• Accueil
  • > Archives pour novembre 2016

Archive pour novembre 2016

Fillon, Candidat malheur

Dimanche 27 novembre 2016

Ex premier ministre d’un pays en faillite (c’est lui qui le disait) Fillon veut maintenant être président d’un pays désendetté. Mais qui va rembourser ?

L’argument, il ne faut pas laisser cette dette à nos enfants ne tient plus car pour qu’ils la remboursent cette dette, nos enfants, faudrait-il encore qu’il aient de l’argent donc un travail et ce n’est pas en supprimant 500 000 fonctionnaires que l’on va réduire le chômage. De même en augmentant le temps de travail dans les entreprises, je ne suis pas sûr que cette mesure sera créatrice d’emploi !
Par contre, pour l’avenir de nos enfants, en prolongeant de 20 ans l’exploitation des centrales nucléaires et en annulant la fermeture de Fessenheim, en relançant les recherches sur les OGM en direction du monde agricole et les prospections en vue d’exploiter les gaz de schiste, en proposant de supprimer le principe de précaution de la constitution et j’en passe; quel monde va-t- il laisser à ses enfants, ses petits enfants et surtout aux nôtres ?
En proposant de privatiser la sécurité sociale que toutes les nations nous envie, de supprimer l’ISF, on sent bien quelle catégorie de citoyens il veut privilégier !
En imposant toutes ces mesures par ordonnance en se passant des députés, quid de la démocratie, nous allons vers une monarchie sera-t-elle encore républicaine ? On peut s’en inquiéter.
Pour le révérend père Fillon « le bonheur n’est pas de ce monde » mais l’est il dans l’autre ? On ne le sait pas et on est nombreux à en douter !
Y aura-t-il un candidat « bonheur » lors des prochaines élections présidentielles, pas sûr !!!

L’université absente des débats

Jeudi 24 novembre 2016

Au cours des débats de la primaire de la droite et du centre, l’enseignement supérieur n’a jamais été évoqué et pourtant il y a des projets à droite. Le principal est l’amplification de l’autonomie des établissements. La première donnée c’est la sélection en laissant aux Universités (autonomie oblige) le libre choix concernant, dans le cursus étudiant, l’année où aura lieu cette sélection et son mode de fonctionnement. La tendance est quand même de laisser la licence en accès libre mais avec orientation contraignante pour Juppé voire une petite augmentation progressive des droits pour Fillon; mais par contre de placer cette sélection à l’entrée du Master qui se ferait non seulement sur un critère d’excellence mais aussi financier en augmentant à ce niveau les droits d’inscriptions de façon conséquente comme cela se fait déjà dans certains établissement dérogatoires

Par ailleurs, les deux candidats proposent de confier la propriété de leur patrimoine aux établissements, pour une gestion immobilière plus efficace ! Comme cela leur entretien ne sera plus à la charge de l’état … Mais qui paiera et avec quel argent, le privé bien sûr mais avec quelles contraintes.  Peut-être de la pub pour Coca-Cola ou MacDonald dans les amphis, voire pendant les cours …

Enfin avec l’abbé Fillon, finit les carrières tuyau de poêle, dont j’ai comme beaucoup profité : « un maître de conférences ne pourrait pas être promu immédiatement professeur dans son université d’exercice. » Une période de purgatoire (c’est normal chez un catholique pratiquant !) donc dans un autre établissement, procédure qui a déjà existé. Je passe sur les autres mesures, tout cela est navrant, bientôt je ne vais plus reconnaître l’Université à laquelle j’ai consacré une grande part de mon existence, heureusement je suis à la retraite ! 

Maison de retraite

Mercredi 16 novembre 2016

Une place dans une maison de retraite municipale coûte en province en moyenne 1900 euros en 2016 au résident, mais cela peut être plus cher, de 25 %, dans la région parisienne et beaucoup plus dans le privé.

 

Sachant que la pension de retraite moyenne est de l’ordre de 1200 € pour les femmes et de 1600 € pour les hommes impossible de financer de telles dépenses à moins d’avoir de grosses économies ou plein de bijoux. C’est un vrai problème de société et notre actuel président s’en était inquiété, promettant (une promesse de plus) de présenter dans la deuxième moitié du quinquennat un projet de loi « visant à rendre les maisons de retraite plus accessible à tous les français et en particulier aux classes moyennes ».

En 2015 une loi, dite loi Hamon, a bien été promulguée mais elle se limitait à mettre fin à un abus scandaleux qui consistait pour ces établissements à facturer un mois entamé lorsque le résident les quittait de son plein grès ou involontairement en décédant. Petite arnaque sachant que dans la plupart des cas la chambre était relouée aussitôt compte tenu des importantes listes d’attente.

 

Il y a bien une loi récente englobant l’ensemble des problèmes posés par le vieillissement de la population et intitulée :  » loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement » dont les moyens  financiers affectés sont conséquents d’après notre gouvernement, favorisant surtout le maintien à domicile (ce qui est bien sûr une démarche positive) avec une revalorisation de l’APA, l’amélioration des conditions de travail des aides à domicile, etc.

 

Mais la question de fond n’est pas posée : est-ce que ce sont les EHPAD qui sont trop chères, où les retraites qui sont trop faibles ? En ce qui concerne ces établissements le gouvernement souhaite une plus grande transparence et une meilleure information des usagers ! Est-ce suffisant,

J’en doute.

 

La proximité des débats préélectoraux devrait être l’occasion d’aborder ces sujets, mais j’ai bien peur que ce genre de question dérangeante ne soit pas posée par les journalistes aux candidats à la présidence !

Mesdames, c’est raté !

Mercredi 9 novembre 2016

Elle avait raison Hillary, il y a un plafond de verre (cette notion est utilisée pour souligner la difficulté d’accès des femmes aux postes supérieurs). Elle n’a pas réussi à le briser et ne sera pas la première femme Présidente des Etats Unis, c’est navrant. Son concurrent du sexe opposé qui a été élu à la surprise générale ou du moins celle des instituts de sondage ne semble pas très féministe bien qu’il semble aimer beaucoup les femmes. Ce nouveau président est très extrémiste, cela ne présage rien de bon pour ces dernières (avec une punition pour celles qui auront recours à l’IVG), ni pour l’environnement (avec la réouverture des mines de charbon), ni pour la justice sociale (en réduisant les impôts et la dépense publique en direction de l’éducation et de l’assurance maladie pour tous), ni pour le monde en renforçant le protectionniste (en taxant fortement les produits importés de Chine et très certainement d’ailleurs).

Bien que la femme soit l’avenir de l’homme, comme le relevait Jean Ferrat dans une de ses chansons, cela ne s’est pas vérifié cette nuit. A l’inverse, du coté français l’élection d’une femme présidente compte tenu du programme de la candidate actuelle serait mal venue. S’il semble que ce soit les classes populaires qui ont fait élire Donald, pas le Mac, le Trump espérons que chez nous il n’en sera pas de même…

rs

Elles sont victimes d’une discrimination

Mercredi 9 novembre 2016

Pour protester contre les inégalités de salaire entre les hommes et les femmes, certaines d’entres elles se sont arrêtées de travailler  lundi dernier à 16 h 34 pile poil, surprise car à partir de ce jour et de cette heure, et par rapport aux hommes elles vont travailler bénévolement jusqu’à l’an prochain. Avec un salaire moyen inférieur de 19 % à celui des hommes, les jours ouvrés à venir ne leur seront pas rémunérés. Cet arrêt de travail est bien sûr purement symbolique afin de marquer les esprits et de susciter une prise de conscience chez ceux qui sont, depuis l’origine des temps, les maîtres du monde de fait de leur sexe.

 

Je pensais innocemment que cela ne concernait que les emplois dans le privé, car on m’avait expliqué que dans les règles de la fonction publique les emplois indifféremment occupés  par une femme ou par un homme sont également rémunérés en fonction d’une grille indiciaire commune. Le statut des fonctionnaires garantit l’égalité des traitements à toutes les étapes de leur carrière sans discrimination sexuelle.

 

Malheureusement tout cela est théorique. Des études récentes ont montré que la différence de revenus homme/femme était sensiblement identiques à celle du privé mais pour d’autres raisons. C’est surtout le recours fréquent au temps partiels qui expliquent ces différences, mais aussi par la ségrégation Professionnelle qu’elle soit horizontale ou verticale (le fameux plafond de verre cher à Hillary Clinton), les femmes occupant des positions professionnelles moins avantageuses que les hommes; l’accès à la catégorie A est inégale et  c’est la cause principale des inégalités de salaire homme/femme dans la fonction publique qu’elle soit d’état ou hospitalière.

 

Encore une fois le fameux concept : « faites ce que je dis ne faites pas ce que je fais » s’applique bien ici aux différents gouvernements qui prônent depuis longtemps l’égalité des salaires homme/femme pour le privé et qui sont incapables de l’appliquer dans la fonction publique qu’ils gèrent. Avec les projets des candidats de droite de réduire drastiquement le nombre de fonctionnaires, cela ne devrait pas s’arranger. Aux USA si cette nuit Hillary arrive à briser  ce plafond de verre en étant la nouvelle présidente  souhaitons que ce sera une ouverture pour toutes ses consœurs.

 

 

En catimini !

Jeudi 3 novembre 2016

Notre gouvernement, en plein pont de la Toussaint, a pondu discrètement un décret créant un fichier des pièces d’identité de 60 millions de Français qui n’avaient rien demandé. Cela s’appelle : « Titres électroniques sécurisés » (TES) ou traitement automatisé de données à caractère personnel (photo d’identité, empreinte digitale, couleur des yeux, etc.) relatif aux passeports et aux cartes nationales d’identité. C’est soi-disant pour simplifier et accélérer l’obtention ou le renouvellement.

La CNIL a émis des réserves sur ce projet mais elles n’ont pas été suivies. Le garde fous c’est que le traitement TES ne comportera pas de dispositif de recherche permettant l’identification à partir de l’image numérisée du visage ou des empreintes digitales. Les données biométriques ne seront accessibles qu’à partir des données d’identité, ce qui permettra de vérifier l’identité avancée par le demandeur, mais non de rechercher l’identité d’une personne à partir de ses empreintes ou de sa photographie de ces pièces.

On est rassuré ! Sauf que ce décret crée un fichier énorme et offre à un futur gouvernement qui ne respecterait pas ces engagements, la possibilité technique d’en modifier l’usage et de donner ainsi des pouvoirs énormes à la police. Quid de la démocratie !  La droite lorsqu’elle était aux affaires avait bien tenté de faire quelque chose de similaire en proposant un projet de loi qui après débat parlementaire avait été bâché par le conseil constitutionnel.

Cette fois sous la gauche, ou du moins sur ce qu’il en reste, pas de débat parlementaire prévu. Quid de la démocratie! Ont ils été élus pour cela et va-t-on les réélire ? C’est une question qui va se poser prochainement….