• Accueil
  • > Archives pour septembre 2016

Archive pour septembre 2016

Nos ancêtres les gaulois …

Dimanche 25 septembre 2016

Moi qui suis normand (d’origine contrôlée comme le camembert) mes ancêtres ne sont pas des gaulois, n’en déplaise à Nicolas Sarkozy, mais ce sont des vikings venant de Scandinavie. Les normands, littéralement « les hommes du Nord » désignaient à l’origine une population scandinave qui débarqua un jour sur les côtes de la Manche. Suis-je un descendant direct de ces envahisseurs ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non !

C’est une question existentielle, d’ailleurs une étude scientifique est en cours « vikings DNA project », collaboration entre une équipe de recherche de l’université de Caen (où j’ai fait mes études) et une équipe anglaise, faisant appel à la génétique en recherchant une signature « ADN vikings » dans la population normande. Malheureusement mon nom de famille n’ayant pas de consonance scandinave, je n’ai pas été retenu dans le panel.

Moins d’une centaine d’habitants de la Normandie mais pas de normandes ont été sélectionnés , n’y voyez pas une quelconque misogynie, cela s’explique par le fait que l’ on recherche cette signature ADN sur le chromosome Y transmis de père en fils et que les femmes ne possèdent pas. Pour faire les mêmes recherches sur la gent féminine il aurait fallu rechercher dans le génome des mitochondries transmis par la mère à ses enfants, mais plus difficile à décrypter. Quoiqu’il en soit, ces travaux n’ont pas donné de résultats très probants.

Je ne saurais donc jamais si je suis un normand de souche, dommage cela m’aurait protégé de l’exil en Bretagne (dans le village d’Astérix) avant que le ciel nous tombe sur la tête lorsque les hordes Sarkomarines auront pris le pouvoir en Gaule, pardon en France !

Classement de Shangai

Jeudi 1 septembre 2016

Encore une fois ce classement met en évidence la supériorité des universités anglo-saxones au détriment de celles des pays dont la langue anglaise n’est pas dominante. La France, avec 3 universités dans le top 100 au lieu de 4 l’an dernier, reste à la traîne même si elle maintient son nombre d’établissements classés.

Sachant que le but premier de ce classement était, du moins au départ, pour les étudiants chinois voulant faire leurs études à l’étranger d’orienter leur choix, un autre classement plus judicieux serait celui du rapport qualité/prix. Ce type de classement renseignerait beaucoup plus nos amis chinois et surtout leurs parents sur la sauce à laquelle ils vont être mangés. Dans ce type d’évaluation beaucoup plus pragmatique,  les  universités européennes et en particuliers les universités publiques françaises, avec leur tarifs de scolarité (quelques centaines d’euros) défiant toutes concurrences, sortiraient certainement en bonne place dans ce classement même en conservant tous les autres critères du classement de Shanghai.

Actuellement, les étudiants et les étudiantes chinois ne s’y sont pas trompés et sont de plus en plus nombreux à s’inscrire dans des universités comme la mienne où on leur fournit un accueil chaleureux avec une formation en français langue étrangère conséquente (malheureusement payante car non financée par le ministère) mais ensuite une intégration sans problème dans les différentes filières dans les quelles ils réussissent souvent mieux que nos étudiants nationaux et ceci pour un rapport qualité/prix exceptionnel.

Qu’on se le dise !