• Accueil
  • > Archives pour novembre 2018

Archive pour novembre 2018

Macron démission !

Lundi 26 novembre 2018

C’est le slogan qui partout en France a été le plus crié au cours des manifestations des gilets jaunes. C’est une bonne idée, même si elle ne suffira pas à régler les problèmes. Les revendications des gilets jaunes dépassent largement les taxes sur les carburants, se généralisant  sous forme d’une protestation contre la baisse de pouvoir d’achat induite par toute une série de mesures négatives de ce gouvernement en direction des populations les plus fragiles financièrement.

Mouvement autogestionnaire

Ce mouvement qui s’est auto organisé en dehors des partis politiques et des syndicats va-t-il pouvoir se prolonger jusqu’à la prise en compte de ses revendications par le gouvernement. La principale revendication, titre de cette chronique et souhait de beaucoup d’entre nous, serait l’aboutissement de ce mouvement populaire (mais faut pas rêver).  Elle contenterait beaucoup de monde en effet dans les derniers sondages il n’y a plus que 26 % de français satisfaits de sa politique, son score est plus bas que celui de Hollande à la même période tandis que son premier ministre perd lui aussi 7 points d’un coup.

Qui sont les gilets jaunes ?

Il est difficile de définir les personnes qui se cachent sous ces gilets jaunes. C’est très hétérogène, il n’y a pas de chef, ce mouvement vient de la base uni par le raz le bol fiscal avec un côté dégagisme comme le montre leur principal slogan. L’augmentation systématique des prix des produits indispensables à tous comme le carburant, le gaz ou l’électricité touche particulièrement les ménages modestes alors que cela indiffère complètement ceux qui viennent d’être dispensés de l’ISF.

Préserver les services publics

La préservation des services publics est aussi une des préoccupations et des revendications des gilets jaunes, comme refuser l’augmentation de la CSG sans compensation pour les retraités et les fonctionnaires. C’est l’ensemble de ces mesures qui sont considérées comme injuste par une grande partie de la population d’autant plus que d’après les sondages plus de 70 % des français soutiennent le mouvement des gilets jaunes.

Gilet jaune = danger

L’idée d’utiliser les gilets jaunes, obligatoires dans les véhicules et à porter en cas de danger, comme symbole de la protestation est excellente. Hormis pour les riches, la politique de Macron est un vrai danger pour nous tous ! Ce samedi sur les Champs Elysées ils se sont fait un peu avoir débordés par des provocateurs que les forces de l’ordre ont laissé agir laissant se développer une guérilla urbaine devant les caméras des chaînes de télévision afin de discréditer le mouvement. La méthode n’est pas nouvelle sous la cinquième république, va-t-elle une fois de plus fonctionner et démobiliser les acteurs de ce mouvement déstabilisant car non structuré, dangereux pour ce président bien qu’il l’ignore et le dédaigne, mais sûrement un peu moins depuis les émeutes de samedi !

On nous ment, on nous spolie !

Lundi 19 novembre 2018

Les carburants ont déjà fortement augmenté au cours de la première année du gouvernement Macron ce qui mécontente fortement les français et en particulier ceux qui vivant en campagne ont besoin de se déplacer fréquemment avec leur véhicule ne serait-ce que pour aller travailler. En particulier le diesel va encore augmenter de 6,5 centimes d’euros et l’essence d’un peu moins pour le nouvel an. Merci pour ces étrennes Monsieur le Président ! Mais ce n’est pas tout, pour faire passer la pilule, le discours développé par Matignon veut nous faire croire que cela va servir à financer la transition écologique.

 Cette «fake news» ne résiste pas à l’examen des chiffres. Si une petite partie des recettes fiscales sera effectivement affectée à l’écologie, la plus grande part ira abonder le budget général de l’état ou des régions afin de compenser les cadeaux fiscaux précédemment faits au plus riches d’entre nous.

Comme toujours dans ce gouvernement libéral, on prend aux pauvres pour donner aux riches. Ce sont quand même plus de 4 milliards d’euros que va rapporter cette augmentation de la TICP (Taxe intérieure de commercialisation des produits énergétiques). Le gouvernement devra faire un effort de transparence s’il veut, en dehors de petites mesures comme l’augmentation du chèque énergie ou le doublement de la prime à la conversion, convaincre les contribuables porteur de gilets jaunes que l’effort financier qui leur est demandé ira vraiment financer des actions en faveur de la transition écologique plutôt que le fameux objectif européen imbécile des 3 % de déficit dont Macron a fait un dogme.

Pendant ce temps les états envisagent de réduire voire de supprimer les véhicules diesel car considérés comme plus polluant que les véhicules à essence; pourtant les modèles récents sont équipés de filtres qui retiennent plus de 99% des particules fines, alors que les véhicules à essence rejettent beaucoup plus de CO2. Pourtant Totale vient de réhabiliter une de ses raffineries du bordelais afin de produire du biodiésel (carburant qualifié de propre, en fait seul le biocarburant produit à partir de cultures de microalgues serait écologiquement satisfaisant). Il sera donc produit partir d’huile de palme importée, ce qui est considéré comme un désastre à la fois pour les ONG environnementales car responsable de la déforestation, mais aussi pour les producteurs de colza qui y voient une concurrence déloyale. Alors que Nicolas Hulot avait prévu de mettre fin à son importation, l’assemblée nationale a maintenu un avantage fiscal sur les biocarburants à base d’huile de palme. Face à Total, le gouvernement baisse sa culotte et va à l’encontre de ses engagements sur la fin de l’importation de produits contribuant à la déforestation. On peut se demander qui dirige la politique industrielle de notre pays : Macron ou les lobbys ?

La manifestation des gilets jaunes, même si elle est un peu poujadiste, a été un relatif succès avec un mot d’ordre clair : « Macron démission ». Ce dernier a déjà utilisé ses cartouches en envoyant son premier ministre au charbon proposant quelques mesures qui n’ont séduit personnes, mais restant droit dans ses bottes en ne revenant pas sur l’augmentation des taxes sur les carburants. Attendons de voir la suite de ce mouvement incontrôlé. Peux être va-t-on évoluer vers une crise durable et ingérable qui aboutira au slogan favori des gilets jaunes : la démission de Macron; on peut rêver, bonne chance Monsieur le Président !

Macron dans l’Est, un chemin de croix ou un jeu de massacre

Lundi 12 novembre 2018

Pour le centenaire de le première guerre mondiale un hommage va être rendu le 11 novembre aux maréchaux qui ont mené l’armée française à la victoire. Le problème c’est Pétain, frappé de l’indignité nationale suite à son rôle lors de l’occupation allemande, complice de la déportation des juifs, développant après avoir pris le pouvoir une politique de collaboration très antisémite. Comme certains de ses prédécesseurs qui fleurissaient discrètement sa tombe (de Gaulle, Giscard d’estaing et Mitterrand) Macron a mis le doigt dessus lors d’une interview au cours de son « itinérance mémorielle » (élément de langage pas très heureux et ridicule, très certainement sorti des brillants cerveaux des communicants de l’Élysée).

Ce « Macron World War Tour », pour céder à la mode des anglicismes dont il est friand, est très loin des préoccupations bien plus pragmatiques de ses concitoyens dont l’inquiétude lors de leur « itinérance » journalière est surtout liée à l’augmentation du prix des carburants et en particulier du diésel, générant une fronde qui va s’exprimer dans la rue le 17 septembre. Du coup, en vue des élections européennes le rassemblement national de Marine Le Pen fait jeu égal voire dépassé  la république en marche d’Emmanuel Macron d’après les sondages. Un an après la présidentielle, ils vont se retrouver de nouveau face à face, l’extrême droite profitant des polémiques.

Pour en revenir à Pétain, c’est Macron qui a créé la polémique en évoquant parmi les maréchaux auquel la nation rendra hommage, le grand soldat Pétain ! La porte de sortie trouvée par l’Élysée suite à la gaffe de son président consiste à préciser que l’hommage sera rendu aux invalides et

 ne concernera que les maréchaux qui y sont inhumés. Pétain, enterré sur l’île d’Yeu, ne sera donc pas concerné par cet hommage. Mais avec les prises de parole ambigües de Macron, le mal est fait et la polémique ne cesse d’enfler condamnant son attitude.

 Benjamin Grivaux, le porte parole de l’Élysée, pratique le rétropédalage sur Face Book sans être très convaincant, argumentant qu’il y avait eu confusion entre le discours historique de Macron sur les 8 maréchaux de 14/18 (dont le maréchal Pétain) et les 5 maréchaux qui reposent aux invalides et qui seront honorés. Une fois de plus, nous n’avons pas compris la « pensée complexe » de notre président souvent proche de la provocation. Nous sommes vraiment nuls, rien à voir, bien sûr, avec une récupération des voix de droite !

Au cours de ce pèlerinage, véritable chemin de croix, il ne devait pas s’attendre à des réactions aussi directes et  brutales de ses administrés. Espérons qu’en se rapprochant ainsi du peuple de province, il se soit rendu compte que leur vie est beaucoup moins rose que celle du microcosme parisien qu’il fréquente habituellement.

Pour en finir avec l’organisation de ces cérémonies,  l’état major des armées et les organisateurs civils des commémorations du centenaire avaient dans un premier temps  prévu d’honorer les 8 maréchaux aux invalides (dont Pétain) en présence d’Emmanuel Macron, puis le programme a changé après arbitrage, Macron ne devant plus être présent mais représenté par son chef d’état-major particulier. Samedi donc il n’y a pas eu d’hommage à Pétain, l’affaire est close mais c’est quand même un Joli cafouillage, car cette affaire Pétain et les polémiques qui en résultent, largement reprises par les médias étrangers, va entacher la cérémonie officielle sous l’arc de triomphe en présence de plus de 70 chefs d’états ou de gouvernement étrangers. C’est navrant, espérons que le forum de la paix, prônant le multilatéralisme, qui va faire suite à ces commémorations, va être plus positif. Pendant ce temps Trump est allé visiter un cimetière américain près de Paris, rattrapage de samedi où il avait annulé une visite à un autre cimetière pour cause de mauvais temps, puis il a repris son avion pour rentrer à la maison

Toujours plus de riches !

Lundi 5 novembre 2018

Nous venons de battre un record avec une augmentation du nombre de millionnaires en France depuis l’élection de Macron : selon une étude suisse (on peut leur faire confiance), 260 000 en plus. Nous sommes ainsi le deuxième pays pour la plus forte augmentation mondiale, il y a de quoi être fier ! Un peu plus de 2 millions de personnes sont millionnaires en France. C’était loin d’être le cas sous le gouvernement précédent au cours duquel ce nombre avait fortement diminué en partie du fait des mesures fiscales touchant les foyers les plus aisés.

Pressuriser les pauvres et les retraités

Avec Macron la situation s’est inversée ce n’est pas la même catégorie sociale qui est pressurisée. Plutôt que les riches, il a choisi les pauvres et les retraités, c’est astucieux car ils sont beaucoup plus nombreux, c’est son côté comptable. Aussi mérite-il son surnom de président des riches, bien qu’il s’en défende, pourtant les chiffres de son bilan sur une année parlent d’eux mêmes.

 Allocataires, tous vos œufs dans un même panier

Il veut en même temps être le président des pauvres en mettant en place un plan pauvreté : 8 milliards d’euros sur 5 ans. En proposant de mettre toutes les allocations dans un même panier, pourtant la croyance populaire dit ne pas y mettre tous ses œufs, il faut espérer que le package ainsi préparé ne tirera pas vers le bas les aides sociales pour faire des économies comme cela a été le cas chez nos ex partenaires européens les anglais. C’était quand même dans le programme de la droite, dont ce président a tendance à se rapprocher de plus en plus. Enfin, il veut responsabiliser les pauvres et en même temps les accompagner vers le travail afin que « le pognon de dingue » qu’on leur donne en allocations soit rentabilisé et que les pauvres ne restent plus pauvres, on croit rêver ! Discours très théorique qui n’a pas vraiment convaincu les intéressés, mais dans la pratique quel va en être le résultat ?

Beau temps pour les milliardaires

Pendant ce temps là, les 38 milliardaires français possèdent autant que 40 % de la population la plus pauvre et parallèlement 1,2 millions de nouveaux pauvres supplémentaires ont enrichit la communauté des populations les plus démunies. Malheureusement, ce boom des milliardaires n’est pas le signe d’une économie florissante mais plutôt d’un système économique défaillant qui laisse de côté, voire exclu complètement, les citoyens pauvres.