• Accueil
  • > Non classé
  • > La marque jaune, une nouvelle aventure d’Emmanuel et d’Edouard

La marque jaune, une nouvelle aventure d’Emmanuel et d’Edouard

 

Ce n’est pas une nouvelle aventure imaginée et dessinée par E.P. Jacobs mais une aventure bien réelle, mise en scène par Macron et Philippe, déjà bien lancée, la difficulté ça va être d’en écrire la fin.

C’était mal engagé : Proposer un moratoire sur les taxes, c’était reculer pour mieux taxer ce qui n’a pas convaincu les  gilets jaunes. Problème de vocabulaire, reporter les taxes au lieu de les annuler le premier ministre n’a pas utilisé le bon verbe. Macron reprend la main et corrige son premier ministre en déclarant : » Ni suspendue, ni différée, la hausse des taxes est bel et bien annulée ». Il envoie son ministre de l’environnement confirmer ses dires à la télé qui déclare que ces taxes sur les carburants sont supprimées pour 2019, mais en 2020 que se passera-t-il, si l’on est encore en macronie ?

Dans un premier temps il va devoir répondre à la proposition des gilets jaunes : « Macron démission «, pas facile ! Mais avant il va devoir désamorcer la crise afin d’éviter que le dernier samedi avant Noël ne soit une catastrophe commerciale sur les Champs Elysée ? Ce qui obligerait ses amis les riches à faire leurs course de Noël sur Amazon afin de ne pas sortir de leurs quartiers résidentiels. Pourtant c’est mal barré car sa ministre du travail qu’il a envoyé au charbon hier soir à confirmé qu’il n’était pas question de donner un coup de pouce au SMIC, ce qui aurait pourtant satisfait un grand nombre de gilets jaunes  alors que même le MEDEF était prêt sous certaines conditions à l’accepter. Si Macron veut convaincre les gilets jaunes dont les revendications sont très disparates voir parfois contradictoires, il va devoir annoncer des mesures concrètes, pas facile; des primes pour les salaires les plus bas et son projet de 3 mois de consultations du peuple vont être insuffisants. Par contre le président reste ferme, refusant le retour de l’ISF car sa suppression, dès le début de son mandat, était la récompense pour les plus riches de nos concitoyens, ceux qui l’ont soutenu, financé et élu. Les ministres qui ont souhaité un débat sur ce sujet ont sévèrement été rabroué par le président. S’il veut garder son cap, sa marche de manœuvre va être très étroite. Attendons le discours de Jupiter en espérant qu’il ne va pas tomber de Charybde en Scylla !

 Épilogue

Dans les propositions contenues dans son discours. Il a épargné les riches en ne revenant pas sur     La suppression de l’ISF. Par contre astucieusement, plutôt que d’augmenter le SMIC qui aurait été à la charge des entreprises, il augmente la prime d’activité des travailleurs pauvres qui est à la charge de l’état. La difficulté va être de trouver l’argent tout en maintenant les 3% de déficit. Mais dans tous les cas de figure ce sont les contribuables de la classe moyenne qui vont payer. Un petit geste pour les petits retraités en leur supprimant la CSG alors qu’il aurait pu en plus au la réduire pour les retraités moyens. Il ne fait pas bon d’être un citoyen moyen en macronie ! Enfin personne ne saute, du moins pour le moment, Édouard Philippe poursuit sa mission puisque c’est lui qui devra mettre en place ces nouvelles mesures et en particulier organiser les grandes rencontres avec le peuple des gilets jaunes. Ses ministres, qui ne sont pourtant pas tous très brillants, devraient poursuivre leur activité ou plutôt pour certains leur inactivité. Sortie de crise ou entourloupe, la suite le dira !

 

 

Laisser un commentaire