• Accueil
  • > Archives pour octobre 2017

Archive pour octobre 2017

Jupitérien, c’est lui qui le dit !

Dimanche 22 octobre 2017

C’est en octobre 2016 qu’Emmanuel Macron s’est défini comme un futur président jupitérien pour se différencier de son mentor François Hollande qui n’était qu’un président normal ! Par cette référence à la mythologie gréco-romaine, il se veut le chef, celui qui pense et prend les décisions pour l’ensemble de ses subalternes en rétablissant une hiérarchie verticale. Pour arriver au sommet, il a créé un mouvement faisant disparaître le clivage gauche/droite, En Marche, un mouvement très jupitérien puisque formé autour de son chef et qui reprend les initiales de son fondateur comme par hasard ! Quelle humilité.

Comme Jupiter il va évincer Hollande qui l’avait pourtant fabriqué en le nommant ministre de l’économie. En se déclarant candidat, il oblige le précédent président à ne pas tenter de renouveler son mandat ce qui était pourtant une tradition dans la cinquième république. Il va ensuite s’autoproduire en séduisant les électeurs par son jeunisme proposant de régénérer la politique en éliminant tous les anciens ; comme dans un tournoi de tennis, d’abord Sarkozy et Juppé qui n’ont pas passé le premier tour et  ensuite Fillon qui s’est auto éliminé en demi finale. En finale enfin, l’affrontement entre une candidate dépassée voulant se présenter comme défendant la France d’en bas face à un concurrent qui semblait répéter son grand oral de l’ENA, très au-dessus de la mêlée enchaînant les coups droits et les revers et finissant par un smatch splendide. Le match était gagné, mais c’était facile dans la mesure où nombre d’électeurs ne souhaitant pas donner leur voix à l’extrême droite ont voté pour lui par défaut. Toutefois nombre d’insatisfaits, dont je fait parti je pense que vous l’avez compris, ont voté blanc ou se sont abstenus.

Une fois ce leader élu, il va s’ingénier à se présenter comme un président exceptionnel qui ne dort que 4 h par nuit donc travaille 20 h par jour (suivez mon exemple !), soignant son image par divers déguisements afin de soit disant se rapprocher des citoyens. Se présentant en guerrier (en tenue de pilote de chasse ou en tenue de la Marine nationale)  ou en sportif (footballeur ou tennisman), il peaufine aussi son image en se mettant en scène lors des cérémonies officielles (marche vers la pyramide du Louvre, remontée des champs Élysée en command car, etc). Comme un empereur romain avant lui,  il s’empare du pouvoir en limogeant le chef d’état-major des armées qui avait osé montrer son désaccord. Pour Macron l’armée (la grande muette) doit être au service du pouvoir politique et non l’inverse. Il pose ses marques pour notre plus grand déplaisir.

Enfin, ce jeune président est un très bon orateur, mais dans ses discours il s’adresse surtout au 30% de citoyens aisés qui ont fait des études supérieures et l’ont élu.  Le 17 octobre pour la journée mondiale de lutte contre la misère, il a fait un discours sur la pauvreté afin de changer son image de président des riches. Cela ne va pas être facile car c’est un sujet qu’il ne doit pas bien connaître, la pauvreté, difficile de parler de son expérience. Face à la pauvreté et en particulier celle des enfants, il dit vouloir faire de la prévention. Mais ce n’est pas en taxant les parents qu’il va réussir à aider les familles nécessiteuses qui sont à l’origine de la pauvreté de leurs enfants. Si l’on se réfère aux mesures fiscales récentes, c’est parti dans la mauvaise direction. Après avoir supprimé l’impôt sur la fortune, maintenu les allocations familiales pour les plus riches, plafonné l’imposition sur les revenus financiers, certaines mesures sont vraiment anti-pauvres comme la réduction des APL ou la suppression des contrats aidés,  par Toutatis il va avoir du mal à convaincre les plus démunis.

Le bordel devrait s’amplifier

Lundi 16 octobre 2017

Nous n’allons pas pouvoir continuer à accepter toutes les mesures antisociales de ce président inconséquent sans rien faire. Après les manifestations contre la loi travail des syndicats et de la France insoumise, et la grève des fonctionnaires de la semaine dernière avec des manifestations unitaires ce qui ne s’était plus produit depuis 2007, il va falloir prolonger les actions. Malheureusement dix ans après, les revendications restent les mêmes portant sur le maintien du pouvoir d’achat et de l’emploi public, on n’a pas beaucoup avancé. En ce qui concerne la fonction publique, il en faudra plus pour faire revenir le président sur ses promesses électorales comme le rétablissement du jour de carence, ou la suppression de 120 000 postes sur 5 ans. En plus, il en a remis une couche comme le gel du point d’indice et l’augmentation de la CSG non compensée ou dont là compensations est mal définie pour les fonctionnaires qui ne cotisent pas pour le chômage; alors que dans le privé et elle devrait même se traduire par une augmentation de la rémunération; donc deux poids deux mesures, selon que vous serez au service de l’état ou non, les jugements de cour…

Suite à la disparition de la taxe d’habitation, les maires des communes réfléchissent déjà à une modification compensatoire de la taxe foncière qui augmente déjà régulièrement, mais discrètement. Il va être aussi tentant de préparer une nouvelle augmentation de la CSG en particulier sur les retraités puisque c’est tout bénéfice surtout pour ceux qui sont en maison de retraite car dans la mesure où ils ne payent pas de taxes d’habitation il n’y a pas de compensation. Face à cette situation, le président de l’assemblée  nationale propose aux maisons de retraite de baisser leurs tarifs pour compenser la perte financière de leurs résidents, on avait déjà entendu ce type de raisonnement pour une autre mesure (la diminution de 5 € de l’APL qui devait être prise en charge par les bailleurs); comme quoi il y a de la continuité dans ce gouvernement !

D’un autre côté, la suppression de l’ISF est loin de faire un succès, les français  condamnent cette mesure à plus de 45 % et elle est rejetée par des économistes comme Daniel Cohen ou Thomas Piketty; ce dernier la qualifiant de faute morale, économique et historique.Par contre, pour les 0,01 % de ménages les plus aisés c’est du gagnant gagnant, ils ne risquent pas de foutre le bordel dans la mesure où dans le budget 2018 ils vont cumuler la disparition de l’ISF au profit de l’IFI pour 3,5 milliards d’euros d’économie d’impôts avec le PFU qui va leur faire économiser 1,5 milliards d’euros. Ces énormes sommes d’argent risquent d’aller abonder les 300 milliards d’euros déjà placés dans les paradis fiscaux par les 3600 ménages les plus riches et où sont aussi immatriculés les yachts de nos milliardaires. Ces signes extérieurs de richesse ne seraient plus taxés,  puis changement de cap à nouveau ils vont être inclus dans l’IFI. Mais petite mesure fiscale, un seul yacht à été immatriculé en France l’an dernier. Suite à l’interview d’hier soir, en concluant qu’il ne croit pas à la jalousie envers les riches, le président Macron n’a convaincu que 39 %  des téléspectateurs. Enfin il assume l’utilisation du terme bordel comme ses autres dérives langagières comme étant du registre populaire ! Si c’est de cette façon qu’il pense se rapprocher du peuple il se fout le doigt dans l’œil (pour parler peuple comme lui).

Président des riches

Lundi 9 octobre 2017

Macron dans une démarche d’homogénéité a prévu d’instaurer une « Flat Tax » ou prélèvement  forfaitaire unique (PFU) fixé à 30 % sur tous les revenus financiers dés le 1er janvier 2018, voir plus tôt pour les gros contrats d’assurances vies. Tout le monde à égalité, les moins riches et les plus riches, tout ceux dont le taux d’imposition dépassait les 30 % vont se réjouir, précédemment ils étaient taxés jusqu’à 45 %; cette mesure va exonérer les plus riches de la CSG alors qu’elle augmente de 1,7 % pour les « riches » retraités dont les revenus dépassent les 1200 € par mois,  cherchez l’erreur ! Toujours cet objectif d’économiser à tout prix souvent sur les français les moins riches mais les plus nombreux pour respecter la contrainte européenne des fameux 3%.

Encore que quelques mesures de protection sont prévues. Ainsi les contribuables les moins imposés auront la possibilité de conserver l’imposition au barème progressif. Seul le livret A et le PEA seraient exemptés de cet imposition forfaitaire. Les PEL à venir, donc ouvert après le 1janvier 2018, de même que les assurances vies seront impactés.

Pendant ce temps il exempte de l’impôt sur la fortune les signes extérieurs de richesse comme les Ferraris, les lingots et les yachts, les riches ne vont plus avoir besoin de se cacher ! Le qualificatif de président des riches avait précédemment été  attribué à Nicolas Sarkozy lorsqu’il  avait mis en place en 2007 son bouclier fiscal très favorable aux contribuables les plus aisés. Si on lit la presse récente Macron, en supprimant l’ISF entre autres, l’a largement récupéré.

De son côté, Macron pour protéger les riches a décidé de maintenir le verrou de Bercy; c’est une sorte de monopole que possède le ministère du budget et qui lui permet de décider ou non de poursuites judiciaires envers les contribuables en cas de fraude fiscale avérée. Les délinquants fiscaux ne sont pas traités comme les autres délinquants, car très peu de dossiers (- de 2 %) sont transmis à la justice tous les ans; Bercy préférant les petits arrangement entre amis souvent plus lucratifs et plus rapide.

 Ce monopole devait être supprimé dans le cadre de la loi de moralisation de la vie publique alors que Macron n’était pas d’accord. Le sénat avait pourtant voté pour sa suppression, mais il n’a pas été suivi par l’Assemblée Nationale macroniste. Les riches délinquants fiscaux en col blanc peuvent être rassurés, tant pis pour les autres. Macron est vraiment devenu le nouveau président des riches, sa politique doit les faire revenir sur le territoire national afin ramènent leurs capitaux et qu’ils paient à nouveau leurs impôts en France. Avec sa pensée complexe dont beaucoup se moquent et que l’on ne comprend toujours pas hormis le fait qu’il mène une politique franchement antisociale, on ne voit pas bien où il nous mène mais sûrement dans un mur. Pour finir un slogan, pas très politiquement correct mais parfois il faut se lâcher, que j’emprunte à la CGT : « Pour les riches des couilles en or, pour les pauvres des nouilles encore ! ».

Président des banquiers

Lundi 2 octobre 2017

 

Ce n’est pas la première fois que nous avons un Président formé chez Rothschild, célèbre banque d’affaire familiale, Georges Pompidou en venait aussi !

Preuve d’amour, Macron a introduit une mesure fiscale en faveur des banques et des assurances travaillant en Angleterre discrètement dans le budget 2018; ces entreprises paient une taxe sur les salaires en place de la TVA et verraient l’an prochain cette taxe disparaître sur la tranche la plus élevée des salaires. Cette mesure devrait aussi s’étendre aux établissements similaires installés en France.

En faisant de telles largesses il espère attirer les banquiers de la City qui devraient fuir l’Angleterre à cause du Brexit, mais cela coûtera quelques centaines de millions d’euros, alors qu’en même temps il repousse dans le budget 2018 au 1er janvier 2019 la hausse automatique des pensions de retraite  compensant l’inflation, ce qui permet d’économiser des sommes équivalentes mais sur le dos des retraités.

Vielle technique déjà utilisée pas ses prédécesseurs : la date de revalorisation des retraites en fonction de l’inflation était à l’origine fixée au premier janvier, c’est ce bon Sarkozy qui le premier l’a décalé au premier avril (quel humour) mais le gentil socialiste Hollande n’a pas été en reste en la repoussant au 1er octobre.

Du coup avec le coup de pouce de Macron, on arrive à un an de décalage donc à un an d’économies. Ce sont les retraités qui y laissent des plumes, mais c’est en douceur car personne ne s’en rend pas compte focalisé sur l’aspect positif et automatique de la mesure; pourtant cette mesure n’est pas négligeable financièrement car c’est un demi mois de pension qui a été confisqué aux retraités en moins de dix ans ! Pour 2017 l’augmentation de 0,8 % est maintenue au 1er octobre mais elle ne concerne que les régimes dit alignés et les retraités de la fonction publique en sont exclus, dommage ! Pour ces derniers seule la retraite additionnelle de la fonction publique (la fameuse RAFP, le plus souvent quelques dizaines d’euros) sera revalorisée, ce sera donc peanuts !

Adepte de la théorie du ruissellement en gavant les plus riches, j’ai peur qu’il faille attendre longtemps avant d’être arrosé; c’est plutôt la méthode de l’essorage qu’il applique en direction des retraités ! En son temps Mitterrand avait dit humblement « Je suis le dernier des grands présidents. Après moi il n’y aura plus que des financiers et des comptables ». Il n’avait pas totalement tort !