Hollande n’a pas tout raté, mais presque !

 

 On est obligé de constater que la fin de son quinquennat a été catastrophique avec la loi travail, après la loi Macron, lois qu’il a fait passer en force avec la complicité de son premier ministre à l’aide du 49.3, et contre l’avis de la majorité des français.

Pourtant il n’a pas tout faux, à l’inverse de son prédécesseur qui en avait supprimé beaucoup, il a créé un peu moins de 54 000 postes d’enseignants, nombre quelque peu inférieur à ses promesses, car il y a eu un cafouillage au niveau des Universités qui ont souvent préféré récupérer l’argent  pour abonder leur déficit plutôt que de créer des emplois. Il a réduit le déficit public le ramenant presque aux fameux 3 %, voire en-dessous pour 2017, 3 % imposé par l’Europe mais on se demande pourquoi pas 2 ou 4 ? Il a fait voter une loi sur la transparence en politique qui en avait bien besoin quand on se rappelle du petit François de la Sarthe à la triste figure…

Positif, la réussite de la COP21 avec un accord d’une limitation de l’augmentation de la température au dessous de 2 % et un engagement des états à limiter leur rejets de gaz à effet de serre  à mettre au compte de François Hollande, et il s’est engagé, du moins sur le papier à réduire de 50 % la part du nucléaire dans la production d’énergie par la France, par contre il n’a pas totalement réussi à fermer définitivement la centrale de Fessenheim à cause de l’opposition du lobby de l’EDF. 

Il a mis en place le tiers payant en médecine que le nouveau président va en partie supprimer! Le mariage pour tous reste un point positif de son quinquennat malgré la polémique, même s’il aurait été judicieux de trouver un autre terme pour le désigner. Il a sauvé le régime spécifique d’assurance chômage des intermittents du spectacle, important quand on a un fils artiste. Il a créé environ 9000 postes au niveau des forces de l’ordre alors que son prédécesseur, cet imbécile, en avait supprimé 3500. Il a fait voter une loi encadrant les loyers mais dont l’application a été rapidement freinée par Manuel Valls le félon et qui là encore va être supprimée par Emmanuel Macron. Manuel Valls, ce premier ministre qui n’a pas cessé de se droitiser, est peut être le responsable de certains échecs du président, mais c’est lui qui l’avait nommé et il n’était pas obligé de le garder.

Justement parlons des échecs de ce quinquennat. Le premier est bien sûr celui du chômage (plus d’un million de chômeurs de plus en cinq ans, ce n’est pas une paille!) qui n’a cessé d’augmenter avec un petit palier en 2016. Ensuite la loi travail qui a mis dans la rue beaucoup de travailleurs pendant plus de cinq mois et qui a, à la fois, fracturé le monde syndical et la gauche. Pas Brillant non plus, L’abandon de l’écotaxe ou taxe poids lourds (à cause des bretons), ce qui a coûté très cher au contribuables (plusieurs milliards). Il a manqué de courage face aux banquiers en ne séparant pas banque de détail et banque d’investissement (mon ennemi c’est la finance ! Mais c’est les banquiers, peut-être en fait ses amis qui ont gagné).

Puisque l’on parle d’argent, la non régression de la pauvreté avec plus de 8 millions de personnes, autant qu’en 2012, qui vivent sous le seuil de pauvreté. D’autres échecs, la déchéance de la nationalité proposée suite à  l’attentat du 13 novembre au bataclan qui a finalement été abandonnée, la mauvaise gestion des ZAD (zones d’activités différées) comme celle de l’aéroport de Notre-Dames-des-Landes ou celle du barrage de Sirven (un mort!). 

Quand on voit les attitudes récentes de Manuel Valls et sa droitisation progressive tout au long de sa fonction, on peut se demander s’il n’a pas pris une part importante dans le désenchantement et la division du peuple de gauche. Le bilan de François Hollande plutôt que calamiteux, comme on le lit souvent dans la presse, est surtout inachevé. Emmanuel Macron va devoir reprendre tous ces chantiers mal aboutis tout en essayant de réunir les français lassés du schéma droite/gauche. Va-t-il réussir ? Une première réponse aura lieu le soir du deuxième tour des législatives; advienne que pourra !

Laisser un commentaire