Archive pour avril 2017

Les Discours de Macron

Dimanche 30 avril 2017

J‘avais déjà remarqué et je ne suis pas le seul (voir Bedos fils) que les discours d’Emmanuel Macron, par rapport à certains autres candidats, étaient d’un niveau particulièrement faible, suite de lieux communs et de banalités, le plus souvent rien de concret : « je suis le candidat de la justice, je suis le candidat du travail », j’en passe et des meilleures! J’avais préféré « je suis le candidat de la feuille de paye » de Benoît Hamon ou « je suis le candidat de la paix » de Jean Luc Mélenchon, mais ils ont perdu.

Je souscrit donc à une analyse de Gérard Miller sur la vacuité des discours de Macron parodiant la phrase célèbre de Sacha Guitry : «   le silence qui suit du Mozart  c’est encore du Mozart : « le silence qui précède un discours de Macron c’est déjà du Macron ». Ainsi le soir du premier tour de l’élection présidentielle, il a mis du temps à démarrer faisant monter sa femme sur l’estrade, l’embrassant plus tendrement que ne l’avait fait Hollande avec Valérie Trierweiler le soir de son élection, la faisant applaudir par ses supporters. Ensuite, dans son discours, Macron a remercié les autres candidats (sûrement de l’avoir laissé gagner!), il a remercié sa femme, la Brigitte, car sans elle, il ne serait rien a-t-il dit (toujours des restes d’une relation presque œdipienne de prof à élève), mais il s’est surtout auto-félicité de sa victoire !

Macron a donc fait devant ses électeurs un discours de deuxième tour comme s’il était déjà élu président. Il devrait se méfier, il risque de les  démobiliser. Il ne faut pas vendre la candidature de la Marine avant de l’avoir battue car dans cette famille ils ont la peau dur et ils sont hargneux! Il y a quelque temps rappelez-vous, suite à la primaire de la droite, c’était plié, Francois Fillon devait être notre prochain président de la république. La droite a raté son coup avec un candidat attaqué de toute part car plein de zones d’ombre, avec une personnalité plus que douteuse qui s’est dévoilée au fur et à mesure du déroulement de la campagne. Que va-t-il en être de la campagne pour le deuxième tour de Macron face à une opposante qui va jouer son va tout ? Il va y avoir des coups bas, sera-t-il capable d’y résister ? Espérons qu’il n’a pas de casseroles cachées.

Pendant ce temps, ceux qui se régalent ce sont les banquiers et les boursicoteurs, dès le lundi matin le CAC 40 a fait un bon de 4 % et les actions des banques comme la BNP Paribas, la Société Générale, AXA ou le Crédit Agricole ont progressés de 6 à 8 %. 

Ce macaron on va en bouffer pendant 5 ans jusqu’à l’indigestion, mais pour éliminer Marine Le Pen, le vote utile, il faut se forcer et mettre un bulletin dans l’urne avec le nom de Macron dessus ou appuyer sur le bon bouton de la machine à voter; en effet  au Mans le vote est dématérialisé, plus besoin de se salir les mains en prenant un bulletin mais juste un doigt (celui qui appuie sur le bouton) à se laver après comme aurait dit Jules César, Ce sera douloureux, mais elle est pas toujours belle la vie !

Un vote tactique

Lundi 24 avril 2017

 

Àla primaire de la droite des gens de gauche, et j’en connais beaucoup, sont allés voter tactiquement au premier tour pour éliminer Sarkozy en votant pour Juppé et cela a marché. Par contre ce que l’on avait oublié c’est qu’aux primaires de droite il y a surtout des gens de droite qui votent et le résultat fut un plébiscite pour Fillon confirmé au deuxième tour malgré les électeurs de gauche qui ont encore voté pour Juppé. Je suis content de ne pas avoir participé à cette mascarade.

À gauche, pas mieux, je n’ai pas joué non plus, encore un vote tactique pour éliminer Valls sans qu’il y ait besoin des votants de droite cette fois. Lavage de linge sale en famille au PS et un candidat surprise, frondeur, qui sort des urnes Benoît Hamont avec un bon programme mais dont le côté gauche light, trop effacé, le manque de charisme et les coups de couteau dans le dos de ses amis élus socialistes qui vérifie l’adage de Voltaire : « Gardez moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge » s’est effondré au profit de Mélenchon. 

Dans ces conditions pour un électeur de gauche pas facile de choisir à part le vote tactique pour éviter d’avoir un futur président mis en examen, cul béni mais menteur, aimant sa femme mais ne respectant pas sa parole, une vrai caricature qui aurait été automatiquement éliminé par son parti dans la plupart des autres démocraties européennes mais pas chez nous où les électeurs se complaisent à élire des candidats menteurs, voleurs ou tricheurs, voir les précédents présidents.

Le résultat du vote tactique suite au premier tour, nous en avons pris connaissance hier soir, Marine Le Pen/Emanuel Macron, c’est la douche froide bien qu’elle était prévisible. Fini la bipolarité gauche/droite on pourrait s’en réjouir, mais ce n’est pas si simple. De nouveau face à un non choix pour un électeur de gauche et dans la mesure où le vote blanc n’est toujours pas comptabilisé, le vote tactique est de nouveau l’unique solution afin d’éliminer la candidate dont on ne veut pas et qui nous fait horreur, mais le fonctionnement de notre démocratie n’en sort  pas grandie. La cinquième république a vécu, vivement la sixième, mais c’est raté pour cette fois.

On va pouvoir remettre à l’ordre du jour le fameux slogan de ma jeunesse : « élection piège à cons » car cette fois nous sommes piégés : choisir entre « l’extrême droite et la finance extrême », c’est un non choix pour beaucoup d’entre nous; nous sommes obligés de revenir sur le vote utile comme en 2002, mais utile à quoi quand on voit ce que Chirac a fait de ses 82 %, on peut craindre le pire avec Macron. Il aura du mal à trouver une majorité à l’assemblée par contre au niveau de l’opposition il va être servi.

 

La transparence reste opaque !

Lundi 17 avril 2017

 

 

Récemment le journal libération a proposé 6 mesures aux candidats à la présidentielle à appliquer afin de moraliser la fonction d’élu de la République. Les 6 propositions sont les suivantes :

-    interdiction de toucher une rémunération en dehors de son indemnité parlementaire.

-    Interdire les emplois familiaux d’attachés parlementaires.

-    Créer un statut pour le métier d’attaché parlementaire.

-    Nommer un déontologue pouvant enquêter et contrôler au niveau de chaque chambre et rendant des comptes en fin de chaque année.

-    Supprimer l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) et la remplacer par un remboursement des frais sur présentation de justificatifs.

-    Supprimer la réserve parlementaire.

Surprise ou c’était prévisible tous les candidats à la présidentielle se sont engagés sur ces propositions, sauf un, vous l’avez deviné, il reste droit (ou plutôt maladroit) dans ses bottes, c’est le châtelain sarthois François Fillon.

 

 Et pourtant il y a du pain sur la planche lorsque l’on sait que 21 % des députés emploient des membres de leur famille, avec 62 qui emploient leurs femmes et 50 leurs enfants. D’un autre côté 12 % reconnaissent avoir en plus de leur indemnité des revenus venant du privé avec des champions : Coppé (314 000 € en 2012), Lefebvre (207 000 € en 2013), Lellouche (293 000 € en 2014); j’en passe et des meilleurs avec des activités d’avocat ou de conseil susceptible de générer des conflits d’intérêts comme l’un d’entre eux qui est devenu une référence dans cette spécialité, Francois Fillon (entre 200 000 et 300 000 € les bonnes années) avec ses activités de conseil et un super champion Olivier Dassault (3 millions d’euros de dividendes sans compter plusieurs centaines de milliers d’euros de revenus annuels).

Les membres des hémicycles ne sont pas très favorables au changement (on s’en serait douté), ils auraient préféré  que l’on se fie plutôt à leur bonne foi plutôt que de mettre en place des contrôles sur leur façon d’utiliser de l’argent public. Mais quand on voit où mène la bonne foi de celui qui se présentait comme le plus vertueux et le plus intransigeant d’entre eux, on peut difficilement leur faire confiance.

 Si les députés n’ont plus le droit de faire construire leur villa, pardon leur permanence, avec leur IRFM, il n’en reste pas moins qu’ils n’ont toujours pas de comptes à rendre sur son utilisation. Si depuis la loi sur la transparence la déclaration des biens à la haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) est obligatoire, et des cadeaux supérieurs a 150 € doivent être déclarés au déontologue  de l’assemblée; il y en a (des maladroits sûrement) qui oublient et je ne vise personne !

C’est l’affaire Cahuzac qui a déclenché le vote d’une nouvelle loi sur la transparence avec l’obligation pour chaque parlementaire d’inscrire sur sa déclaration d’intérêt le nom de ses collaborateurs. Comme par hasard en novembre 2013, date de mise en application de la loi, Pénélope Fillon arrête ses activités d’assistante parlementaire, elle doit avoir un bon conseiller ou alors être bien informée. Elle n’apparaîtra donc pas sur la liste (publiée sur le net) des collaborateurs de l’assemblée nationale, ni sa rémunération, quelle discrétion ! C’est pousser au maximum la fictivité de son emploi !

Pour finir on comprend que Fillon s’accroche à sa candidature de président (comme une bernique à son rocher) lorsque l’on sait qu’il risque 10 ans de prison et 1 million d’euros d’amende pour ses malversations, une immunité serait la bienvenue !

Pour finir un dicton local d’actualité mais pas politiquement correct :  » Si tu as besoin d’argent, sarthois dans la caisse sinon tu l’auras dans le Fillon « .

 

PS – Surprise, récemment, le Ministre de l’Intérieur à du démissionner, fustigeant pourtant avec vigueur le comportement de Fillon, il avait oublié ses propres turpitudes en ayant employé ses propres filles encore adolescentes comme assistantes parlementaires. A qui le tour ?

Glyphosate, l’interdiction, une urgence !

Lundi 10 avril 2017

Vous avez certainement appris que le glyphosate, composé actif du désherbant commercialisé sous le nom de « Roundup » dans la mesure où il fait disparaitre toutes les plantes lorsqu’il est pulvérisé sur un sol (on aurait du l’appeler Attila !) vient de voir son autorisation de commercialisation prolongée jusqu’en 2018. Pourtant c’est un produit à la fois néfaste pour l’environnement (dégradation de la biodiversité) mais aussi menaçant pour la santé animale et humaine.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l’OMS, classe le glyphosate parmi les cancérogènes probables pour l’homme. Un avis qui a réveillé les autorités sanitaires. Cet avis tiens aussi compte du fait que la plupart des OGM qui ont été développés l’ont été pour tolérer le glyphosate, ce qui signifie que ces OGM n’ont été développés que pour augmenter les ventes de glyphosate et non pas au bénéfice de l’agriculture et des agriculteurs comme on voudrait nous le faire croire, mais des multinationales comme Monsanto qui en a écoulé 825 000 tonnes en 2014.

Quelques mois plus tard, l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments (Aesa) remet en cause l’évaluation du CIRC, arguant que « les éléments disponibles ne permettent pas sa classification comme cancérogène probable » pourtant ce produit est soupçonné d’être l’un des facteurs responsables de l’augmentation des cas de cancer du sein et de la prostate !

Aussi il est urgent et possible de réagir au niveau de l’Europe grâce à l’initiative citoyenne européenne (ICE); c’est une procédure instituée par le traité de Lisbonne (2009) dont le principe est le suivant : si en l’espace d’un an une ICE recueille au moins un million de soutiens de citoyens au sein d’au moins sept États membres différents, la Commission Européenne est obligée de réagir dans les trois mois. La pétition, « Ban glyphosate », lancée en février, atteint actuellement 600 000 signataires; il faut encore faire un effort pour éviter que notre descendance soit contaminée. Pour nous, c’est trop tard car on trouve du glyphosate dans l’urine de 50 % des européens et dans celle des 50 parlementaires européens qui ont accepté de faire le test !

Pétition à cette adresse : https://actions.sumofus.org/a/stopglyphosate/?akid=29156.8902477.WeyAH_&rd=1&source=fwd&t=2

Pour signer cette pétition internationale il faut être citoyen de l’UE (ressortissant d’un État membre de l’UE) et être assez âgé pour voter aux élections du Parlement Européen donc avoir plus de 18 ans.

Plutôt que de dire comme nos ministres, c’est la faute de l’Europe et de s’en laver les mains, je vous propose d’y participer.

 

Remarque :

La composition du CIRC se base sur l’excellence des scientifiques (j’allais dire des clowns, mais ce n’est pas respectueux) qui en sont membres avec comme critère utilisé le fameux facteur h (ou h-index), ma bête noire, basé sur une analyse bibliométrique des travaux des chercheurs. Cet indice prend en compte leur productivité scientifique et  la reconnaissance de leurs travaux évaluées par la fréquence de leurs citations dans la littérature scientifique. Ainsi, en calculant la moyenne des h-index affectés aux 17 membres du CIRC on obtient un h-index moyen de 30,5[1]. C’est précis, mais pour moi et beaucoup d’autres, c’est loin d’être suffisant comme critère pour évaluer la recherche.

 

 


[1] Selon les critères de Jorge Hirsch, le créateur de l’indice, un scientifique ayant un h-index de 20 peut estimer sa carrière « couronnée de succès » après 20 ans d’activité. Avec un h-index de 40, il entre dans la catégorie des «chercheurs exceptionnels».

 

Poisson d’avril, dommage !

Lundi 3 avril 2017

 

Sur les réseaux sociaux est apparu ce samedi une information, le désistement de Benoît Hamon au profit de Jean Luc  Mélenchon et du coup dans un faux sondage, la progression des intentions de vote le plaçant juste à un point derrière Marine Le Pen et largement devant l’homme qui marche avec tout le monde et le châtelain de Sablé sur Sarthe. Malheureusement, c’était un poisson d’avril.

 

Récemment, Hamon a Fortement décroché dans les sondages aussi un désistement pour éviter une humiliation et permettre à la « gauche » de revenir dans le peloton de tête et de lui donner une chance de gagner, ce pourrait être une solution. Mais c’est impossible pour des raisons à la fois politiques et financières. Ainsi pour les 2 millions d’électeurs socialistes qui ont voté à la primaire ce serait une trahison. Pour le PS, ce serait une n-ième trahison après celle de Valls et des autres, et l’avenir du PS, s’il en a encore un, serait plus que compromis. Mais la principale raison rendant le désistement impossible est financière, s’il y a retrait il n’y a plus de remboursement des frais de campagne par l’état ce qui ruinerait définitivement le parti socialiste.

 

De plus si les programmes des deux candidats présentent de nombreux points de similitudes comme l’avènement d’une 6éme république, la reconnaissance et la prise en compte du vote blanc, l’abrogation de la loi travail, la légalisation du cannabis, etc.,  ils restent néanmoins très éloignés sur l’Europe. L’un, Mélenchon, ne veux plus de l’Europe actuelle se méfiant des allemands, il veut sortir des traités européens. Il est contre « l’Europe de la guerre », mais pour « l’Europe de la paix », prêt à renégocier certaines frontières avec Poutine et par ailleurs, il n’accepte pas la règle des 3 % de déficit à ne pas dépasser.

 

A l’inverse, Hamon s’engage à respecter la règle des 3 %, et il veut mettre en place une véritable stratégie de coopération européenne dans le domaine de la défense. Ils sont quand même tous les deux pour une suspension provisoire du CETA et contre le TAFTA; mais alors que l’un veut tout casser, l’autre propose une négociation progressive des traités, avec un plus pour Hamon qui propose la mise en place d’un salaire minimum européen qui règlerait le problème des travailleurs détachés.

En bref ils ne sont pas d’accord et malgré les efforts de Benoît Hamon, ils sont donc loin de se réconcilier. Advienne que pourra !