• Accueil
  • > Archives pour juillet 2018

Archive pour juillet 2018

Macron et Benalla, un bras d’honneur à la République

Lundi 30 juillet 2018

 

18-07-27-benalla

Benalla est un problème pour ce gouvernement, au fur et mesure des auditions des différents responsables à la fois par les commissions d’enquête issues du parlement et du sénat, on découvre un système machiavélique. Ils ont tous tout faux, du ministre de l’intérieur qui dit ne pas connaître ce Benalla alors que comme lui il a côtoyé Emmanuel Macron au cours de sa campagne électorale puis de sa première année de mandat. Un certain nombres d’images montrent d’ailleurs le contraire, ces deux personnages sont souvent très présent à proximité du président, on a du mal à croire qu’ils ne se connaissent pas. Gérard Collomb, vieux loup en politique a choisi d’ouvrir le parapluie en accusant le préfet de police et le directeur de cabinet de l’Élysée afin de se défausser; méthode classique en politique, inélégante et peu courageuse, mais qui a fait ses preuves par le passé. Il risque quand même d’être sacrifié sur l’autel du réalisme politique comme en son temps, Charles Hernu.

Pour les journalistes une telle affaire est un vrai bonheur dans une période où habituellement pour remplir leurs journaux ou leurs interventions télévisées, ils doivent ressortir des marronniers, cette fois, ils ont du grain à moudre.

Pendant ce temps là, Macron se moque quelque peu de nous, ainsi son aveu d’entière responsabilité dans cette affaire lors d’une réunion, soit disant réservée à son groupe parlementaire, sent la mise en scène; trop bien filmée par un champion du téléphone portable pour que ce soit de l’improvisation, dans le but évident d’une  diffusion sur le net. Après quelques bons mots désavouant les « peut-être » fausses nouvelles diffusées sur le web, il pousse la blague jusqu’à « Benalla n’est pas mon amant ! », si cela fait rire ses fans, pour nous les français moyens, pas les premiers de cordée, nous avons l’impression qu’il nous prend pour des imbéciles, comme d’habitude ! Le salaire de Benalla pas de 10 000 € démenti par Macron, mais  de 7 000 € brut correspond quand même à celui d’un professeur d’université de classe exceptionnelle après au moins de 30 ans de carrière, c’est à dire à plus de 50 ans. Pour conclure son discours Macron fait un bras d’honneur aux français, toujours avec la même arrogance : « qu’ils viennent me chercher ! »; dans la mesure où son audition est constitutionnellement impossible, il ne prend pas beaucoup de risque.

Dernière nouvelle, on vient de découvrir que ce fameux Benalla, arriviste forcené, est franc-maçon membre de la GLNF  (Grande loge nationale française)  ce qui explique ses multiples relations malgré son jeune âge, mais il a été suspendu à titre conservatoire jusqu’à la fin de l’enquête judiciaire. Cette loge a été longtemps une championne des réseaux affairistes, on comprend le choix de Benalla, de plus cette loge est peuplée de cadres supérieurs et de juristes, mais surprise pas de policiers ni de gendarmes, alors que la proportion de frères dans les forces de l’ordre a toujours été très importante, ne serait-ce que le premier d’entre eux, Gérard Collomb qui ne s’en est jamais caché, il faut le reconnaître.

Ce qui est inquiétant dans tout cela, c’est la mise en évidence du fait que notre président préfère des conseillers inexpérimentés mais de son clan comme Benalla aux serviteurs traditionnels de la république les fonctionnaires sûrement vu comme trop chers, inefficaces et appartenant à l’ancien monde. Avec une telle attitude, il risque de ne pas se faire que des amis parmi les fonctionnaires de police déjà qu’avec les autres ce n’était pas au beau fixe. Benalla diplômé en rien mais ayant accès à tout, à la botte de ce président arrogant, il doit y en avoir d’autres, l’Élysée en reconnaît une dizaine et le secrétaire général est entrain de régulariser leur situation administrative et l’on découvre qu’il n’ont remplis ni la déclaration de patrimoine, ni celle d’intérêt alors que la loi sur la transparence les y oblige ! On pourrait penser que tout cela correspond à un dis fonctionnement au niveau de l’appareil de l’état mais pas du tout, avec Macron c’est plutôt une façon de fonctionner : Benalla adoubé par le président sans respect des procédures se croit tout permis, promu lieutenant-colonel à 26 ans, gratifié d’une voiture de fonction à gyrophare, d’un appartement de fonction et d’un salaire élevé, tout cela traduit la mise en place d’un pouvoir déréglementé dont rêve Macron pour diriger notre pays. On peut le comparer à un patron autoritaire qui fait passer à marche forcée ses réformes, en négligeant à la fois les parlementaires et les syndicats, imposant au pays des transformations sociales négatives pour les français moyens mais très favorables aux plus riches. L’affaire Benalla met au grand jour toutes ces turpitudes, il faut espérer que ce gouvernement et surtout son président y laisseront des plumes.

Le retour des barbouzes

Lundi 23 juillet 2018

Depuis le film culte de Michel Audiard on avait oublié les barbouzes et voilà que l’on découvre que notre jeune président, propre sur lui, en emploie pour son usage personnel. En plus, c’est un barbu, reprenant la citation de Lino Ventura, : « un barbu c’est un barbu, trois barbus ce sont les barbouzes ». Pour le moment, il nous en manque deux, mais en fouillant bien on va les trouver. Il y a en effet dans cet affaire un deuxième puis un troisième homme portant non pas une barbe mais un bonne; cette fois ce sont de vrais policiers chargé accompagner Benalla dans ses œuvres ! Déjà que trois policiers hauts gradés ont été suspendus et que le principal intéressé est mis en examen et en cours de licenciement, il y a des têtes qui vont tomber n’est ce pas Collomb. L’idéal serait celle du principal responsable, ou au moins de son gouvernement mais la Motion de censure proposée par la gauche, unie sur ce coup là, a peu de chance d’aboutir même si l’ex FN est prêt à la voter.

Cette affaire est un désastre pour ce gouvernement et son président qui pour le moment fait le dos rond en évitant de répondre aux questions. Seule déclaration à un journaliste qui lui demandait si la république n’était pas entachée par cette affaire  : « La république est inaltérable », bien sûr mais son président l’est-il ? Pas sûr, car cette affaire va laisser des traces, tollé politique à droite comme à gauche; en fait Emmanuel Macron a tout fait pour dissimuler les exaction de son copain garde du corps,pour s’en sortir il va devoir mettre del’eau dansson vin surtout qu’il avoue en consommer midi et soir.

ob_abdc37_macron-et-alexandre-benalla-21-juilletComment expliquer les nombreux avantages (appartement quai Branly fournit par l’Élysée, voiture de fonction suréquipée, salaire élevé, promotion très rapide au grade de lieutenant-colonel, etc.) dont a bénéficié ce proche de notre président, très proche puisqu’il est sur toutes les photos et dans tous les bons coups même aux sports d’hiver. Vous me direz c’est normal, puisque c’est son copain, garde du corps privé, bien que ce ne soit pas sa fonction déclarée, se substituant aux services de sécurité officiels.

Du coup les syndicats de police portent plainte pour usurpation de fonction lorsqu’il se déguise en policier violent et de port illégal d’insigne pourquoi pas d’uniforme ? Car on en connaît un autre qui a tendance à se déguiser en footballeur, en aviateur, en marin d’eau douce voire en Président de tous les français bien que les sondages disent le contraire, atteignant le niveau le plus bas depuis son élection, on pourrait porter plainte pour port illégal d’uniforme !

Statut des fonctionnaires et réforme des retraites

Lundi 16 juillet 2018

 

Alors qu’il n’était pas encore président, seulement ministre en 2015, Emmanuel Macron considérait déjà que le statut de fonctionnaire ne se justifiait plus, on aurait dû se méfier. Maintenant président, il a les mains libres pour mettre en place la disparition de la fonction publique. Son argumentaire est toujours le même, réduire la dette et donc les dépenses de l’état donc réduire le service publique et les agents qui l’assurent. Pour cela en plus de son engagement de supprimer 120 000 postes dans la fonction publique, il complète discrètement ce dispositif en favorisant le recrutement de contractuels pour plus de souplesse et le transfert au privé de nombreuses missions précédemment à la charge de l’état.

Il a déjà bloqué le point d’indice des fonctionnaires en poste, prévoit de mettre en place une rémunération au mérite et surtout une réforme des retraites qui fera disparaître le code des pensions civiles et militaires. Fini la notion de bien publique et d’intérêt général qui sont pourtant les bases de notre république, alors que face à la mondialisation et à la crise écologique qui se profile nous devrions au contraire développer l’intérêt général en s’appuyant sur les biens et les services publiques.

L’autre partie du plan de destruction de ce gouvernement c’est la réforme des retraites, faisant passer notre système jusque là solidaire et collectif vers un système prônant l’individualisme. Le projet consiste à uniformiser public et privé, l’intention reste bonne si c’était en transférant les avantages du public vers  le privé, mais j’ai un doute;  le premier projet dont on nous rabâche les oreilles est une retraite par points calculée de la même façon dans les deux cas à partir du nombre de points accumulés au cours d’une carrière; les gens du privé y sont favorables car le système actuel n’était pas à leur avantage, l’égalité de traitement avec la fonction publique qui semble sortir du projet les satisfait pleinement. Mais un autre système encore plus pernicieux est aussi envisagé, consistant à créer un compte virtuel sur lequel seraient enregistrées les cotisations retraites versées au cours de la carrière de l’individu. Au départ en retraite, la totalité des sommes accumulées serait divisée par le nombre théorique d’années de vie restantes (obtenu à partir de l’espérance de vie dans la classe d’âge) afin de calculer la pension annuelle. Tout cela ne règle pas les inégalités, bien au contraire le fait de retenir une espérance de vie moyenne d’une génération pour le calcul des pensions néglige les différences importantes d’espérance de vie entre les différentes classes sociales en fonction des professions exercées.

Quel que soit le système choisi, il n’y a rien de prévu contre d’éventuelles crises économiques qui se traduiraient par une baisse des pensions. C’en est fini de la garantie apportée par les régimes de pension de la fonction publique qui elles sont garanties par l’état dans la mesure où elles sont inscrites dans le budget tous les ans.

C’est un nouveau projet de société que nous prépare ce gouvernement de comptables, mais ne serait-ce pas au détriment du citoyen français moyen et en faveur d’une autre catégorie de français soit disant plus méritante parce que plus riche ? On peut se poser la question. Avec 84 % des français qui pensent que ce jeune président imbu de lui-même manque d’humilité, les jeunes diraient qu’il se la pête ! Je ne suis pas loin de penser comme eux.

 

mcron imbu

 

Pour en finir lors du congrès à Versailles, il a voulu rassurer ses concitoyens en déclarant, concernant les pensions de réversions : « rien ne changera aujourd’hui pour les retraités », « et demain » ont proclamé astucieusement quelques députés, ce qui a engendré quelques remous dans la salle qui par principe ne doit pas intervenir lors du discours du président. Par cette intervention que l’on peut assimiler à un aveu, ce qui n’était qu’une rumeur est devenu une information, l’opposition va en faire des choux blancs et il va falloir ramer pour la faire oublier, Monsieur le Président !

Une dernière de Macron pour le fun : «  la retraite n’est pas un droit pour lequel on a cotisé toute sa vie, mais ce que les actifs paient pour les retraités ».

La France est championne du monde de football depuis hier soir ! La cote de Macron va sûrement remonter bien qu’il ne joue pas vraiment au foot. Il faut se souvenir que Chirac avait pris 13 points après la coupe du monde de 1998 ! On craint le pire.

Scipion, pardon Macron l’africain !

Lundi 9 juillet 2018

 

C’est la 3ème fois qu’il se rend en Afrique de l’Ouest depuis qu’il est président, précédemment il avait déjà séjourné deux fois en Afrique du Nord, en Algérie en février 2017 où il avait déjà fait des éclats en qualifiant la colonisation de crime contre l’humanité alors qu’il n’était encore que candidat. Puis Il s’était déjà déplacé au Maghreb en réservant une première visite au Maroc peu après son élection, mais il est aussi allé en Tunisie 

A chaque fois lors de ces déplacements il n’arrête pas de prononcer de « trop longs » discours qui se veulent fondateurs. Hérault d’un nouvel ordre mondial, s’adressant aux peuples du monde, il se sent investi d’une mission; il semble y prendre du plaisir, en faisant des shows planétaires ne doutant pas de l’intérêt que doivent susciter ses paroles. 

Un nouveau messie, mais que va-t-il faire ce mardi soir à Lagos dans une salle de spectacle « le Shrine », célèbre car son fondateur Fela a été une personnalité sulfureuse pionnière de l’afrobeat-musique contestataire sentant bon le hachisch; Macron président des riches représente tout ce que combattait Fela Kuti.

Sa présence dans ce lieux peut s’expliquer car dans sa jeunesse, lors d’un stage de 6 mois au Nigeria, il a dû fréquenter cette salle de spectacle à la réputation pourtant douteuse. Face aux participants, Il n’a pas pu s’empêcher de développer ses thèmes favoris : « la jeunesse africaine doit oublier la période de la colonisation et elle doit construire son avenir, ici en Afrique ». 

Passant l’essentiel de son temps à l’étranger au lieu de s’occuper de son pays et de ses habitants  hormis les très riches, il dévisse dans les sondages; pour plus de 65 % des français sa politique est considérée comme injuste et inefficace. Mais si par malheur la France gagne la coupe du monde de football, il risque de reprendre 10 points d’un coup ! Tout cela est navrant.

L’habit fait il Le chanoine

Lundi 2 juillet 2018

 

Chanoine de Latran, titre honorifique délivré par tradition aux présidents de la république française avait été refusé par certains prédécesseurs d’Emmanuel Macron comme François Mitterrand et François Hollande qui ne se sont pas déplacés  mais aussi par Georges Pompidou car incompatible avec le concept de laïcité.  Précédemment, Nicolas Sarkozy l’avait accepté, mais son discours sur l’instituteur qui ne pourra jamais remplacer le curé avait fait polémique; aussi Macron, prudent sur le sujet sensible de la laïcité, ne s’est pas laissé piéger comme son illustre prédécesseur et n’a fait aucun discours lors de la remise de cette distinction dans la basilique de Saint-Jean-de-Latran.

Chanoine

Bien que baptisé à 12 ans à sa demande contre l’avis de ses parents et élevé chez les jésuites, il semble qu’il ait pris ses distances vis à vis de la religion catholique et se revendiquerait maintenant agnostique.

Le cadeau du pape à Emmanuel Macron (une médaille de saint Martin célèbre pour avoir donné la moitié de son manteau à un pauvre) peut être interprété comme une injonction au président des riches de s’occuper un peu plus des pauvres !

Précédemment, la phrase clef de son discours devant la conférence des évêques de France : « réparer le lien abîmé entre l’église et l’état », si elle a plu au pape François, elle a laissé des traces au niveau des défenseurs de la laïcité. Le fait de se déplacer pour recevoir le titre de chanoine de Latran en a remis une couche, ressenti comme une atteinte grave à la laïcité par des opposants comme Jean Luc Mélenchon.

Fini la période de grâce post électorale, Macron insupporte maintenant ses concitoyens, même ceux qui l’avaient soutenu et élu. Les meilleures preuves en sont les réactions disproportionnées à chacune de ses incartades qui suscite la polémique; que ce soit la remontrance exagérée (du moins dans sa deuxième partie) à un jeune qui l’invectivait, l’affaire de la piscine à Brégançon ou le  renouvellement de la vaisselle a l’Élysée. Tout cela est très mal ressenti par les français qui triment pour boucler leurs fins de mois. Avec 59 % d’électeurs insatisfait en juin Macron et atteint son plus bas niveau depuis son élection, c’est bon signe ! Ce sont surtout les sympathisants du Parti Socialiste qui l’abandonne (-24%); ils se sont enfin rendus compte qu’ils s’étaient fait avoir alors que ceux du parti républicain (+5%) le soutiennent preuve de sa tendance à se droitiser au détriment de LR et de Laurent Vauquiez.