces réunions qui s’apparente pour certains à des meetings sera-t-il pris en compte et à partir de là, combien ça coûte ces shows présidentiels ?

Le président devrait de rendre compte que la cause de la crise politique c’est, entre autre, sa façon jupitérienne d’exercer le pouvoir; il devrait se remettre en question, mais ce n’est pas trop son truc ! Tout d’un coup il s’aperçoit que les maires existent, bien qu’il les ait boudés depuis un an et demi en refusant d’assister, en novembre dernier, au congrès des maires de France et d’y faire un discours comme il l’avait promis l’an dernier; mais les promesses… Par contre dans le même temps il en a invité, plutôt choisi, plusieurs centaines qu’il a reçu à l’Elysée, et auxquels il a parlé, comme un suzerain recevant ses vassaux. C’est quand la révolution ?

Coup d’éclat surprise dans la Drôme, Macron quitte la réunion formatée de maires triés sur le volet pour se pointer, soi-disant de façon impromptue, dans une réunion organisée par son ministre de l’agriculture pro glyphosate avec des gilets jaunes cette fois. Il a répondu à la première question d’un participant avec gilet, mais pendant plus de 10 minutes, noyant le poisson tandis que la salle est restée muette, conciliante écoutant une sorte de bonimenteur en train de leur vendre sa camelote; un papa gâteau « les enfants c’est pas open bar » nous réprimandant comme si nous étions des salles gosses, on croit rêver !

Pendant ce temps là, Chantal Jouanno, présidente de la commission nationale du débat public (CNDP) met les pieds dans le plat. Après avoir démissionné, elle fait remarquer  que le débat proposé par Emmanuel Macron est faussé car très éloigné de la méthode proposée par le CNDP et des contraintes qui en aurait résulté comme pas de sujet tabou ou encore pas de président au milieu de la salle. Ce processus qui devait être politiquement neutre a donc été pris en charge par l’Élysée au détriment de la totale impartialité du processus qui aurait dû être la règle, cela risque ni de convaincre ni de rassurer les gilets jaunes. C’est raté, dommage !

Un premier de cordée qui dévisse !

Lundi 21 janvier 2019

Un premier de cordée narcissique, Carlos Ghosn, comme les aime notre président a été arrêté par la justice japonaise à sa descente d’avion, de son jet privé bien sûr ! Que ou qui va-t-il entraîner dans sa chute ? Dans un premier temps la bourse et les actions de Renault en France et de Nissan au Japon. Que reproche les japonais à leur soi-disant Demi-Dieu qui était même le sujet d’un manga ? Il est soupçonné d’avoir dissimulé une partie de ses revenus au fisc japonais et d’avoir utilisé des biens de l’entreprise à des fins personnelles, si c’est vrai c’est pas bien ! Il est en garde à vue renouvelable suivant le système judiciaire japonais.

Nous avons du mal à comprendre pourquoi quelqu’un qui cumulait deux rémunérations (ce qui lui a souvent été reproché par ses actionnaires), puisse pratiquer la fraude ou plutôt d’après lui l’omission fiscale sur le conseil de son expert-comptable; en fait comme beaucoup de grands patrons (grand par le salaire indécent), il lui en faut toujours plus. Ainsi en 2014 il perçoit 7 millions d’euros de Renault et 8 millions de Nissan. En 2015 malgré un vote contraire de l’assemblée générale des actionnaires de Renault, le conseil d’administration maintient son salaire de 7,2 millions. En 2016 la part de son salaire variable est réduite de 20%. En 2017 un bidouillage des banquiers de l’alliance Nissan/Renault permet de verser des bonus de plusieurs millions d’euros au PDG et à d’autres collaborateurs échappant ainsi au contrôle des actionnaires. En 2018 il a accepté enfin de réduire son salaire de 30%. En 2019 est-il toujours rémunéré par Renault ?

Voleur et voyou au Japon mais toujours grand patron d’industrie en France, nous ne devons pas avoir les mêmes valeurs que les japonais ! Il semble qu’il n’y ait pas de problème au niveau de Renault aussi en est il toujours le PDG (mais cela ne devrait plus durer très longtemps) en absence de preuve de sa culpabilité. Il est remplacé par un administrateur provisoire tant qu’il est en prison. Par contre au niveau de Nissan, il a été viré dés sa mise en examen.

On découvre tardivement que Carlos Ghosn était exilé fiscale en Hollande; aussi ne payait il pas l’ISF, bel exemple de grand patron français ! La justice japonaise n’est pas décidée à le relâcher, refusant sa libération sous caution et rajoutant à chaque fois de nouveaux chefs d’inculpations lorsque sa garde à vue est près d’expirer. Le dernier, abus de confiance, qui semble particulièrement grave au Japon, risque de le maintenir encore longtemps en prison avant un éventuel procès. Chez Renault, dont l’état est encore actionnaire a 15 %, on commence à s’inquiéter dans la mesure où il est encore théoriquement le PDG ! Mais cette fois un remplaçant a la tête du consortium Renault/Nissan est proposé au japonais. Ghosn est lâché, il va prendre cher !

Autant la justice japonaise est rigoureuse et sévère quoique un peu moyenâgeuse avec peu de droit au niveau de la Défense, à l’inverse en France les grands patrons profitent d’une immunité et d’une grande mansuétude, le Ministre allant jusqu’à déclarer que dans le cas de Ghosn il n’y a rien à signaler concernant sa situation fiscale alors qu’il fait partie des patrons scélérats qui se sont exilés fiscalement ! Ce n’est pas brillant !

En conclusion pour reprendre un bon ou plutôt un mauvais mot récent de notre président, il n’y pas que les pauvres qui déconnent, il y a aussi les riches, Carlos Ghosn en est un exemple !

Ce n’est pas fini !

Lundi 14 janvier 2019

Et ce n’est pas fini : les gilets jaunes continuent, les stylos rouges démarrent, les blouses blanches ne devraient pas tarder à de manifester puis les combinaisons vertes et bleues des éboueurs et des mécaniciens, les casques rouges des pompiers, toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ciel vont y passer. Il ne sera pas facile pour le gouvernement de se sortir de ce capharnaüm et ce ne sont pas les discours sur la réduction des dépenses de l’état ou la remarque désobligeante du président sur le manque de sens de l’effort des français qui vont régler les problèmes, bien au contraire.

Pour ce qui est des stylos rouges leur principale revendication, plutôt que les propositions de Blanquer sur la réforme du baccalauréat ou sur la procédure sélective d’accès à l’université, leurs revendications vont concerner leurs rémunérations qui sont depuis très longtemps insuffisantes si on les compare à celles des autres pays européens.  En particulier en ce qui concerne les professeurs des écoles, le salaire moyen est de 17 % inférieur à celui des autres pays de l’OCDE. Il faut en effet avoir la vocation car à même niveau de diplôme le salaire des professeurs des écoles n’est que de 72% de ce qu’ils auraient obtenu s’ils travaillaient ailleurs qu’à l’éducation nationale. Si la différence est moindre au niveau des profs de collège et de lycée, il n’en reste pas moins que ce dernier a une rémunération de 54 % inférieure à son collègue allemand. La proposition du ministre d’augmenter les heures supplémentaires annualisées est loin d’être la solution à ce problème. La cour des comptes a calculé que par rapport à un certifié le coût en équivalent annuelle d’un prof en heures supplémentaires est deux fois moindre, c’est tentant ! On se retrouve à nouveau dans une logique budgétaire caractéristique de ce gouvernement d’agents comptables !

Les blouses blanches se sont déjà manifestées l’an dernier, leurs revendications sont quelques peu différentes des gilets jaunes et des stylos rouges. C’est le plan santé présenté par notre président qui a été le déclencheur car, comme d’habitude, il fait la part belle aux premiers de classe, les médecins, et oublie complètement les autres personnels de santé les infirmières et infirmiers qui sont pourtant les plus nombreux ! La proposition de créer 4 000 emplois d’assistants médicaux, sorte de sous infirmières à la fois secrétaires et aides-soignantes au service des médecins et aux frais de la sécu n’a pas fait un succès ! Elles se sentent comme beaucoup de travailleurs dans notre pays, méprisées par ce gouvernement qui ne semble pas vraiment se rendre compte de leurs problèmes et de l’énorme malaise qui gangrène notre société. Face à ces situations individuelles ce n’est pas la rémunération excessive de Chantal Jouanneau qui va convaincre les citoyens les plus démunis qu’une justice sociale existe dans notre pays. Le grand débat qui sent l’enfumage et qui complète celui bien réel subit par les manifestants les samedis après-midi ne suffira pas à arrêter la crise.

Meilleurs voeux

Lundi 7 janvier 2019

J’ai bêtement voulu regarder les vœux de nouvel an du président, malheureusement cette empilement de soi-disant mesures à base de langue de bois, accumulation de lieux commun ne m’a pas convaincu et n’a pas retenu suffisamment mon attention, aussi je me suis endormi dans mon fauteuil. Je me suis dit, j’ai dû rater le meilleur, mais non il n’y en avait pas, tout était du même tonneau, imbuvable;  ce qui contredit l’adage populaire : « qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse » !  Pourtant je pense qu’il soûle beaucoup de monde !

Trois mots clefs dans ses vœux : vérité, peu crédible quand on voit les approximations voire les mensonges dans le précédent discours; dignité a revoir quand on s’adresse à ses concitoyens de façon incorrecte et dédaigneuse; espoir,  au moins pour les gilets jaunes qu’il s’en aille !

Cette fois il innove quand on était petit traditionnellement on écrivait une lettre au Père Noël; cette fois c’est le Père Noël qui va nous écrire, on est pressé de la lire; on espère de belles choses, mais si ce sont de nouvelles promesses il peut se les garder. Qui va payer les timbres qui viennent judicieusement d’augmenter ? Justement pour éviter les frais nous venons d’apprendre que sa lettre à tous les français sera diffusée sur les réseaux sociaux et dans les journaux. En plus sa lettre il va devoir l’écrire lui-même car sa plume le quitte pour raisons personnelles. Mais encore une fois c’est raté, les français qui ne sont rien, les plus démunis ceux qui n’ont pas d’accès à internet et qui n’ont pas les moyens d’acheter le journal n’auront pas accès à sa prose ! Mais je ne pense pas qu’ils vont le regretter car sa prose est loin de celle de Victor Hugo ou de Château Brillant.

Discours très intello, loin des préoccupations des gilets jaunes qu’il ne cite même pas directement, mais traite de « foule haineuse ». Enfermé dans son palais présidentiel, entouré d’escadron de gendarmes mobiles, il n’a peut être rien vu sauf s’il a regardé BFM TV, la chaîne de télé à sa botte.

Une possible explication à l’origine de cette situation : des gamins, quarantenaires sur diplômés, sont arrivés au pouvoir en même temps qu’Emmanuel Macron en éliminant d’un seul coup les soixantenaires en poste depuis de nombreuses d’années, roublards mais expérimentés et qui pensaient être inamovibles. Le choc a été brutal pour Sarkozy, Fillon, Valls, Juppé, Montebourg, pour ceux qui voulaient rester et pour ceux qui ont préféré abandonner dés les primaires comme Hollande ou Ségolène; ces derniers remuent encore un peu en écrivant leurs mémoires ! Maintenant en place, cette nouvelle génération de politiciens à la petite semaine prend sa revanche faisant preuve au minimum de leur inexpérience de la vie politique et pour certains de leur incompétence. On est mal barré !