• Accueil
  • > Archives pour février 2018

Archive pour février 2018

Macron, président des villes ou président des champs ?

Dimanche 25 février 2018

Oeufs

L’inauguration du salon de l’agriculture va être l’occasion pour notre président de sortir de sa métropole encore que dans ce type de manifestations, c’est plutôt la campagne qui vient à la ville. Pour déminer un peu le terrain et éviter que son image de marque ne soit gâchée par quelques tentatives de le transformer en omelette par jet d’œufs incontrôlé, il a reçu préventivement 700 jeunes paysans à l’Élysée pour un petit casse croûte intime, c’est le cas de le dire, mais je ne pense pas que ce sera suffisant pour désamorcer leur mécontentement.

Les œufs plutôt dans l’assiette que sur son front glorieux comme lors de sa précédente visite l’an dernier, mais à l’époque il n’était pas encore président donc il n’y avait pas encore crime de lèse majesté. Cette fois cela ne rigole pas et la moindre trace d’agression sur son beau costume jupitérien, ce serait très mauvais pour son image de marque à laquelle il tient beaucoup et qu’il soigne énormément. Son style de gendre idéal doit faire rêver dans les chaumières les catherinettes, mais aussi les dames plus âgées. En plus le service de sécurité a tout prévu en apportant des costards de rechange.

Il va sûrement moins bien passer dans les allées que son illustre prédécesseur, champion du monde dans cette activité, le grand Jacques. Les agriculteurs risquent d’être un peu déçu par sa visite déjà que, très maladroitement, il leur a conseillé de retrousser leurs manches, à une population qui travaille 7 jours sur 7 pour un salaire de misère, c’est d’une finesse ! 

Comme toujours avec ce gouvernement, c’est une vision ultra-libérale de l’agriculture avec une ouverture au niveau européen et à l’international, négociant des quotas d’importation de viande brésilienne de basse qualité pleine d’hormones venant de bêtes nourries avec des OGM dans le cadre du Mercosur. Cela inquiète fortement les éleveurs français qui risquent de manifester fortement leur mécontentement lorsqu’il sera au cul des vaches. Son service de sécurité a trouvé la solution en annulant cette partie de la visite, il n’ira donc pas assister à la traite. Dommage un contact avec la nature de raté !

 

Pour faire mieux que ses prédécesseurs il a décidé de rester plus de 10 h sur place en arrivant avant l’ouverture et en restant après la fermeture. Cherchant toujours à vouloir être le premier de sa classe, il veut être le président de la cinquième république qui sera  resté le plus longtemps au salon de l’agriculture, on lui souhaite bien du courage surtout si il absorbe tous les produits qui lui seront proposés par les exposants; n’ayant pas l’estomac de Jacques Chirac, il risque d’avoir des problèmes de digestion et de passer une mauvaise nuit, mais heureusement sa maman, pardon son épouse, pourra le soigner, je lui conseille le citrate de bétaïne !!!! Dans la foulée, une petite vacherie, il reproche à ces prédécesseurs de n’avoir rien fait pour les agriculteurs, hormis de tapoter le cul de leurs vaches ! Certains vont se reconnaître, encore fois ils sont habillés pour l’hiver, vivement le printemps !

PS – Record battu,  Il a marché (En Marche oblige) 12 h 30 dans les allées du salon, c’est vraiment un champion de la Marche à pied, notre champion toutes catégories enfin pas pour tout le monde ! 

 


 

 

Revoilà le service national obligatoire

Lundi 19 février 2018

Ce fut une épée de Damoclès au dessus de la tête de ma génération ce service militaire obligatoire. J’ai été heureux et soulagé que grâce à la décision de Jacques Chirac mes 5 fils y aient échappé. A mon époque nous étions nombreux à chercher à l’éviter par tous les moyens; la prolongation du sursis pour études universitaires étaient l’une des solutions pour retarder le problème, mais  en final il fallait  opter pour une solution comme la coopération (volontaire du service national actif) avec une sanction, faire six mois de plus, mais on évitait la caserne et la coupe de cheveux. Les plus motivés optaient pour l’objection de conscience mais on en prenait pour deux ans et les plus chanceux étaient exemptés ou s’étaient fait pistonner.

Avec Macron on va remettre le couvert, trois ou six mois, la durée n’est pas encore fixée, mais il faut espérer que ce ne sera pas une perte de temps ni une initiation à la consommation de bière et de tabac pour vaincre l’ennui comme dans le temps dans les casernes.

Il est envisagé par notre président comme un service universel et obligatoire, enverra-t-on les gendarmes pour récupérer les récalcitrants comme dans le temps ? Si l’on écoute le gouvernement ce sera un moment de rencontre entre les jeunes de notre pays, la nation et partiellement son armée, beau programme mais pas sûr qu’il corresponde vraiment aux ambitions des jeunes, encore que si l’on ne leur confisque pas leur portable, symbole de leur liberté, cela peut marcher.

L’un des problèmes reste le coût très important pour l’état car il faudra créer de nouvelles infrastructures pour accueillir deux fois plus de participants que lors de la conscription dans la mesure où les femmes sont cette fois aussi concernées. Pour en assurer le fonctionnement et l’encadrement estime à plusieurs milliards d’euros par an, Macron s’engage à ce que le budget de l’armée qu’il vient de réévaluer ne soit pas impacté. Du coup l’énorme financement pour ce projet sera imputé aux autres ministères, il va y avoir du sport ! En plus qui fournira le personnel d’encadrement ? Beaucoup de problèmes à la fois budgétaires, juridiques et logistiques ne sont pas réglés, le principal étant la tranche d’âge à retenir car passé 18 ans ils sont majeurs et on ne peut plus juridiquement  leur imposer et avant à moins de leur supprimer les grandes vacances ce sera difficile à placer. Pas sûr que la jeunesse, même si elle est En Marche, le suive dans cette direction !

Comme on disait dans le temps : Vivement la quille !

Adieu fonction publique

Lundi 12 février 2018

La droite en a toujours rêvé, Macron va le faire, supprimer 120 000 fonctionnaires en réembauchant à la place des contractuels ! Fini la sécurité de l’emploi pour les fonctionnaires, l’état va devenir un patron comme les autres qui pourra licencier son personnel quand il n’en aura envie. Macron avait promis de moderniser la fonction publique, mais à ce point c’est plutôt la détruire, ce n’était pas prévu dans son programme ou alors on n’avait pas lu entre les lignes !

Le premier ministre parle d’un assouplissement du statut de fonctionnaire avec l’instauration d’un salaire au mérite et un recours accru aux contractuels complété par un plan de départ volontaire des titulaires. Le but à peine caché étant de réduire les dépenses de l’état, de faire des économies afin de respecter le fameux 3% de déficit public, mais cela se discute, il n’est pas sûr qu’un contractuel va coûter moins cher car si l’état veut trouver des candidats compétents il devra s’aligner sur les salaires du privé.

Dans ce plan il est prévu une rénovation du dialogue social mais compte tenu des premières réactions des syndicats de la fonction publique à ces annonces coup de poing, c’est plutôt mal engagé. Faire des économies sur le dos des fonctionnaires, détruire  la fonction publique, c’est un choix politique d’Emmanuel Macron bien qu’il affirme le contraire.

Alors que les syndicats proposaient au gouvernement fin janvier un plan de titularisation des presque 1 million de contractuels, surprise, surprise ! Le gouvernement propose exactement l’inverse. C’est une provocation qui ne restera pas sans réponses, du moins je l’espère ! Le but à peine caché est de casser le statut général de la fonction publique sous prétexte de le moderniser. Sans complexes le gouvernement propose une concertation avec les syndicats au cours de l’année 2018. Avec de tels projets, cela risque d’être rude, souhaitons leur bonne chance !

Macron, le monarque de l’Élysée !

Dimanche 4 février 2018

Après un précédent président qualifié de grand mou indécis, changement de style, nous nous trouvons face à un président autoritaire pour plus de 70 % des français d’après un sondage. Avec son côté jeune loup fougueux aux dents longues souvenez vous comment il a dévoré Hollande, il fait preuve d’un autoritarisme juvénile et débordant. Revêtant de plus en plus les atours d’un monarque républicain en sur-réagissant vis à vis du pouvoir militaire, suite à un désaccord, il a limogé brutalement le chef d’état-major des armées, il confond autoritarisme et autorité et, inconnu il y a deux ans, il essaie d’asseoir sa stature présidentielle de chef des armées; un milieu qu’il ne connaît pas bien, n’ayant pas fait de service militaire !

Il joue le chef d’orchestre en désignant tout seul le secrétaire général de son parti, II mène tout son monde à la baguette et ses réformes au pas de charge. En réformant les retraites, le code du travail, l’assurance chômage, l’apprentissage et la formation professionnelle, j’en passe et des pires ! Il va secouer toute la société française et bientôt s’attaquer à la fonction publique. Ne craignant pas  les tabous, il a bousculé très vite deux fondamentaux de notre société le code du travail et l’ISF ce qui lui a valu une baisse significative dans les sondages, mais en ce début 2018 tout semble oublié, sa popularité remonte et plus de 50 % des français sont satisfaits de son action. Cette envolée est-elle un cadeau d’anniversaire de la part de ses électeurs pour ses 40 ans, peut-être, mais où cela va t il nous mener ? Il exploite la constitution de 1958 comme un outil au service de son ambition personnelle comme précédemment De Gaulle; son égo surdimensionné le rend dangereux pour notre démocratie, en réformant par ordonnances, il apporte une dimension pharaonique à ses fonctions en mettant en place une monarchie présidentielle et bientôt pourquoi pas une monarchie macronienne !

A l’international c’est encore pire, il se sent investi d’une mission en s’adressant aux peuples du monde dans un show planétaire; en n’hésitant pas à déclarer : » En élisant un président de 39 ans venant de nulle part, la France a stupéfait l’Europe et le monde » ! Il va bientôt parler de lui à la troisième personne comme Alain Delon. En Afrique où il est très présent il se plaît à prononcer sur tous les sujets de longs discours qui se veulent fondateurs afin de développer son leadership international. Cette hyper activité à l’international peut peut-être expliquer sa remontée récente dans les sondages. C’est assez classique chez les présidents de la cinquième république de faire remonter leur popularité en s’investissant à l’international, laissant la patate chaude, c’est à dire la politique intérieure à leurs collaborateurs (comme le disait Sarkozy !) rappelez vous Hollande au Mali où Chirac au moment de la guerre d’Irak. Après Ouagadougou, Tunis, Dakar, saint Louis, où ira-t-il porter sa bonne parole dans les prochains jours ? Le suspens reste entier !