Archive pour août 2018

Nyssen, nouvelle affaire pour la rentrée de Macron

Lundi 27 août 2018

C’est quand même pas de chance pour un jeune président propre sur lui, Emmanuel Macron, qui prônait la mise en place d’un gouvernement et d’une république irréprochable. Après Bénalla et Kohler, jamais deux sans trois comme on dit, mais dans un autre style, une nouvelle affaire concernant la Ministre de la Culture, Elisabeth Nyssen. Elle aurait fait des travaux sans autorisation, installation de mezzanines afin d’agrandir ses locaux parisiens, classés aux monuments historiques, de sa société d’édition.

macron-rentree-jm

 Cette affaire devrait cette fois se régler devant la justice dans la mesure où une plainte a été déposée par une association de défense du patrimoine et à la suite de quoi le parquet a été obligé d’ouvrir une enquête. En plus c’est une récidive, les locaux du siège de sa maison d’édition Actes Sud situés à Arles avaient déjà été agrandis de façon illégale mais cette situation avait été régularisée par son mari juste avant sa prise de fonction comme ministre. Face à cette situation la Ministre parle de négligences et que tout va être régularisé par ses avocats. Elle se défend en argumentant que l’enquête en cours ne l’a vise pas mais vise la société Actes Sud dont elle ne s’occupe plus, une façon de botter en touche !

Il n’en reste pas moins que, Ministre diplômée d’une école d’urbanisme et dont l’un des rôles est de protéger le patrimoine, c’est une mauvaise pédagogue ! Cerise sur le gâteau, elle a été récemment soupçonnée de conflit d’intérêt ainsi par décret en juillet le premier ministre lui a retiré la tutelle du Centre National du Livre et celle de la régulation économique du secteur de l’édition littéraire; puis le président lui a collé dans les pattes Stéphane Bern et son loto du patrimoine ! Alors qu’elle était tant vantée comme codirectrice d’Actes Sud, elle est très décriée comme ministre réputée pour ses ombreuses maladresses sur les dossiers qu’elle avait en charge et, du coup, les membres de son cabinet partent les uns après les autres avant le naufrage. Bien qu’elle n’envisage pas de démissionner, il est possible qu’elle soit, avec quelques autres membres du gouvernement qui n’ont pas fait leurs preuves, prochainement ex filtrée vers le Sud justement ! Enfin pour régulariser la situation elle devra s’infliger une amende à elle-même, Kafkaïen n’est-il pas !

Après Benalla, Alexis Kohler, un premier de cordée dans la tourmente ?

Lundi 20 août 2018

Le Secrétaire Général de l’Élysée est la clef de voûte du macronisme. Centre névralgique du dispositif extrêmement centralisé mis en place par Emmanuel Macron, Alexis Kohler est le pivot du système, c’est le bras droit du président, il contrôle tout surtout quand celui-ci est en déplacement à l’étranger, ce qui arrive très souvent.

Pas de chance pour Emmanuel, Il est accusé de conflit d’intérêt dû à son va et vient incessant entre la fonction publique et le privé, et en intervenant sur les dossiers de la société de transport maritime MSC, fondée et dirigée par des cousins de sa mère. En août 2016 il devient même directeur financier de MSC avec l’aval de la commission de déontologie de la fonction publique. En 2014 cette commission avait pourtant déjà refusé sa demande mais en 2016, l’effet Macron alors ministre des finances est passé par là. Après 9 mois dans le privé, il rejoint Emmanuel Macron à l’Élysée non sans avoir au préalable participé à Bercy au titre de représentant de MSC à des réunions sur le rachat de STX France en faillite, cela sent très fort le conflit d’intérêts. Il faudrait interdire ce passage de la haute fonction publique au privé donc couper tout lien entre le pouvoir politique et économique, mais ce n’est pas demain la veille car la politique de macron va dans le sens contraire.

Anticor (association qui défend l’éthique en politique, lutte contre la corruption et la fraude fiscale) a donc porté plainte contre Alexis Kohler pour conflit d’intérêt puis pour prise illégale d’intérêt; il se défend en disant qu’il a toujours informé sa hiérarchie de ses liens familiaux avec MSC. L’Élysée confirme qu’il ne s’est jamais récemment trouvé en position décisionnaire lors des travaux internes où les délibérations concernant MSC. Macron même pas en colère (!) couvre son secrétaire général à 100 % suivi bien sur par Edouard Philippe, tout baigne au pays des bisounours !!! Ce gouvernement est hypocrite lorsqu’il dit vouloir moraliser la vie publique, mais on s’en doutait un peu.

18-06-05

Si l’on revient sur le CV de ce personnage (merci Médiapart) : de 2010 à 2012, Il a été sous directeur de l’APE (Agence des participations de l’état) et lors de ces fonctions, il a été amené à s’occuper de multiples dossiers dont ceux liés à MSC sans informer les autres membres des commissions de ses liens familiaux avec cette société. Il aurait même voté sur une disposition mettant en jeu de l’argent publique favorable à MSC. Alexis Kohler et, plus grave, ses soutiens élyséens auraient donc menti, quand pour le défendre ils assuraient que ce dernier se serait déporté (ne participant pas aux délibérations) sur les dossiers liés à MSC et qu’il aurait toujours informé ses collègues sur son cousinage avec cette société. Le parquet national financier a donc ouvert une enquête mais elle risque d’être très longue voire de ne pas aboutir sauf à un non lieu ce qui est classique dans ce genre d’affaires. Sinon entre l’affaire Benalla et celle de Kohler le retour de vacances de notre « bon » président risque d’être assez difficile ! Son gouvernement  va devoir inventer quelque chose pour détourner l’attention des citoyens, dommage la Coupe du Monde est passée. Avec seulement 34 % de français satisfait, Emmanuel Macron se rapproche dangereusement de la cote de popularité de François Hollande à la même époque. Toujours en marche, mais il a passé la marche arrière et risque de finir dans un mur … de mécontents !

Vacances du pouvoir

Lundi 13 août 2018

Alors que François Hollande se pavane à quelques km de Brégançon, Emmanuel Macron se terre dans son fort pendant que des fans font le pied de grue tous les jours devant les grilles espérant voir leur idole. Notre couple présidentiel est installé pour deux semaines au bord de leur piscine ou plutôt de la nôtre car ce sont les contribuables qui l’ont payée. Elle va leur permettre de se baigner sans descendre à la plage, réduisant ainsi le dispositif de sécurité, (d’autant plus que Benalla n’est plus là) et évitant ainsi les paparazzi.

 

macron-et-sa-piscine-acc80-brc3a9ganccca7on

Pour autant, ainsi prisonnier du lieu, est-ce une vacance du pouvoir où le pouvoir qui est en vacances ? Pour beaucoup de français comme moi, ne plus voir sa tête de premier de la classe dans les journaux cet été cela va être reposant. Mais vacance ou non du pouvoir, qui est resté à l’Élysée pour traiter les affaires courantes ? Rien n’est prévu dans la constitution concernant les vacances des présidents. Si en cas de décès ou d’empêchement majeur, le pays est confié au président du sénat afin justement d’éviter lavacance du pouvoir, lors de leurs congés les présidents de la cinquième république s’organisent comme ils veulent quand à leur destination, de Colombey-les-Deux-Eglises pour le premier d’ente eux avec des destinations plus variées pour les suivants.

Ainsi ce sont les Pompidou qui ont transformé Brégançon en résidence de vacances pour chef d’états; Giscard en profita ensuite, s’affichant en maillot de bain sur la petite plage attenante, Mitterrand n’y dormit qu’une nuit préférant résider chez lui à Latche dans les Landes; Chirac avait une préférence pour des vacances de luxe dans les palaces de l’île Maurice en jet privé au frais du contribuable, mais après le scandale de ses trois semaines à la réunion pour 70 000 €, il s’installe les étés suivant à Brégançon où il reconnaît s’ennuyer de temps en temps. Il fait pourtant un succès en sortant souvent du fort pour rencontrer la population et en allant à la messe le dimanche, pas comme l’actuel président qui s’y barricade.

Sarkozy le blingbling défraie ensuite la chronique en passant ses premières vacances de chef d’état aux USA dans une très chic cité balnéaire avec une location hors de prix, faisant suite au séjour sur le yacht du milliardaire Vincent Bolloré, cela passe mal dans l’opinion publique. Les années suivantes après avoir marié et s’être reproduit avec Carla, il a passé ses étés dans la résidence familiale de sa riche nouvelle femme au cap Nègre.

François Hollande revient à Brégançon au début de son quinquennat avec sa compagne de l’époque aux fesses fragiles déclenchant un mini scandale en achetant des coussins hors de prix car madame trouvait les fauteuils inconfortables. Il mit ensuite le fort à disposition des visiteurs en l’ouvrant au publique et ce fut un succès.

Après des vacances à Marseille, près du peuple si l’on peut dire ! Retour à la case départ, avec Macron, Brégançon redevient résidence d’été du président après des aménagements coûteux dont la fameuse piscine. Après une période d’isolement, (il travaille au calme justifie l’Élysée dans un communiqué), Emmanuel Macron est enfin sorti de son fort (intérieur!) pour un bain de foule que ses fans attendaient depuis plusieurs jours. Comme il reste en France, il n’a pas été prévu de procédure particulière, ses ministres ayant seulement pour consigne de rester joignables, disponibles et à proximité. Pas de vacance du pouvoir donc pendant les vacances du président, on est rassuré, même si le gouvernement en profite pour faire passer quelques mesures scélérates comme l’annulation par décret de 300 millions d’euros de crédits aux collectivités locales, un petit coup de rabot comptable pour essayer d’atteindre les fameux 3% de déficit publique. On est encore loin du compte et à la rentrée, il n’y aura pas un gel mais un refroidissement des crédits alloués aux différents ministères. Bel effet de langage pour faire avaler des couleuvres aux élus alors que Macron leur avait promis qu’en 2018 il n’y aurait pas de baisse de dotation aux collectivités locales et territoriales ! Pas de chances, mais les promesses…

un peu de foot

Lundi 6 août 2018

Avec plus de 20 millions de téléspectateurs devant leur poste regardant la finale de la coupe du monde proposée par TF1, l’incontournable chaîne de télé dominante et Being sport, pour ceux qui aiment cela, les diffuseurs ne vont pas malgré tout rentrer dans leur frais. On aurait pu penser le contraire, mais ils ont payés bien trop cher les droits de diffusion. Ce n’est donc pas le jack pot prévu et ils vont devoir boucher les trous estimés à 17 millions d’euros pour TF1.

A qui profite tout ce blé ? Du point de vue budget, si la Russie a crevé le plafond avec plus de 20 milliards d’euros, c’est le Qatar qui, en 2022, fera exploser le système avec une prévision de 200 milliards d’euros; c’est navrant, avec une telle somme on pourrait éradiquer la faim dans le monde pendant plus de six années, plutôt que de planter de l’herbe dans le désert pour y faire rouler des ballons sous des tentes climatisées.

coupd-du-monde-qatar-2022

Suite à la coupe du monde 2018, les équipes vont se partager 344 millions d’euros, mais le grand gagnant c’est la FIFA, comme d’habitude  au détriment du pays accueillant.

Chaque joueur français, champion du monde,  devrait toucher un peu plus de 400 000 €, mais le grand gagnant c’est Didier Deschamps avec une prime de plus de 1 million d’euros. A ce tarif, cela vaut le coup de taper dans un ballon ou de s’occuper d’une équipe ! Tout c’est pas perdu, Ils vont quand même reverser une partie de leur primes à des œuvres caritatives. Dans tous les cas par rapport à leur rémunération mensuelle, c’est peanuts !

A côté, la FIFA est théoriquement une association à but non lucratif, mais dont le siège est en Suisse, comme par hasard, qui brasse des sommes très importantes et dont la réserve financière dépasse largement le milliard d’euros. Toutefois son fonctionnement est entaché de nombreuses affaires de corruptions. Les matchs truqués, les trafics de billets, le racket, le blanchiment d’argent, tout cela a poussé les dirigeants et surtout les sponsors à demander la création d’une commission d’enquête indépendante, mais elle a été dissoute en 2017, par la FIFA elle même, pour éviter que trop de personnalités ne soient éclaboussées par les enquêtes. On est rassuré, le bizness de la coupe du monde peut continuer, et ce n’est pas avec le Qatar et son budget pharaonique que cela va s’arranger  ! « Panem et circenses », du pain et des jeux que l’on pourrait remplacer pour le foot par « de la bière et des matchs », déjà au temps des Romains, certains s’inquiétaient  de cette situation qui permettait d’endormir le peuple et d’éviter toute révolte;  21 siècles plus tard rien n’a changé, Macron en profite pour faire passer ses réformes impopulaires et comptait bien en récupérer des dividendes en terme de popularité suite à la victoire des bleus. Pas de chance un grain de sable, Benalla, s’est inséré dans cette belle mécanique politicienne mettant un doute sur le coté exemplaire que ce président voulait donner à son image publique; bien que les sondages soient souvent contradictoire, Macron et son premier ministre devront remonter la pente comme en son temps  le disait  Raffarin !