Ce n’est pas fini !

14 janvier 2019

Et ce n’est pas fini : les gilets jaunes continuent, les stylos rouges démarrent, les blouses blanches ne devraient pas tarder à de manifester puis les combinaisons vertes et bleues des éboueurs et des mécaniciens, les casques rouges des pompiers, toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ciel vont y passer. Il ne sera pas facile pour le gouvernement de se sortir de ce capharnaüm et ce ne sont pas les discours sur la réduction des dépenses de l’état ou la remarque désobligeante du président sur le manque de sens de l’effort des français qui vont régler les problèmes, bien au contraire.

Pour ce qui est des stylos rouges leur principale revendication, plutôt que les propositions de Blanquer sur la réforme du baccalauréat ou sur la procédure sélective d’accès à l’université, leurs revendications vont concerner leurs rémunérations qui sont depuis très longtemps insuffisantes si on les compare à celles des autres pays européens.  En particulier en ce qui concerne les professeurs des écoles, le salaire moyen est de 17 % inférieur à celui des autres pays de l’OCDE. Il faut en effet avoir la vocation car à même niveau de diplôme le salaire des professeurs des écoles n’est que de 72% de ce qu’ils auraient obtenu s’ils travaillaient ailleurs qu’à l’éducation nationale. Si la différence est moindre au niveau des profs de collège et de lycée, il n’en reste pas moins que ce dernier a une rémunération de 54 % inférieure à son collègue allemand. La proposition du ministre d’augmenter les heures supplémentaires annualisées est loin d’être la solution à ce problème. La cour des comptes a calculé que par rapport à un certifié le coût en équivalent annuelle d’un prof en heures supplémentaires est deux fois moindre, c’est tentant ! On se retrouve à nouveau dans une logique budgétaire caractéristique de ce gouvernement d’agents comptables !

Les blouses blanches se sont déjà manifestées l’an dernier, leurs revendications sont quelques peu différentes des gilets jaunes et des stylos rouges. C’est le plan santé présenté par notre président qui a été le déclencheur car, comme d’habitude, il fait la part belle aux premiers de classe, les médecins, et oublie complètement les autres personnels de santé les infirmières et infirmiers qui sont pourtant les plus nombreux ! La proposition de créer 4 000 emplois d’assistants médicaux, sorte de sous infirmières à la fois secrétaires et aides-soignantes au service des médecins et aux frais de la sécu n’a pas fait un succès ! Elles se sentent comme beaucoup de travailleurs dans notre pays, méprisées par ce gouvernement qui ne semble pas vraiment se rendre compte de leurs problèmes et de l’énorme malaise qui gangrène notre société. Face à ces situations individuelles ce n’est pas la rémunération excessive de Chantal Jouanneau qui va convaincre les citoyens les plus démunis qu’une justice sociale existe dans notre pays. Le grand débat qui sent l’enfumage et qui complète celui bien réel subit par les manifestants les samedis après-midi ne suffira pas à arrêter la crise.

Meilleurs voeux

7 janvier 2019

J’ai bêtement voulu regarder les vœux de nouvel an du président, malheureusement cette empilement de soi-disant mesures à base de langue de bois, accumulation de lieux commun ne m’a pas convaincu et n’a pas retenu suffisamment mon attention, aussi je me suis endormi dans mon fauteuil. Je me suis dit, j’ai dû rater le meilleur, mais non il n’y en avait pas, tout était du même tonneau, imbuvable;  ce qui contredit l’adage populaire : « qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse » !  Pourtant je pense qu’il soûle beaucoup de monde !

Trois mots clefs dans ses vœux : vérité, peu crédible quand on voit les approximations voire les mensonges dans le précédent discours; dignité a revoir quand on s’adresse à ses concitoyens de façon incorrecte et dédaigneuse; espoir,  au moins pour les gilets jaunes qu’il s’en aille !

Cette fois il innove quand on était petit traditionnellement on écrivait une lettre au Père Noël; cette fois c’est le Père Noël qui va nous écrire, on est pressé de la lire; on espère de belles choses, mais si ce sont de nouvelles promesses il peut se les garder. Qui va payer les timbres qui viennent judicieusement d’augmenter ? Justement pour éviter les frais nous venons d’apprendre que sa lettre à tous les français sera diffusée sur les réseaux sociaux et dans les journaux. En plus sa lettre il va devoir l’écrire lui-même car sa plume le quitte pour raisons personnelles. Mais encore une fois c’est raté, les français qui ne sont rien, les plus démunis ceux qui n’ont pas d’accès à internet et qui n’ont pas les moyens d’acheter le journal n’auront pas accès à sa prose ! Mais je ne pense pas qu’ils vont le regretter car sa prose est loin de celle de Victor Hugo ou de Château Brillant.

Discours très intello, loin des préoccupations des gilets jaunes qu’il ne cite même pas directement, mais traite de « foule haineuse ». Enfermé dans son palais présidentiel, entouré d’escadron de gendarmes mobiles, il n’a peut être rien vu sauf s’il a regardé BFM TV, la chaîne de télé à sa botte.

Une possible explication à l’origine de cette situation : des gamins, quarantenaires sur diplômés, sont arrivés au pouvoir en même temps qu’Emmanuel Macron en éliminant d’un seul coup les soixantenaires en poste depuis de nombreuses d’années, roublards mais expérimentés et qui pensaient être inamovibles. Le choc a été brutal pour Sarkozy, Fillon, Valls, Juppé, Montebourg, pour ceux qui voulaient rester et pour ceux qui ont préféré abandonner dés les primaires comme Hollande ou Ségolène; ces derniers remuent encore un peu en écrivant leurs mémoires ! Maintenant en place, cette nouvelle génération de politiciens à la petite semaine prend sa revanche faisant preuve au minimum de leur inexpérience de la vie politique et pour certains de leur incompétence. On est mal barré !

Macron prophète !

31 décembre 2018

En novembre 2016,  dans un passage de son ouvrage préélectoral : « la révolution «, Emmanuel Macron avait déjà prévu ce qui allait lui arriver si l’on regarde ce passage : « Ce qui alimente la colère ou le rejet de nos concitoyens, c’est que le pouvoir est aux mains de dirigeants qui ne leur ressemble plus, ne les comprennent plus, ne s’occupent plus d’eux. Tout notre malheur vient de là ».

c’était prémonitoire il avait tout prévu, mais il a complètement zappé cette fine analyse, sinon il ne se serait certainement pas fourré dans un tel guêpier plein de gilets jaunes, quasiment plus personne ne l’aime et ce n’est pas parce qu’il a annulé ses sports d’hiver à la Mongie dans les Pyrénées afin d’éviter de choquer les gilets jaunes qu’il va remonter dans les sondages; d’autant plus qu’il n’y avait pas de neige ! Au dernières nouvelles, il séjournerais à Saint-Tropez avec Brigitte.

L’année 2019 qui arrive à grands pas va être difficile pour notre président. Elle va démarrer par le prélèvement des impôts à la source, sa mise en œuvre risque d’avoir un effet au moins psychologique pour les salariés imposables qui vont ressentir cela comme un nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat même si elle est fictive puisqu’il faut bien payer ses impôts à un moment ou à un autre.

Son impopularité récente, mais tenace va rendre difficile la mise en place des réformes prévues pour 2019 comme celle des retraites ou celle de l’assurance chômage sans parler du nouveau mode de calcul des APL. La réforme de la constitution sera risquée face à la demande prioritaire pour les gilets jaunes du référendum d’initiative citoyenne. Ayant déjà cédé à la rue, chaque mesure impopulaire risque de se traduire par des actions citoyennes qu’il aura du mal à gérer à moins de continuer à envoyer en masse des CRS et des gendarmes comme il l’a fait avec les gilets jaunes mais cela va nous coûter cher en primes ! Comme le dit Luc Ferry on a mis un gamin À l’Élysée qui ne comprend rien à ce qui se passe en France et on va le payer très cher.

Sur un autre plan, pas de chance, Benalla revient en devançant de quelques jours la visite de Macron au Tchad, on peut s’étonner de sa présence; l’Élysée dément tout rôle de cet ex employé comme émissaire de la république pourtant il voyage avec un passeport diplomatique qu’il a oublié de rendre … c’est un garçon distrait ! Son déplacement en jet privé a du lui coûter un bras. Il aurait payé avec sa carte bleue, ce doit au moins être une Gold sinon une platinium ! Il serait venu avec une délégation d’hommes d’affaires afin d’investir au Tchad, sans plus de précision, bien que ne représentant que lui même il aurait été reçu pendant plus de 2 h par le président tchadien. Il a encore des relations ! Il avait pourtant été licencié après l’affaire Benalla 1, va-t-on vivre une deuxième affaire Benalla pour les étrennes de Macron ?

Macron, notre bon papa Noël !

24 décembre 2018

Cacophonies mardi dernier. Annulation puis rétablissement dans la journée des mesures d’accompagnement en faveur de la transition écologique et des ménages annoncées par le premier ministre au début du mouvement des gilets jaunes en novembre dernier. Comme l’extension du chèque énergie à 2 millions de nouveaux bénéficiaires, le doublement de la prime de conversion pour ceux qui doivent se déplacer de façon importante afin de financer l’achat un nouveau véhicule moins polluant, le relèvement du barème kilométrique, etc. Tout cela a réveillé et enclenché un début de fronde chez les députés de la majorité qui ont enfin protesté sortant de la cuisse de leur Jupiter !

  La plupart des mesures proposées par Emmanuel Macron pour janvier vont être très difficiles à mettre en place et à tenir dans les délais. On se demande s’il y en a qui réfléchissent dans ce gouvernement de branquignoles ? Pourtant ils sont entourés de technocrates grassement rémunérés dont le rôle est pourtant de penser et de prévoir. Si l’on regarde les propositions, d’abord les 100 € pour tous les smicards qui ne vont rien coûter au patronat par contre beaucoup au budget de l’état donc aux contribuables. Le choix de les ajouter au niveau de la prime d’activité normalement versées tous les 5 du mois par la CAF qui reconnaît que c’est matériellement impossible avant 6 mois ne semble pas très judicieux. De plus 5 millions de smicards en seront exclus car les revenus du couple dépasseront le plafond fixé. Du coup le gouvernement a élargi le champ des bénéficiaires y ajoutant même des fonctionnaires (400 000) comme si l’état avait l’habitude de mal payer son personnel ! Astucieux ces 100€ sans charges et non imposable, versés en dehors du SMIC ne compteront pas pour la retraite. Dernière minute le financement de la prime d’activité voté par les députés est nettement insuffisant et tout compte fait ne permettrait que de verser un peu plus de 40€ à chaque bénéficiaire. Un gouvernement de comptables qui ne sont pas bons en calcul, c’est inquiétant ou bien c’est une nouvelle entourloupe ?

 On nous informe que la suppression de l’augmentation de la CSG pour les retraités dont la pension est inférieure à 2 000 € ne pourra être appliquée que dans 6 mois avec remboursement du trop prélevé et avec l’effet de seuil beaucoup de retraités en couple ne seront pas concernés. Dans tous les cas, avec la désindexation des retraites, il y aura une perte de pouvoir d’achat pour tous les retraités dès cette année et dans les années à venir si ce gouvernement ne change pas de politique. Et en plus les 10 milliards que vont coûter ces mesures sociales seront prélevés sur les classes moyennes et les retraités, Macron continuant de protéger ses amis les nantis.

 Dernières minutes, augmentation de salaire dès janvier prochain des policiers après une rapide négociations avec le ministère de l’intérieur. On attend la suite, Macron distribue des étrennes, le personnel hospitalier, les fonctionnaires, les pompiers, les enseignants, à qui le tour ? Un emprunt de 200 milliards est programmé en 2019, 5 milliards de plus que la prévision budgétaire mais il faut financer les mesures sociales récentes. Pour un président dont l’engagement était de réduire les dépenses, le déficit publique risque de repasser au dessus des 3%;il risque de nous faire une dépression.

Il nous a compris!

16 décembre 2018

« Je vous ai compris » comme De Gaulle le 4 juin 1958 à Alger devant des milliers de pied noirs massés devant le balcon du gouvernement général, Macron devant des gilets jaunes, donc pas de la même couleur mais le procédé est similaire, pas sur un balcon mais à la télé devant une fenêtre, fait le même discours : il se prépare à entuber tout le monde comme l’avait fait en son temps le général avec les algérois. Pour de Gaulle  on connaît la suite, l’auto-détermination et les accords d’Evian1.

Pour Macron la suite reste à découvrir et je pense que l’on ne va pas être déçu ! Les gilets jaunes ne sont pas des moutons de Panurge, bien au contraire, Macron va avoir du mal à les entraîner derrière ses misérables propositions. Les gilets jaunes réclament un référendum d’initiatives citoyennes, malheureusement ce n’est pas prévu dans la constitution et seul le président peut en proposer un, et dans sa situation, vu sa cote de popularité, ce ne serait pas une très bonne idée; il risquerait de faire un bide, un non à un référendum, il y a un Président que cela a poussé à la démission. Mais en démissionnant notre président répondrait enfin à un slogan des gilets jaunes : « Macron démission » !

Alors que Macron propose une fausse augmentation du SMIC, en fait un coup de pouce à la prime d’activité sans cotisations sociales, au frais des contribuables moyens sans demander de contribution aux français les plus riches qui restent ses protégés et conservent les avantages fiscaux consentis en début de mandat. Son collègue espagnol lui augmente vraiment le salaire minimum de 22 %, un exemple à suivre ! Macron fait semblant de ne pas comprendre que c’est son modèle de société libérale et mondialiste qui est contesté.

C’est le bouquet, pendant que Macron présentait ses propositions, reconnues comme insuffisantes, aux gilets jaunes, le Sénat votait l’allègement de l’Exit Tax. Cette taxe devait être supprimée, mais face à la polémique, le gouvernement était revenu partiellement en arrière en proposant seulement un allègement. Cette mesure permettra aux plus fortunés de s’exiler fiscalement sans payer trop d’amendes, on est content pour eux !

Par contre, pas de retour sur l’indexation des retraites, ni sur l’ISF, ni sur le CICE, ni sur le reste, Macron ne lache rien et maintien son cap ultra-libéral, jusqu’à quand ?

Dernier scoop Macron annonce que les salaires de ses ministres ne seront pas augmentés en 2019, ni le sien quelle grande âme ! Par contre mauvaise nouvelles plus de la moitié des smicards ne toucheront pas les 100 € car n’étant pas bénéficiaires de la prime d’activité.

1) grâce aux accords d’Evian j’ai évité le chômage, car dans ces accords il y avait un alinéa dans lequel la France s’engageait à fournir des techniciens et des enseignants à ce jeune pays en voie de développement et j’en ai fait partie, comme beaucoup d’autres coopérants, pendant une dizaine d’années au début de ma carrière.

La marque jaune, une nouvelle aventure d’Emmanuel et d’Edouard

10 décembre 2018

 

Ce n’est pas une nouvelle aventure imaginée et dessinée par E.P. Jacobs mais une aventure bien réelle, mise en scène par Macron et Philippe, déjà bien lancée, la difficulté ça va être d’en écrire la fin.

C’était mal engagé : Proposer un moratoire sur les taxes, c’était reculer pour mieux taxer ce qui n’a pas convaincu les  gilets jaunes. Problème de vocabulaire, reporter les taxes au lieu de les annuler le premier ministre n’a pas utilisé le bon verbe. Macron reprend la main et corrige son premier ministre en déclarant : » Ni suspendue, ni différée, la hausse des taxes est bel et bien annulée ». Il envoie son ministre de l’environnement confirmer ses dires à la télé qui déclare que ces taxes sur les carburants sont supprimées pour 2019, mais en 2020 que se passera-t-il, si l’on est encore en macronie ?

Dans un premier temps il va devoir répondre à la proposition des gilets jaunes : « Macron démission «, pas facile ! Mais avant il va devoir désamorcer la crise afin d’éviter que le dernier samedi avant Noël ne soit une catastrophe commerciale sur les Champs Elysée ? Ce qui obligerait ses amis les riches à faire leurs course de Noël sur Amazon afin de ne pas sortir de leurs quartiers résidentiels. Pourtant c’est mal barré car sa ministre du travail qu’il a envoyé au charbon hier soir à confirmé qu’il n’était pas question de donner un coup de pouce au SMIC, ce qui aurait pourtant satisfait un grand nombre de gilets jaunes  alors que même le MEDEF était prêt sous certaines conditions à l’accepter. Si Macron veut convaincre les gilets jaunes dont les revendications sont très disparates voir parfois contradictoires, il va devoir annoncer des mesures concrètes, pas facile; des primes pour les salaires les plus bas et son projet de 3 mois de consultations du peuple vont être insuffisants. Par contre le président reste ferme, refusant le retour de l’ISF car sa suppression, dès le début de son mandat, était la récompense pour les plus riches de nos concitoyens, ceux qui l’ont soutenu, financé et élu. Les ministres qui ont souhaité un débat sur ce sujet ont sévèrement été rabroué par le président. S’il veut garder son cap, sa marche de manœuvre va être très étroite. Attendons le discours de Jupiter en espérant qu’il ne va pas tomber de Charybde en Scylla !

 Épilogue

Dans les propositions contenues dans son discours. Il a épargné les riches en ne revenant pas sur     La suppression de l’ISF. Par contre astucieusement, plutôt que d’augmenter le SMIC qui aurait été à la charge des entreprises, il augmente la prime d’activité des travailleurs pauvres qui est à la charge de l’état. La difficulté va être de trouver l’argent tout en maintenant les 3% de déficit. Mais dans tous les cas de figure ce sont les contribuables de la classe moyenne qui vont payer. Un petit geste pour les petits retraités en leur supprimant la CSG alors qu’il aurait pu en plus au la réduire pour les retraités moyens. Il ne fait pas bon d’être un citoyen moyen en macronie ! Enfin personne ne saute, du moins pour le moment, Édouard Philippe poursuit sa mission puisque c’est lui qui devra mettre en place ces nouvelles mesures et en particulier organiser les grandes rencontres avec le peuple des gilets jaunes. Ses ministres, qui ne sont pourtant pas tous très brillants, devraient poursuivre leur activité ou plutôt pour certains leur inactivité. Sortie de crise ou entourloupe, la suite le dira !

 

 

Discours de Macron, il nous enfume !

3 décembre 2018

Il gouverne avec le cul entre deux chaises, comme on dit vulgairement, mais ses fesses reposent de plus en plus sur la chaise de droite.  il reprend à son compte une expression à la mode soi-disant concerné à la fois, par la fin du monde (transition écolo-énergétique) et par la fin du mois (résoudre la crise sociale). Dans son discours récent, sur la fin du mois, rien, nada, wallou, même pas un petit coup de pouce au SMIC en janvier hormis la revalorisation automatique pour compenser l’inflation; pour la fin du monde, tout un fatras de mesures sur la transition énergétique pour réduire les rejets de CO2 mais pas toutes rassurantes comme la prolongation des vieux réacteurs nucléaires, jusqu’en 2035 qui devraient déjà pour certains être arrêtés depuis longtemps. Après lui le déluge ou plutôt l’accident nucléaire !

« Je n’ai pas été élu sur l’arrêt du nucléaire mais seulement sur l’engagement de le réduire à 50 % » déclare-t-il. Mieux ou pire que cela, il confirme que le nucléaire participe de la transition énergétique. La direction de l’EDF est rassurée et satisfaite avec un, voire plusieurs,  EPR à venir; pourtant celui de Flamanville, qui ne fonctionne toujours pas, n’est déjà pas un succès avec un énorme dépassement budgétaire. Il repousse donc de dix ans le démantèlement des réacteurs nucléaires et aucun réacteur ne sera arrêté au cours de son quinquennat hormis celui de Fessenheim.

Tout le monde (les gilets jaunes, certains députés de la majorité, les présidents de région sauf Xavier Bertrand, bizarre !) souhaite un moratoire sur la hausse des taxes, mais est-ce que cela sera suffisant pour régler les problèmes de fin de mois des gilets jaunes ? On en doute !

Le président a décidé de changer de méthode mais, droit dans ses Berlutis, pas de changement de cap. Il prévoit une sorte de retour à la taxe flottante sur les carburants, mais dans les 3 mois avec l’espoir que le cour du baril de pétrole diminuera suffisamment pour entraîner une baisse du prix des carburants à la pompe tout en maintenant les taxes actuelles. D’ailleurs celles prévues au 1er janvier ne sont pas supprimées, ce qui ne va pas calmer le jeu et maintenir la mobilisation des gilets jaunes

Il faudrait que ce président reconnaisse la souffrance et la détresse de ses compatriotes qui portent des gilets jaunes mais ce n’est pas son truc. Dans son palais, sous les dorures de la république que l’on voit trop souvent à la télé, il est bien trop loin de la réalité. Lorsqu’il parle de ses compatriotes, hormis des premiers de cordée, il est méprisant : « les gens qui ne sont rien qui coûtent un pognon de dingues en aides sociales », il ne respecte pas son peuple de gaulois réfractaires au changements. Du coup 84% des français soutiennent les gilets jaunes ou au minimum comprennent ce mouvement. L’avenir politique de notre président risque d’être compromis s’il ne cède rien aux gilets jaunes et ne sort pas de cette crise de société qui semble très profonde. Après une nouvelle journée d’émeutes sur Paris, il va devoir trouver un fusible sinon c’est lui qui risque de sauter et nous sommes  nombreux à l’espérer.

Macron démission !

26 novembre 2018

C’est le slogan qui partout en France a été le plus crié au cours des manifestations des gilets jaunes. C’est une bonne idée, même si elle ne suffira pas à régler les problèmes. Les revendications des gilets jaunes dépassent largement les taxes sur les carburants, se généralisant  sous forme d’une protestation contre la baisse de pouvoir d’achat induite par toute une série de mesures négatives de ce gouvernement en direction des populations les plus fragiles financièrement.

Mouvement autogestionnaire

Ce mouvement qui s’est auto organisé en dehors des partis politiques et des syndicats va-t-il pouvoir se prolonger jusqu’à la prise en compte de ses revendications par le gouvernement. La principale revendication, titre de cette chronique et souhait de beaucoup d’entre nous, serait l’aboutissement de ce mouvement populaire (mais faut pas rêver).  Elle contenterait beaucoup de monde en effet dans les derniers sondages il n’y a plus que 26 % de français satisfaits de sa politique, son score est plus bas que celui de Hollande à la même période tandis que son premier ministre perd lui aussi 7 points d’un coup.

Qui sont les gilets jaunes ?

Il est difficile de définir les personnes qui se cachent sous ces gilets jaunes. C’est très hétérogène, il n’y a pas de chef, ce mouvement vient de la base uni par le raz le bol fiscal avec un côté dégagisme comme le montre leur principal slogan. L’augmentation systématique des prix des produits indispensables à tous comme le carburant, le gaz ou l’électricité touche particulièrement les ménages modestes alors que cela indiffère complètement ceux qui viennent d’être dispensés de l’ISF.

Préserver les services publics

La préservation des services publics est aussi une des préoccupations et des revendications des gilets jaunes, comme refuser l’augmentation de la CSG sans compensation pour les retraités et les fonctionnaires. C’est l’ensemble de ces mesures qui sont considérées comme injuste par une grande partie de la population d’autant plus que d’après les sondages plus de 70 % des français soutiennent le mouvement des gilets jaunes.

Gilet jaune = danger

L’idée d’utiliser les gilets jaunes, obligatoires dans les véhicules et à porter en cas de danger, comme symbole de la protestation est excellente. Hormis pour les riches, la politique de Macron est un vrai danger pour nous tous ! Ce samedi sur les Champs Elysées ils se sont fait un peu avoir débordés par des provocateurs que les forces de l’ordre ont laissé agir laissant se développer une guérilla urbaine devant les caméras des chaînes de télévision afin de discréditer le mouvement. La méthode n’est pas nouvelle sous la cinquième république, va-t-elle une fois de plus fonctionner et démobiliser les acteurs de ce mouvement déstabilisant car non structuré, dangereux pour ce président bien qu’il l’ignore et le dédaigne, mais sûrement un peu moins depuis les émeutes de samedi !

On nous ment, on nous spolie !

19 novembre 2018

Les carburants ont déjà fortement augmenté au cours de la première année du gouvernement Macron ce qui mécontente fortement les français et en particulier ceux qui vivant en campagne ont besoin de se déplacer fréquemment avec leur véhicule ne serait-ce que pour aller travailler. En particulier le diesel va encore augmenter de 6,5 centimes d’euros et l’essence d’un peu moins pour le nouvel an. Merci pour ces étrennes Monsieur le Président ! Mais ce n’est pas tout, pour faire passer la pilule, le discours développé par Matignon veut nous faire croire que cela va servir à financer la transition écologique.

 Cette «fake news» ne résiste pas à l’examen des chiffres. Si une petite partie des recettes fiscales sera effectivement affectée à l’écologie, la plus grande part ira abonder le budget général de l’état ou des régions afin de compenser les cadeaux fiscaux précédemment faits au plus riches d’entre nous.

Comme toujours dans ce gouvernement libéral, on prend aux pauvres pour donner aux riches. Ce sont quand même plus de 4 milliards d’euros que va rapporter cette augmentation de la TICP (Taxe intérieure de commercialisation des produits énergétiques). Le gouvernement devra faire un effort de transparence s’il veut, en dehors de petites mesures comme l’augmentation du chèque énergie ou le doublement de la prime à la conversion, convaincre les contribuables porteur de gilets jaunes que l’effort financier qui leur est demandé ira vraiment financer des actions en faveur de la transition écologique plutôt que le fameux objectif européen imbécile des 3 % de déficit dont Macron a fait un dogme.

Pendant ce temps les états envisagent de réduire voire de supprimer les véhicules diesel car considérés comme plus polluant que les véhicules à essence; pourtant les modèles récents sont équipés de filtres qui retiennent plus de 99% des particules fines, alors que les véhicules à essence rejettent beaucoup plus de CO2. Pourtant Totale vient de réhabiliter une de ses raffineries du bordelais afin de produire du biodiésel (carburant qualifié de propre, en fait seul le biocarburant produit à partir de cultures de microalgues serait écologiquement satisfaisant). Il sera donc produit partir d’huile de palme importée, ce qui est considéré comme un désastre à la fois pour les ONG environnementales car responsable de la déforestation, mais aussi pour les producteurs de colza qui y voient une concurrence déloyale. Alors que Nicolas Hulot avait prévu de mettre fin à son importation, l’assemblée nationale a maintenu un avantage fiscal sur les biocarburants à base d’huile de palme. Face à Total, le gouvernement baisse sa culotte et va à l’encontre de ses engagements sur la fin de l’importation de produits contribuant à la déforestation. On peut se demander qui dirige la politique industrielle de notre pays : Macron ou les lobbys ?

La manifestation des gilets jaunes, même si elle est un peu poujadiste, a été un relatif succès avec un mot d’ordre clair : « Macron démission ». Ce dernier a déjà utilisé ses cartouches en envoyant son premier ministre au charbon proposant quelques mesures qui n’ont séduit personnes, mais restant droit dans ses bottes en ne revenant pas sur l’augmentation des taxes sur les carburants. Attendons de voir la suite de ce mouvement incontrôlé. Peux être va-t-on évoluer vers une crise durable et ingérable qui aboutira au slogan favori des gilets jaunes : la démission de Macron; on peut rêver, bonne chance Monsieur le Président !

Macron dans l’Est, un chemin de croix ou un jeu de massacre

12 novembre 2018

Pour le centenaire de le première guerre mondiale un hommage va être rendu le 11 novembre aux maréchaux qui ont mené l’armée française à la victoire. Le problème c’est Pétain, frappé de l’indignité nationale suite à son rôle lors de l’occupation allemande, complice de la déportation des juifs, développant après avoir pris le pouvoir une politique de collaboration très antisémite. Comme certains de ses prédécesseurs qui fleurissaient discrètement sa tombe (de Gaulle, Giscard d’estaing et Mitterrand) Macron a mis le doigt dessus lors d’une interview au cours de son « itinérance mémorielle » (élément de langage pas très heureux et ridicule, très certainement sorti des brillants cerveaux des communicants de l’Élysée).

Ce « Macron World War Tour », pour céder à la mode des anglicismes dont il est friand, est très loin des préoccupations bien plus pragmatiques de ses concitoyens dont l’inquiétude lors de leur « itinérance » journalière est surtout liée à l’augmentation du prix des carburants et en particulier du diésel, générant une fronde qui va s’exprimer dans la rue le 17 septembre. Du coup, en vue des élections européennes le rassemblement national de Marine Le Pen fait jeu égal voire dépassé  la république en marche d’Emmanuel Macron d’après les sondages. Un an après la présidentielle, ils vont se retrouver de nouveau face à face, l’extrême droite profitant des polémiques.

Pour en revenir à Pétain, c’est Macron qui a créé la polémique en évoquant parmi les maréchaux auquel la nation rendra hommage, le grand soldat Pétain ! La porte de sortie trouvée par l’Élysée suite à la gaffe de son président consiste à préciser que l’hommage sera rendu aux invalides et

 ne concernera que les maréchaux qui y sont inhumés. Pétain, enterré sur l’île d’Yeu, ne sera donc pas concerné par cet hommage. Mais avec les prises de parole ambigües de Macron, le mal est fait et la polémique ne cesse d’enfler condamnant son attitude.

 Benjamin Grivaux, le porte parole de l’Élysée, pratique le rétropédalage sur Face Book sans être très convaincant, argumentant qu’il y avait eu confusion entre le discours historique de Macron sur les 8 maréchaux de 14/18 (dont le maréchal Pétain) et les 5 maréchaux qui reposent aux invalides et qui seront honorés. Une fois de plus, nous n’avons pas compris la « pensée complexe » de notre président souvent proche de la provocation. Nous sommes vraiment nuls, rien à voir, bien sûr, avec une récupération des voix de droite !

Au cours de ce pèlerinage, véritable chemin de croix, il ne devait pas s’attendre à des réactions aussi directes et  brutales de ses administrés. Espérons qu’en se rapprochant ainsi du peuple de province, il se soit rendu compte que leur vie est beaucoup moins rose que celle du microcosme parisien qu’il fréquente habituellement.

Pour en finir avec l’organisation de ces cérémonies,  l’état major des armées et les organisateurs civils des commémorations du centenaire avaient dans un premier temps  prévu d’honorer les 8 maréchaux aux invalides (dont Pétain) en présence d’Emmanuel Macron, puis le programme a changé après arbitrage, Macron ne devant plus être présent mais représenté par son chef d’état-major particulier. Samedi donc il n’y a pas eu d’hommage à Pétain, l’affaire est close mais c’est quand même un Joli cafouillage, car cette affaire Pétain et les polémiques qui en résultent, largement reprises par les médias étrangers, va entacher la cérémonie officielle sous l’arc de triomphe en présence de plus de 70 chefs d’états ou de gouvernement étrangers. C’est navrant, espérons que le forum de la paix, prônant le multilatéralisme, qui va faire suite à ces commémorations, va être plus positif. Pendant ce temps Trump est allé visiter un cimetière américain près de Paris, rattrapage de samedi où il avait annulé une visite à un autre cimetière pour cause de mauvais temps, puis il a repris son avion pour rentrer à la maison

12345...18