Archive pour mai 2018

Le sermon sur la montagne d’Emmanuel, non pas l’envoyé de Dieu mais celui des banquiers !

Lundi 28 mai 2018

A la vue de la foule de supporters qui l’acclamait, comme un nouveau « christ » il monta sur une table et prit la parole pour les enseigner :macron

Heureux les  riches car « mon » royaume de France leur appartient !

Heureux ceux qui pleurent car les baisses d’impôts les consoleront !

Heureux les miséricordieux car ils obtiendront facilement des prêts bancaires ruineux !

Heureux ceux qui sont doux bien qu’ils n’aient pas fini d’avaler des couleuvres !

Heureux ceux qui sont très riches car ils vont être moins imposés !

Heureux ceux qui ont soif et faim de justice car ils bénéficieront de non lieu !

Heureux ceux qui ont fait preuve de bonté en ayant financé ma campagne électorale !

Heureux ceux qui ont le cœur pur car ils me verront sans arrêts à la télé !

Heureux ceux qui procurent la paix bien que la guerre me rapporte plus ! 

Heureux ceux qui sont persécutés pour et par la justice, je leur prépare un désert judiciaire !

Heureux serez vous lorsque l’on vous insultera, que l’on vous persécutera et que l’on diffusera des « fake news » a cause de moi ! 

Réjouissez vous et soyez dans l’allégresse car votre récompense sera permanente tout au long de mon quinquennat !

Par contre pour tous les autres, ceux qui ne sont rien, les pas riches, les chômeurs, les smigards, les cheminots, les retraités, avec moi le bonheur, c’est pas pour demain !

Révision de la taxe foncière

Lundi 21 mai 2018

Emmanuel Macron avait promis qu’il n’y aurait pas de nouvel impôt pour compenser la disparition de la  taxe d’habitation, mais il a trouvé une solution pour respecter sa promesse tout en trouvant de nouvelles recettes : Modifier, donc augmenter la rentabilité des taxes existantes. Ainsi il prévoit de remodeler la taxe foncière avec une partie modulable en fonction des revenus du propriétaire !

 

                   impots locaux

C’est faire revenir par la fenêtre un précédent projet abandonné dit du loyer fictif pour les propriétaires de leur maison soit disant dans un but égalitaire par rapport aux locataires, jolis vœux pieux !

 Les pas tout à fait riches, dont je fais partie, vont devoir cracher de nouveau au bassinet alors que les très riches, comme dirait François Hollande, ne cesse de voir leurs taxes disparaître. De taxe en taxe, de CSG en CSG, nous risquons de devenir des nouveaux pauvres ou presque à la fin du quinquennat. Si l’on fait une prévision sur 30 ans de tout ce que vous allez payer comme taxes, les calculs faits par « Le Politique » montre que vous aurez payé une deuxième fois votre maison en taxes versées à l’Etat. Qui en est alors le propriétaire l’Etat ou vous, mais comme l’Etat c’est nous, c’est vous, la question ne se pose pas ! Par contre on n’y a pas vraiment gagné.

 Pour compenser l’énorme perte financière (18 milliards) correspondant à la suppression, pour tous, de la taxe d’habitation, le gouvernement parle de réaliser des économies au niveau de l’état. Difficile à croire et encore plus à chiffrer et à mettre en place, car au niveau de l’état sur quoi peux-t-on faire des économies ? Réduire son train de vie ou plus facilement réduire le nombre de fonctionnaires, je crains que le choix ne soit déjà fait. Et ce n’est pas parce qu’Emmanuel Macron reverse au ministère des armées le prix du vol sur une ligne régulière (170 €) lorsqu’il utilise un Falcon, à titre privé, à 5 000 € l’heure de vol que le problème va être réglé. Déjà que, d’après le Canard Enchainé, la dotation de Brigitte devrait être augmentée de 20 % l’an prochain car elle a des fins de mois difficiles, avec un budget de 440 000 € par an, pas facile de faire des économies ! Heureusement elle partage les frais de coiffure et de maquillage avec son mari !

L’option la plus probable est une augmentation conséquente de la CSG sous forme d’une taxe additionnelle qui serai donc pas un nouvel impôt comme promis par Bruno Le Maire mais seulement une modification d’une taxe existante ! De qui se moque-t-on ? 

Macron plus libéral que jamais

Lundi 14 mai 2018

 

Pour éviter l’exilé fiscal des riches  Sarkozy avait institué une exit tax : une imposition des plus values latentes lors du transfert par un contribuable de leur domicile fiscal hors de France.  Elle ne semblait pas très efficace si l’on en croit les chiffres, son rendement était  faible. Malgré cette taxe, l’exil fiscal des contribuables gagnant plus de 100 000 € par an a doublé en moins de cinq ans, et pire celui des très riches déclarant plus d’un million d’euros par an a aussi doublé sous le quinquennat d’Hollande.

Emmanuel Macron toujours prêt à faire un geste pour les plus riche supprime cette taxe. De plus, ses déclarations récentes sur ses choix économiques au magazine Forbes sont inquiétantes. C’est la soumission aux investisseurs donc à la volonté des plus riches.

fourbe

Hyper président, il utilise toutes les possibilités offertes par le côté monarchique de la cinquième république. Il cherche à écrire son histoire, devenir le président qui va éclipser tous ses prédécesseurs du moins les deux derniers qui pour lui ont dénaturé la fonction présidentielle.

Si à l’étranger il fait encore impression, tombant la veste et retroussant ses manches lors de ses discours sans notes et en anglais, en France par contre ses discours ne suffisent plus à effacer la brutalité  de ses réformes néolibérales. Face à la contestation qui l’indiffère, il argumente en disant qu’il applique son programme et qu’il fait ce qu’il a dit. Le problème c’est qu’il n’avait pas dit grand chose de précis sur son programme lors de sa campagne électorale, hormis quelques grandes lignes sans vraiment de détail, aussi cela laisse le champ libre à ceux que Macron a chargé d’appliquer ses réformes.

Réforme de la constitution, référendum ou non ?

Lundi 7 mai 2018

En révisant la constitution, Macron va renforcer la monarchie républicaine de la 5ème république devenant un hyper président, déjà qu’il ne préside pas, il gouverne !

Pas très fan de la démocratie parlementaire, il contourne sans arrêt un parlement pourtant à sa botte, en ayant recours aux ordonnances, imposant la réforme de la SNCF comme celle du code du travail, anticipant l’application de la loi sur l’enseignement supérieur avant qu’elle ne soit votée par le parlement, j’en passe et des pires à venir ! Pourtant au niveau de l’opinion publique et des citoyens, il ne fait pas un succès engendrant grèves et manifestations qui semblent le laisser indifférent, poursuivant ses voyages officiels autour du monde.

Pour amplifier cette démarche, il prévoit de réduire d’un tiers le nombre de députés et de sénateurs faisant des économies, ce qui parait positif, mais en limitant indirectement de fait la représentativité des citoyens. Le découpage des circonscriptions qui en résultera risque de faire la part belle à LREM. Il veut introduire une dose de proportionnelle lors des prochaines législatives, ce qui ne fait pas un tabac à droite.

                     macron-parlementaires

Il prévoit de réduire le droit d’amendement des députés afin d’accélérer la procédure parlementaire, de limiter le nombre de mandats des élus hormis pour les maires, de réformer le conseil supérieur de la magistrature et le conseil constitutionnel en y éliminant les anciens présidents qui n’en seront plus membres de droit. La plupart de ces mesures vont réduire le pouvoir législatif au profit de l’exécutif donc une hyper concentration des pouvoirs dans les mains du président. Est ce une avancée démocratique, on peut en douter !

Il propose aussi de réduire d’un tiers le nombre de membres du conseil économique, social et environnemental en modifiant complètement les règles de représentativité de ses membres et lui définissant un rôle très précis qui serait celui d’être l’instance unique consultée pour fabriquer les lois. Actuellement il donne un avis uniquement consultatif sur des sujets de société afin d’éclairer le gouvernement, mais les rapports produits finissent la plupart du temps dans un tiroir et ses membres sont les champions du monde de l’absentéisme. Original, les membres nommés par l’Élysée sont appelés PQ, acronyme de personnalités qualifiées, en général elles sont au bout du rouleau !!! Ce sont souvent des politiciens ou des syndicalistes en fin de carrière trouvant dans ce conseil une retraite dorée.

Au niveau de cette réforme de la constitution, afin d’éviter des débats parlementaires houleux et un blocage par le sénat au niveau duquel il n’a pas la majorité, Macron grâce à l’article 11 de la constitution, peut soumettre ses propositions à référendum et ainsi éviter de consulter les assemblées. Quelle option choisira-t-il ? Le suspens reste entier.