• Accueil
  • > Archives pour décembre 2017

Archive pour décembre 2017

Quand Macron rime avec répression

Lundi 25 décembre 2017

Je ne veux plus d’hommes ni de femmes dans la rue pour Noël (oubliant les enfants, mais il n’en n’a pas, qui sont quand même plus de 30 000 dans la rue)  avait promis Emmanuel Macron après son élection. Je veux partout des hébergements d’urgence, un traitement administratif rapide pour vérifier au cas par cas s’il y a possibilité d’asile ou non et derrière une vraie politique de reconduite à la frontière. Il semble que ce soit la dernière option qui prenne le dessus.

Considérant que la France ne pratique pas suffisamment la reconduite à la frontière des émigrés clandestins Emmanuel Macron prépare une nouvelle loi « Immigration et asile » pour début 2018 qui ne semble pas faire l’unanimité même dans son propre camp, c’est dire !

Mais sans attendre le ministre de l’intérieur Gérard Colomb décide d’accélérer les expulsions en transmettant plusieurs circulaires aux préfets leur demandant d’éloigner les personnes déboutées et plus précisément de contrôler la situation administrative des personnes présentes dans les centres d’hébergement d’urgence, ce qui a provoqué la protestation de nombreuses Associations.

Ce  gouvernement a fait encore pire en soutenant un projet de loi proposant d’anticiper leur expulsions en plaçant en centre de rétention  les dublinés (ceux qui doivent faire une demande d’accueil dans le pays européen où ils ont laissés une première trace, cela concerne une personne sur deux), pour une durée qui va doubler faisant dire à une député de la République en Marche que ces centres de rétention vont devenir des centres de détention !

On s’étonne que le même homme qui, il y a quelques mois, déclarait la main sur le cœur : « Accueillir les réfugiés, c’est l’honneur de la France » prévoit maintenant de durcir la politique migratoire de la patrie des droits de l’homme. Même Jacques Toubon (que l’on ne peut soupçonner d’être de gauche), le défenseur des droits, a réagi considérant que c’était déplorable.

LREM se positionne vis à vis des émigrés, en marche mais cette fois en arrière afin de les pousser à  rentrer chez eux, retour au point de départ, on avait pas tout compris des promesses de Macron !

Dans son interview péripatéticien (littéralement se parler en marchant), très complaisant, par Laurent de la mèche, pardon Delahousse, Emmanuel Macron insiste sur le fait qu’il tient ses promesses;  la fermeture des frontières aux migrants et leur expulsion en masse, c’était laquelle ?

Vauquiez ne fait pas l’unanimité même dans son propre camp !

Lundi 18 décembre 2017

Vauquiez vient d’être élu président des républicains (LR) et pourtant personne ne l’aime du moins chez les élus de La République. Il n’est pas là pour plaire a-t-il déclaré récemment lors d’une interview.Théoriquement il sera sauf accident le prochain candidat de la droite à la présidence de la république car le coup de la primaire, à droite, ils ne le referont pas deux fois. Il va essayer  de remplacer Mélenchon comme principal opposant à l’actuel président de la république. Il est coaché par Sarkozy ce qui n’est pas bon signe. Il ment beaucoup sur lui même et s’invente une relation presque intime avec sœur Emmanuelle en Égypte. Il a tendance à réécrire son histoire personnelle en laissant croire qu’il a des origines modestes afin de faire peuple alors que c’est un premier de classe !

Normalien brillant (alors que Macron a échoué au concours), agrégé d’histoire, il est sorti major de l’ENA, et aussitôt rentré au Conseil d’État, il n’y a siégé que 2 mois mais depuis, en détachement, il cotise dans ce cadre pour la retraite depuis 13 ans; tout cela est légal. Mais il aurait été quand même plus glorieux et transparent avant de se lancer en politique de démissionner de la fonction publique comme l’on fait ses collègues  Bruno Le Maire, Valérie Pécresse et même Emmanuel Macron.

Bien au contraire le premier ministre vient de lui renouveler pour 5 ans son détachement  comme maître des requêtes au Conseil d’État; du coup en cas de défaite électorale il pourra réintégrer son poste, privilège de la fonction publique, le beurre et l’argent du beurre. Cette pratique est légale,  la loi Cahuzac n’oblige que les ministres et les députés à se mettre en disponibilité, pour les autres ce n’est qu’une question d’éthique personnelle.

Pourtant fan de l’éthique à tout les niveaux pour les autres lorsqu’il gérait sa région il ne semble pas se l’appliquer à lui-même. Tout ne va pas comme sur des roulettes, Bertrand quitte LR avec fracas et d’autres le suivent, le rassemblement de la droite ce n’est pas gagné. Et pas de chance, la clause Molière (qui impose la langue française sur les chantiers pour des raisons de sécurité) dont le but était surtout de limiter la présence de travailleurs détachés vient d’être annulée par le tribunal administratif. La préférence nationale thème récurrent de Vauquiez et petit pas vers le Front National, c’est raté.

Fini les solvants, vive la mécano chimie

Lundi 11 décembre 2017

 

La chimie organique pour synthétiser de nouvelles molécules utilise de grandes quantités de solvant, hors se sont le plus souvent des produits toxiques particulièrement néfastes pour l’environnement même s’ils sont en partie Recyclés. Une démarche récente consiste dans certains cas à remplacer ces solvants par une technique mécanique : le broyage.

Depuis des millénaires l’homme a utilisé le broyage réduisant par exemple le blé en farine ou bien en préparant les pigments pour ses peintures rupestres. Preuve en est la présence abondantes de meules préhistoriques ou de mortiers lorsque l’on gratte un peu dans certains sites du Maghreb (ce que j’ai pratiqué comme beaucoup de coopérants d’Algérie de ma génération, pilleurs de sites préhistoriques, c’est honteux, mais il y a prescription).

Mais revenons à la chimie dite sèche, dans cette technique on utilise des forces mécaniques pour lier entre eux deux composés différents. Précédemment utilisée pour fabriquer des alliages métalliques, l’idée a été de transposer cette technique sur des molécules organiques carbonées. Pour cela un appareil que j’ai beaucoup utilisé en tant que jeune chercheur en physiologie végétale pour préparer des poudres végétales, le broyeur à billes, est remis à l’ordre du jour. Dommage, le dernier exemplaire du labo est parti à la casse pour cause de domination de la biologie moléculaire sinon on aurait pu le prêter à nos collègues chimistes.

Cette méthode a été utilisée avec succès sur la réaction de Wittig (1) qui permet de lier deux composés carbonés sous forme de sels par une double liaison en les agitant fortement  en présence de billes métalliques. Plus intéressant, Il semble que la synthèse de bio-molécules de type peptides donc l’obtention d’une liaison peptidique (-COHN-) a été réalisée et ouvre un immense champ d’expériences et d’applications pharmaceutiques.

 Une vraie chimie verte avec de nombreux avantages, plus de dilution des substrats par le solvant mais un contact étroit des réactifs tout au long du processus; économique, plus de solvants couteux et elle va dans le sens des textes réglementaires qui bannissent de plus en plus l’utilisation industrielle des solvants. Les chimistes vont enfin pouvoir retrouver leurs âmes d’enfants en jouant aux billes au lieu de manipuler des vilains solvants très toxiques et ce sera très bénéfique pour leur santé et celle de leurs concitoyens.

1) addition d’un ylure de phosphore ou réactif de Wittig sur un composé carbonylé de type aldéhyde ou cétone pour former des alcènes.

La langue inclusive

Lundi 4 décembre 2017

314 enseignants·tes ont publié et signé une pétition dans laquelle ils s’engagent à ne plus enseigner la règle de grammaire qui dit que lors des accords le masculin l’emporte toujours sur le féminin. Ils se proposent maintenant d’enseigner l’accord de majorité (qui consiste à accorder le ou les mots se rapportant à plusieurs substantifs avec celui qui exprime le plus grand nombre comme pour reprendre leur exemple « un français et mille françaises sont enthousiasmées » ou l’accord de proximité (qui consiste à accorder l’adjectif avec le substantif le plus proche ainsi la phrase : « les hommes et les femmes sont beaux devient les hommes et les femmes sont belles »). C’est un retour aux sources de notre langue puisque il y a plus de 300 ans, comme en latin, les accords s’effectuaient suivant cette règle de proximité jusqu’à ce que l’académie française masculine de l’époque ne déclare que le masculin l’emporte sur le féminin ! Mesdames, la messe est dite, circulez il n’y a plus rien à voir !

Mais récemment des mouvements féministes prônent l’écriture inclusive donc une langue française sans stéréotypes de genre assurant une égalité de représentation entre les femmes et les hommes comme cela se pratique dans d’autres langues latines comme l’espagnol. Par contre les vieux sages de l’académie française publient une mise en garde et crient que notre langue est en péril mortel, même Bernard Pivot notre référence nationale en matière d’orthographe est contre.

En ce qui me concerne si le nouveau système d’accord ne me choque pas particulièrement par contre la nouvelle ponctuation : le point moyen qui doit être abondamment utilisé ne va pas alléger les textes. Déjà qu’il n’est pas présent sur le clavier de nos ordinateurs et nécessite d’utiliser une combinaison de trois touches (pour le Mac Intosh, alt + maj + f), il va être lourd à utiliser pour les écrivains (je blague) comme moi !

Quoiqu’il en soit dans notre belle langue française, les objets continueront à avoir un sexe : une chaise et une banquette, de sexe féminin, mais un fauteuil et un tabouret du sexe masculin; l’important c’est d’avoir quelque chose pour s’asseoir !  Mais cela ne simplifie pas l’apprentissage du français car en plus du terme, il faut mémoriser son sexe ! La langue anglaise, que je n’apprécie pourtant pas beaucoup, n’oriente pas sexuellement les choses, cette simplification peut peut-être expliquer son abondante utilisation dans le monde.

Pas d’intervention de Macron (Monsieur je me mêle de tout) sur ce sujet, étrange ! En fait c’est son premier ministre qui s’y colle en envoyant une circulaire à ses ministres leur intimant de bannir des textes officiels paraissant au JO l’écriture inclusive. Marche arrière pour « En Marche » car sous Hollande la ministre de l’éducation nationale, une femme, s’était mobilisée sur ce sujet afin que l’école donne l’exemple, c’est loin d’être le cas pour le nouveau ministre très macroniste Jean Michel Blanquer. S’il rejette le point médian, il appelle pourtant à féminiser les fonctions, petite contradiction !

Enfin, si  par courtoisie l’on place la population féminine devant la masculine la phrase précédente devient « les femmes et les hommes sont beaux » et respecte l’égalité grammaticale entre les genres ce qui devrait mettre tout le monde d’accord.