Nouvelle cacophonie gouvernementale la vaccination des enseignants !

19 avril 2021

 

La plupart des pays de l’OCDE  (19 dont l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne,  du Portugal  voire la Russie) ont décidé de vacciner leurs enseignants. Pendant ce temps là, la France tâtonne ! Alors que Blanquer, le ministre de l’éducation nationale avait prévu de vacciner l’ensemble du corps enseignant en mars, il a été retoqué  par le ministre de la santé Olivier Varan en déclarant que seuls les soignants et les pompiers étaient prioritaires. Mais les deux ministres se sont ensuite mis d’accord pour que cette vaccination ait lieu en avril.

Jupiter a toujours raison !

Ils avaient oublié Jupiter qui magnanimement a décidé que les enseignants ne seront prioritaires que lorsque la vaccination sera ouverte au moins de 50 ans soit avec les retards probables vers la fin juin quand les élèves seront partis ! Encore une décision absurde de notre président, c’est sa spécialité, mais il a sûrement finement analysé la situation : un vaccin plus l’absence des enfants, c’est une double sécurité pour les profs qui n’en demandaient pas tant ! La décision d’anticiper la vaccination ce week-end a été enfin prise pour les enseignants de plus de 55 ans, les autres devront attendre ou se débrouiller pour trouver un rendez-vous. Ce n’est pas brillant pour ce gouvernement ! Malheureusement les centres de vaccination sont restés vides les enseignants ayant compris que l’on voulait leur refiler l’AstraZeneka dont il faut bien utiliser les doses déjà reçues. Castex à déclaré qu’il n’allait plus en commander, quel sens politique !

Des maires ont réagis !

Certains maires qui ont la gestion des écoles maternelles et primaires ont pris la décision de faire vacciner tous le personnel en contact avec les enfants palliant ainsi à l’incapacité des instances supérieures. Il est pourtant évident que dans les classes  maternelles où les enfants ne portent pas de masques les risques de contamination sont élevés chiffrés à 4 000 par jour pour ensemble de l’´éducation nationale mais du fait de l’importance de son ministère il se cache derrière  les statistiques pour négliger ces données et poursuivre la politique des classes ouvertes à tout prix et du quoi qu’il en coûte de son mentor, j’ai failli écrire de son menteur !

Des exceptions  !

Quelques exceptions sont envisagées pour les enseignants en contact avec des enfants handicapés mais les chiffres du ministère sont  très sous estimés car il ne prennent en compte que  les enfants  présents dans les établissements spécialisés. Face à l’abandon des personnels par leur employeur, les syndicats protestent et  sont  exaspérés, mais aussi un peu déstabilisés, ne sachant qu’elle action mener.

Vaccin AstraZaneka un gros cafouillage !

12 avril 2021

Dans les vaccinodromes des Haut de France, si l’on a épuisé rapidement les doses de Pfizer les doses d’AstraZeneca restent sur les bras des personnels chargé de la vaccination et les centres ont dû fermer plus tôt que prévu du fait d’un nombre abondants de désistements. L’image que renvoie l’utilisation de ce vaccin est trouble. 

Thromboses !

 En dehors des thromboses dont certaines mortelles qu’il semble avoir provoqué, sa prescription en fonction de la classe d’âge est cafouilleuse. En France à 58 ans il est possible de se faire vacciner avec l’AstraZaneka, mais ni en Allemagne ni aux Pays-Bas. Pour se faire vacciner avec le même vaccin il faudra au moins quatre ans de plus en Suède et en Norvège, alors qu’en Espagne il faut être considéré comme un travailleur essentiel pour être vacciné après 65 ans et en Italie à plus de 80 ans ce vaccin n’est pas recommandé. 

Inversion politique !  

En France il y a eu une inversion de la politique alors qu’il était réservé au moins de 50 ans d’après l’épidémiologiste Emmanuel Macron lors d’un discours, puis après quelques jours de suspension à cause de cas de thrombose suite à l’injection, il est maintenant réservé au plus de 55 ans. Plus kafkaïen les moins de 50 ans qui ont reçu une première dose de ce vaccin auront des difficultés à obtenir une deuxième dose et le ministre leur propose une deuxième dose de vaccin à ARNm.

Désinformation ! 

 Dans ces conditions de désinformation, on comprend que nos concitoyens soient réticents à  recevoir ce vaccin à  l’ancienne qui contient un vecteur viral qui engendre une réponse immunitaire rapide et plus marquée que les nouveaux vaccins à ARN messager, mais avec des effets secondaires plus marqués. Le nom de ce vaccin a été changé en Vaxsevria par le producteur suedo-britannique mais le produit reste le même et ne suffira sûrement pas à faire disparaître les doutes sur son innocuité. Le changement d’emballage sera-t-il suffisant pour redonner confiance aux patients, j’en doute ! Pourtant dés aujourd’hui les plus de 55 ans vont pouvoir se faire vacciner avec de l’AstraZeneka, bon courage !

Les anglais n’ont pas tout bon !

Le premier ministre anglais  qui se vante d’avoir vaccinés la moitié de ses concitoyens est maintenant coincé car ne disposant pas de quoi leur fournir de deuxième dose. Seulement un peu plus de 5% ont vraiment reçu leur deuxième dose ce qui réduit l’avantage des anglais par rapport à la vaccination en France.

 

Pari perdu

5 avril 2021

Refusant le reconfinement en janvier dernier au moment de l’arrivée du variant anglais du covid beaucoup plus contagieux que son prédécesseur, il a engendré indirectement 25 000 décès  sur les deux mois. Pas de quoi être fier !

Liberté 

Il essaie de nous convaincre qu’il avait raison de refuser le confinement en déclarant que grâce à lui nous avons gagné des jours précieux de liberté.  Il faudrait demander à ceux qui n’ont pas survécu si ses mesures de freinage dont il est si fier ont été efficaces.

Reconfiné

Ce reconfinement qu’il vient d’annoncer pour 4 semaines et qui ne dit pas son nom ((mesures de freinage comme ils disent) ressemble beaucoup à celui de 2020, mais avec un peu plus de souplesse au niveau des sorties, 10 fois plus de km et attestation non obligatoire

Fermeture  des  écoles 

Profitant des vacances de Pâques, il se résout enfin mais bien trop tardivement à fermer, une ou deux semaines jouxtant les vacances et en supprimant les zones inutiles avec le confinement, les écoles, lycées et collèges haut lieu de la contamination ; il maintient toutefois l’enseignement à distance. Bon courage aux enseignants !

La carotte

Il nous tend une carotte :  la promesse de la  sortie de crise avec le retour à une vie normale (entre guillemets) avec café et restaurants ouverts comme les cinémas et les théâtres pour la mi-mai. D’âpre notre devin voire divin président, en mai «on fera ce qu’il nous plaira » selon le vieil adage à moins que ce soit un poisson d’avril ou une promesse de futur candidat à la présidentielle ! Par rapport aux pays voisins il a parié sur une gestion originale de la crise sanitaire se présentant comme le meilleur épidémiologiste d’Europe. Pari perdu, plutôt que vivre avec le virus sa démarche a abouti au contraire. Des plaintes ont été déposées, il devra rendre des comptes .

Attention les réformes très négatives de Macron ressortent du placard !

29 mars 2021

 

Cela commence par la réforme du chômage afin de le rendre plus égalitaire. Mauvais argument pour cacher la sordide réalité :  réduire les coûts au détriment des chômeurs.  Ce gouvernement issu de LREM  à  une propension  à taper sur les plus démunis et protéger les plus riches, c’est dans son ADN de parti libéral.

Mesures controversées ! 

Sur ce cas précis, les nouvelles mesures très controversées consistent à durcir l’obtention du droit au chômage qui passe de 4 à 6 mois de travail pour en bénéficier, mettre en place un nouveau calcul de l’allocation chômage qui va baisser de 20 % pour un tiers des travailleurs, instituer une dégressivité de l’allocation chômage pour les gros revenus et enfin instaurer un bonus/malus pour les entreprises faisant trop appel aux emplois précaires.

Du moins plus longtemps ! 

Par exemple concrètement l’allocation chômage d’un smicard devrait passer de 985 € par mois sur 8 mois à 674 € sur 14 mois, une politique du moins perçu mais du plus longtemps ! C’est pitoyable, tout cela pour faire plaisir à l’Europe. Elisabeth Borne, la ministre du travail prépare un décret pour replâtrer sa loi sur la réforme de l’assurance chômage pourtant rejetée par le conseil d’état.

Insécurité !

En réformant cette loi en pleine pandémie elle ajoute de l’insécurité à l’angoisse des travailleurs  précaires déjà  gravement touchés par la crise sanitaire. En s’acharnant sur les indemnités des chômeurs qui survivent avec les contrats courts que leur octroie le patronat dès cette année alors que les sanctions pour les employeurs n’apparaîtront qu’en 2022. Encore une mesure antisociale injuste mais ce gouvernement en est coutumier !

Économies sur le dos des chômeurs !4

Cette réforme qui sera mise en place au moins partiellement en juillet prochain permettra d’économiser plus d’un milliard d’euros en année pleine. Chercher en pleine pandémie à faire des  économies sur le dos des chômeurs est dénoncé par les syndicats et unanimement contestée. Sa mise en application était prévue au premier avril, quel humour, un poisson dur à avaler pour les travailleurs, mais heureusement cette réforme devrait être retardée.

Quel cafouillage !

22 mars 2021

Après un an de mesures controversées dont la dernière est le retrait du vaccin AstraZeneca qui était vanté sans danger la veille par le premier ministre et interdit le lendemain par le président en personne, Encore des technocrates du gouvernement qui cafouillent en mettant en ligne une attestation de sortie pour les habitants des zones confinées. Cette attestation pleine d’astérisques étais tellement difficile à remplir avec ses nombreuses options pour des irréductibles gaulois qu’elle a été retirée et remplacée par des formulaires théoriquement plus simples.

 Confinement light !

Toutefois on peut s’étonner de ces nouvelles mesures de confinement où tout le monde peut sortir toute la journée à condition de ne pas s’éloigner de plus de 10  km de  son domicile, où les enfants vont à l’école et s’y contaminent ramenant les virus à la maison, cela change des bonnes notes ! On verra à l’usage  son efficacité, mais j’ai quelques doutes ; dans l’attente du prochain cafouillage qui ne devrait pas tarder avec ces jeunes technocrates inexpérimentés recrutés par Macron au début de son quinquennat en virant les anciens pourtant très compétents.

 Un gros menteur !

Pour prendre un autre exemple Blanquer s’était engagé à mettre en place 500 000 tests salivaires de détection du virus dans les établissements scolaires à la rentrée des vacances de février, mais nous arrivons à la  fin mars et il y en a moins de  80 000  qui ont été réalisés,  quel bluffeur il devrait jouer au poker menteur !

Vaccination insuffisante !

La campagne de vaccination  qui avait été annoncée en décembre n’a démarré que difficilement  en  janvier et se poursuit  avec difficultés  par manque crucial de doses de vaccins et  les promesses d’Olivier Véran avec 20 millions de vaccinés fin avril (on en est loin), et la totalité des français fin août une nouvelle  fois ne seront pas tenues  ! Mais l’excuse est déjà trouvée, la non livraison des doses de vaccin soit disant commandées !

Le gouvernement se vote un satisfécit !

15 mars 2021

La république en marche et le gouvernement qui en est issu ne cesse de se donner à la télé des satisfécits face à cette pandémie considérant qu’il font ce qu’ils peuvent en laissant mourir 300 personnes dans les hôpitaux toutes les semaines. Ce n’est pas acceptable.

Mauvaise stratégie !

Incapables de prendre les bonnes décisions  en maintenant à tout prix une stratégie de non confinement alors que les pays voisins mènent une politique plus efficace en imposant un confinement drastique et en prônant une vaccination intensive ; qui a raison ? Sur ce dernier point notre gouvernement est loin d’être au top en diffusant non stop à la télévision une campagne afin de pousser les français à aller se faire vacciner, faisant semblant d’ignorer qu’il ne dispose pas des doses nécessaires du moins pour le moment !

 Coup de pub !

Coup de pub raté car cette semaine, après un week-end de vaccinations intensives chiffrée à plus de 200 000 personnes vaccinées du moins ayant reçu la première dose, on se retrouve le lundi face une pénurie drastique de vaccin. Les médecins engagés depuis quelques semaines en offrant la possibilité de vaccination à leurs patients les plus à risque qui avaient planifiés en plus de leurs consultations habituelles des rendez-vous sur la semaine, ne recevant pas de doses se voient obligés de tout annuler. Ils sont pas content !

 Priorité aux pharmaciens !

L’argument de la priorité aux pharmaciens ne tient pas dans la mesure où ils ne disposent pas eux non plus des doses nécessaires pour satisfaire une importante demande. Dans ces conditions catastrophiques le gouvernement ne va plus pouvoir se voter de satisfecit à moins d’être de très mauvaise fois ! Mais allez savoir

Avec Macron on va dans le mur !

8 mars 2021

 

Un sondage récent sur l’avis des français face à l’épidémie donne les résultats suivants, aux questions posées : le gouvernement sait-il où il va ?, est-il clair, rassure-t-il, dit-il la vérité, prend-il les bonnes décisions, entre 70 et 80 % des sondés répondent non à toutes ces questions, ce qui était prévisible mais pas rassurant pour Macron.

Quitte ou double !

Sa politique actuelle du quitte ou double est inquiétante, après avoir mis en place un conseil scientifique à titre consultatif, il semble ne plus tenir compte de ses avis en privilégiant l’économie par rapport à la santé, remettant les scientifiques à leur place en reprenant la main. Il devait en avoir marre de les voir tous les soirs à la télé ! A la place il nous colle Castex tous les jeudi soirs lors d’une fausse conférence de presse qui nous délivre des infos que l’on connait déjà car diffusées dans la journée  par BFM, la chaine en continu inféodée au pouvoir. C’est donc sans intérêt !

Épidémie sous contrôle ? 

Il a choisi une politique de contrôle de l’épidémie plutôt que des mesures coercitives d’éradication en mettant en place un confinement total qui aurait cassé la dynamique épidémique. Si cela ne marche pas, on risque de lui reprocher d’avoir aggravé la situation en rejetant le confinement  drastique proposé par le monde médical et d’avoir ainsi mis en danger la vie de ses concitoyens.  

Risque politique ! 

Par rapport à la prochaine élection présidentielle, le risque politique est important, par contre en  privilégiant l’économie il contente  une partie de ses électeurs potentiels que sont les commerçants, les artisans, les petits patrons et une grande partie du Medef. Cela veut-il dire qu’il  faut se résigner à l’idée que la contamination qui s’est stabilisée à un niveau élevé  est acceptable même si elle engendre  plus de 300 décès par jour ? Difficile à croire !

Non fermeture des écoles ! 

Avec sa  position intransigeante Macron veut reprendre la main argumentant sur la non fermeture des écoles afin de ne pas sacrifier la scolarité des élèves qui cache la vrai raison, de permettre aux parents de se rendre à leur travail ! A la fin de tout cela il y aura un gagnant et un perdant, quel sera-t-il, j’ai ma petite idée ? Dans son coin le virus lui est sur de gagner, sauf si la vaccination s’étend pour le moment il rigole et s’éclate ! Dans sa dernière conférence de presse le premier ministre se félicite des 3 millions de français qui seront vaccinés fin février pourtant dans un pays de plus de 60 millions d’habitants ce n’est pas glorieux !)

Rattrapage !

Depuis face à la mauvaise impression laissée dans la population, il essaie de rattraper le coup faisant des annonces multiples sur la couverture vaccinale avec des données de vaccinations faramineuses toutes les semaines voire tous les jours, en masquant le vrai problème l’absence de doses, de matériel et de centre de vaccination. On se moque de nous, pour les médecins l’ensemble de la population ne sera pas vaccinée avant 2023 ! On est pas sorti de l’auberge !

Sanofi Aussi

1 mars 2021

 

Le groupe à l’origine français qui poursuit ses activités de recherche sur un vaccin AntiCovid sans succès a annoncé qu’il allait produire en France le vaccin américain Johnson & Johnson. Cet échec à produire un vaccin efficace pour une société qui est l’une des leaders mondiaux des vaccins est consécutif à la faiblesse de la recherche pharmaceutique française. D’une façon plus générale il correspond à un abandon par le gouvernement de tout l’appareil de recherche universitaire français, alors que les avancées actuelles dans la mise au point de vaccin dans les pays anglo-saxons sont directement liées à des relations étroites entre les entreprises et les laboratoires universitaires.

Engagement européen !

Le gouvernement français n’a pas respecté les engagements européens de consacrer 3% de son PIB à la recherche et à son développement, il stagne actuellement à 2,2% alors que des pays voisins comme l’Allemagne le respecte. Ainsi ce dernier pays consacre deux fois plus de moyens que le nôtre à la santé et le salaire moyen d’un chercheur débutant est dans notre pays inférieur de 60% à la moyenne européenne, un gouffre.

 Fuite des cerveaux !

On comprend que ces activités attirent de moins en moins les jeunes diplômés qui préfèrent s’expatrier dans les pays voisins ; ces derniers les accueillent dans un premier temps dans le cadre d’un post-doctorat et ils sont tentés de rester ensuite compte tenu des moyens qui leurs sont offerts aussi bien en salaire qu’en conditions de travail. Le plus bel exemple est celui de la française, Emmanuelle Charpentier, ayant obtenu le prix Nobel cet année dont s’est gaussée la ministre alors qu’elle et son ministère n’y sont vraiment pour rien, hormis de lui avoir permis de faire des études supérieures, car ensuite elle a fait et fait encore toutes sa carrière à l’étranger !

Licenciement !

Pendant ce temps, le groupe Sanofi, perfusé en continu par des fonds publiques (120 à 150 millions de crédits impots/recherche par an), licencie sans complexe ses salariés (400) dans sa branche recherche et développement en pleine pandémie. C’est choquant d’autant plus qu’il continue à verser de gros dividendes à ses actionnaires. Il serait temps qu’un contrôle soit mis en place par le gouvernement sur l’utilisation de l’argent public par les entreprises

Pourquoi le prix de l’électricité augmente ?

22 février 2021

 

On nous avait raconté que l’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence allait faire notre bonheur en abaissant la facture. Surprise, le prix de l’électricité en France, même si elle reste moins chère que chez nos voisins, a augmenté de 50 % en 10 ans et ce mois ci les tarifs réglementés vont encore augmenter de 1,6 %, soit depuis 2019 de plus de 11 % avec 4 hausses consécutives. Comment expliquer cela ?

CRE

Ce tarif on le doit à la commission de régulation de l’énergie ou CRE, dans le langage administratif, cette commission a tout pouvoir et fixe le prix régulé de l’électricité à partir de plusieurs critères pas tous très transparents. Elle justifie ces augmentations récurrentes pour plusieurs raisons. La première qui correspond à environ le tiers de votre facture correspond au prix de l’électricité et à l’entretien très onéreux des centrales nucléaires vieillissantes. Le reste correspond au coût du réseau et aux taxes qui augmente sans cesse. Exemple elles étaient de 25 % en 2010 et atteignent 37% aujourd’hui.

EDF coupé en deux !

En catimini les décideurs ont prévu de faire disparaître sous la pression de l’Europe ce fleuron industriel qu’est l’EDF en le scindant en deux, d’un côté le nucléaire et de l’autre la distribution d’électricité. Ce projet dénommé Hercule, nom bien choisi, va correspondre à un travail supplémentaire pour ce géant de la mythologie, il avait déjà pour mission de nettoyer les écuries d’Augias ; cette fois il va faire disparaître l’EDF,  conquête sociale datant de 1946, fleuron industriel détenu à plus de 80% par l’état en nous dépossédons de notre bien commun l’électricité et en ouvrant discrètement la porte au privé, ce que souhaitait vivement la commission européenne depuis des années.

Pas très tres écologique ! 

En pleine crise écologique il est aberrant de privatiser une entreprise en la coupant en deux, d’un côté la production d’énergie qui fonctionne à  perte mais reste dans le giron de l’état, de l’autre la partie commerciale très rentable qui sera proposée au privé. Encore plus catastrophique sous la pression de la commission  européenne il est envisagé  de privatiser les barrages hydroélectriques, le gouvernement  nous refait le coup des autoroutes, on va payer deux fois !

Les infirmières et les aides-soignants

15 février 2021

Hôpital ou clinique !

 

Quand on a des problèmes de santé, comme moi actuellement, on a plus ou moins le choix entre le service publique ou le privé, dans le premier cas on est plutôt un patient et dans l’autre plutôt un client, mais dans les deux cas il faut beaucoup attendre. Un autre point commun entre ces deux établissements c’est la nourriture insipide merci la Sodexo. Un autre point plus positif c’est le dévouement du personnel soignant essayant de rendre mon séjour agréable et riant même à mes blagues, ce qui n’était pas gagné !

 

Je préfère les Cliniques

 

Il n’en reste pas moins que je préfère les cliniques aux hôpitaux et j’en ai honte car ancien fonctionnaire, je devrais défendre au maximum le service publique. En fait j’ai un très mauvais souvenir d’une longue hospitalisation alors que j’avais 23 ans sur la base d’un mauvais diagnostique par le médecin de l’université au niveau pulmonaire et j’en suis ressorti totalement épuisé. Après un passage en réanimation alors que j’étais rentré en pleine forme.

 

Mauvaise politique de la santé

 

 

Quoiqu’il en soit les hôpitaux manquent de moyens et de personnels du fait d’une mauvaise politique que Macron poursuit cherchant à optimiser la rentabilité au détriment des patients et du personnel soignant.  De mon lit, observant l’énorme quantité de travail des infirmières et des aides soignantes, et témoin de leur compétence, il est scandaleux qu’elles soient si mal rémunérées. Suite au plan Ségur elles ont été augmentées 200 € par mois plus rapidement que prévu, petit effort de ce gouvernement mais leur salaire reste toujours très inférieur à ceux versés dans autres  pays européens !

 

Stress en live

 

J’ai donc vécu « en live «  le stress  des infirmières surtout lorsque des collègues sont absentes et malgré la pression qu’elles subissent de la part de leur hiérarchie, elles maintiennent des relations chaleureuses avec leurs patients et restent très disponibles résolvant avec efficacité les nombreux problèmes que leurs posent les malades

12345...29