Pas tous égaux devant les pompes funébres

17 septembre 2018

Dans le cadre de la loi de la moralisation de la vie publique, les députés se sont votés une exonération de la CSG sur leurs frais de mandat parlementaire, vous allez me dire ce n’est pas grand chose, 400 et quelques euros par an; mais un sou, c’est un sou, disait ma grand-mère et on ne voit pas ce qu’il y a de moral là-dedans. Mais pas de chance, ils sont rattrapés d’un autre côté par la réduction de leur indemnité pour frais d’obsèques qui pouvait atteindre quand même plus de 18 000 € au maximum et est maintenant ramenée à 2 350 € c’est plus raisonnable. On peut se demander quel est l’intérêt d’une telle prime dans la mesure où ils n’en bénéficient qu’après leur mort ou du moins leur veuve. Mais dans la mesure où ils peuvent aussi l’utiliser pour les obsèques de leur femme ou de leurs enfants à charge cela devient intéressant de leur vivant. 

En année pleine, comme en 2017, le coût pour l’état de cette allocation dépassait les 500 000 € aussi, en période de restriction budgétaire, sa réduction n’a rien de scandaleux; pourtant certains députés ne sont pas satisfaits de cette décision, prise par le bureau de l’assemblée nationale sans qu’ils en aient été informés au préalable, argumentant que si l’on supprime tous les avantages liés à leur fonction, il risque de ne plus y avoir de candidats pour faire de la politique. Pas sûr quand même, car il y a d’autres avantages au niveau de ce statut d’élus de la république, une indemnité mensuelle conséquente de l’ordre de 7 000complétée par une indemnité de représentation de presque 6 000 € et en plus un crédit de presque 10 000 € pour rémunérer ses assistants parlementaires et j’en passe. On ne va pas pleurer et beaucoup de français seraient satisfaits de ces rémunérations. De plus cette prime d’obsèques est à vie, si l’on peut dire, dans la mesure où elle est maintenue même après avoir quitté l’assemblée pour les anciens élus.

En ce qui concerne les sénateurs, une allocation dite funéraire correspond à 6 mois de rémunération est versée pouvant atteindre jusqu’à 36 000 € dont le reliquat après paiement des frais d’obsèques reste acquit à la succession ! Au décès le conjoint survivant continue à toucher 60 % de la pension et les enfants 10 %. Macron a raison, il faut réformer leur retraite. De plus la protection sociale des sénateurs est exceptionnelle, car ils bénéficient d’une caisse autonome de sécurité sociale qui assure les prestations de maladie, de maternité et de décès. Il y a même une caisse de retraite, propre au sénat et largement bénéficiaire, qui leur assure le versement de leurs pensions avec une complémentaire qui leur assure une retraite deux fois et demi plus élevée que celle des députés et s’ils ne sont pas réélus, on leur verse une aide au retour à l’emploi conséquente mais quand même dégressive pendant 3 ans. Elle est pas belle la vie … de sénateur ?

Le Véganisme : religion ou mode de vie ?

10 septembre 2018

 Issu d’une famille (trois générations de charcutier) qui a prospéré grâce à la viande de porc, il m’est difficile de comprendre le développement récent du moins en France de ce mouvement nutritionniste. Ses origines, comme beaucoup de choses pas toujours excellentes qui nous viennent de là-bas avec souvent beaucoup de retard, sont Nord américaines. En effet le véganisme est apparu à la fin de la seconde guerre mondiale aux USA sous forme d’une « Vegan society » qui en a donné une définition : « philosophie et façon de vivre qui exclut toute forme d’exploitation des animaux que ce soit pour se nourrir ou s’habiller et pour tout autres usages ». En France c’est beaucoup plus récent une « Vegan Society » n’a été créée qu’en 2010 et le terme n’est rentré au Larousse qu’en 2015. 

Ce mouvement prône l’arrêt de la consommation de viande par les humains faisant fi du fait que se nourrir de viande fait partie de l’histoire de l’homme. Ce mode de vie n’est ni écologique ni éthique comme ses adeptes ont tendance à le présenter et à le croire. En effet, les plantes comme les animaux sont des êtres vivants; si le véganne respecte la partie animale, il néglige le monde végétal et le cri de la carotte lorsqu’on la râpe (on ne sait encore que très peu de choses sur la sensibilité des plantes hormis qu’elles sont parcourues de micro courants électriques véhiculants de l’information). Si le véganisme présente quelques points communs avec les religions comme les interdits alimentaires et une tendance au prosélytisme; plus précisément le véganisme porte un mauvais coup à notre mode de vie, au monde agricole en général et en particulier à nos relations avec les animaux en essayant de nous culpabiliser.  Loin d’un comportement écologique ils sont responsables du développement d’un nouveau volet de l’industrie agroalimentaire qui leur fournit des produits sans protéines animales comme les plus récents : « les knakis végétals » qui viennent d’être mis sur le marché ou « le salmon végétal marin » fausses tranches de saumon  à base d’algues et en particulier d’une espèce : odontella aurita que j’ai utilisée comme modèle dans de nombreuses expériences (responsable mais pas coupable). 

Les Vegan si l’on y ajoute les végétariens restent peu nombreux, environ 5 % de la population française par contre ils ont une audience importante réhabilitant la notion de « bien » : eux-mêmes les mangeurs de carotte et de « mal »: les omnivores mangeurs de biftecks, morale binaire rassurante et simpliste, d’où son succès. Aussi les non végans doivent se justifier alors que ce sont les végans qui portent préjudice à notre mode de vie même si, il faut le reconnaître, notre système d’alimentation est trop centralisé avec plus de 65% d’insatisfaits; il est dans la main des industriels de l’agroalimentaire alors qu’il faudrait faire évoluer le système actuel d’agriculture productiviste qui nous fournit de la mauvaise viande et de mauvais fruits et légumes en dégradant le milieu et au détriment des petits paysans. Cela bouge mais très doucement.

Ceci étant dit, le veganisme n’est pas la solution à ces problèmes. Ils ne vont ni sauver les animaux, ni l’agriculture bien au contraire. Ils prônent la disparition de l’élevage, et de la polyculture qui y est associée, pourtant pourvoyeurs des amendements indispensables à l’entretien et à l’enrichissement des sols où poussent leurs legumes. D’un point de vue santé, l’alimentation Végane est loin d’être une panacée en-dehors des nombreuses carences qu’elle génère et en particulier la carence en vitamine B12,  les végétariens semblent avoir une espérance de vie plus longue que les omnivores, ils consomment malgré tout en plus des légumes des produits provenant de l’élevage comme le lait, les fromages et les œufs. Les végans au régime ultra-sans viande c’est moins sûr car ils doivent consommer des protéines d’origine végétale mais le plus souvent  transformées en faux produits carnés. En supprimant toute relation avec le monde animal, ils s’enferment dans les villes, se coupent du milieu naturel et se placent sous la dépendance d’une alimentation industrielle. Les militants végans se prennent pour des révolutionnaires alors que ce sont de dangereux intolérants qui menacent de nous mener à la famine en nous ramenant à l’agriculture prédatrice des temps anciens, et en reniant les avancées que sont la polyculture et l’élevage.

Pour finir, la tolérance n’est pas une vertu du véganisme ainsi les bouchers-charcutiers en viennent à demander la protection de la police face aux agressions de groupuscules végans au nti-viande et anti-élevage. Il y a encore pire que les végans, les antispecistes qui considèrent qu’il n’y a pas d’espèces supérieures aux autres. Ils ont ainsi protesté contre l’utilisation des pigeons voyageurs durant la guerre 14/18 qu’ils considèrent comme une exploitation de l’animal en taguant sur le monument au mort érigé à leur mémoire « stop spécisme ». C’est pousser un peu loin la bêtise, mais  comme disait merveilleusement Audiard dans la bouche de Lino Ventura, les cons ça ose tout…

Hulot

3 septembre 2018

Enfin il a démissionné, il va pouvoir partir en « vacances », depuis le temps qu’il avalait des couleuvres, il devait frôler l’indigestion. Mais plus intéressant, ce sont les circonstances et ses explications, il avait supporté la veille une rencontre avec le représentant du lobby des chasseurs dont Macron a besoin pour les prochaines élections, un million deux cent mille électeurs cela ne se néglige pas, aussi notre président s’est plié à leurs demandes acceptant la baisse de moitié du prix du permis international de chasse, précédemment il avait déjà relancé les chasses présidentielles de Chambord, aime-t-il vraiment la chasse ou seulement les bulletins de vote des chasseurs ?

 En démissionnant Nicolas Hulot nous met en garde sur le fait que ce sont les lobbies qui gouvernent actuellement notre pays, ce qui explique les difficultés qu’il a rencontré pour faire avancer ses dossiers. Ainsi le lobby nucléaire sur la fermeture des centrales, celui de la FNSEA et du monde agricole sur l’agriculture productiviste, celui de la chimie sur le glyphosate, celui des pétroliers en faisant la guerre au développement des énergies renouvelables, celui de la pharmacie en favorisant la consommation de médicaments inutiles et surtout celui des chasseurs, pas vraiment défenseurs de la biodiversité puisqu’il veulent maintenant pouvoir tuer des espèces jusque là protégées, qui a fait déborder le vase.

 

18-08-30-hulot-coste-macron

Mais surprise, Ségolène Royale qui semble être intéressée par le poste bien qu’elle dise le contraire, mise en hibernation car nommée ambassadrice des pôles nord et sud par Macron, se démarque en taclant Nicolas Hulot. Elle lui reproche sa démission et se déclarant être favorable aux lobbies qu’elle considère comme  légitimes car s’ils défendent les intérêts du privé, c’est nécessaire à la politique puisque cela permet de définir et de défendre, à partir de leurs propositions, l’intérêt général (comme macron sa pensée est complexe !). Quoiqu’il en soit, autour d’Emmanuel Macron les lobbies semble jouer un rôle important dans les décisions politiques ce qui pour Nicolas Hulot était insupportable et anti-démocratique.

Au niveau européen il y a un fort déséquilibre entre le privé et les intérêts publics; les nombreux lobbies ( plus de 3000) ont une influence significative dans la mesure où ils participent aux comités consultatifs de la Commission Européenne. Le nombre de lobbyistes est estimé à plus de 20 000, plus nombreux que les fonctionnaires européens et disposants de moyens financiers importants; très serviables, ils contribuent à l’élaboration des textes, rédigent des amendements, font des propositions législatives. Pour compléter le tableau, le pantouflage, qui consiste pour un ancien fonctionnaire européen de se faire embaucher dans le privé et ainsi de travailler à des activités de lobby ou de conseil pour la société qui l’emploie, est condamnable mais pourtant très répandu. Le plus flagrant et le plus scandaleux est la récupération de Barroso (ancien président et  retraité de la commission européenne) par la banque d’affaires Goldman Sachs.

Ainsi les multinationales jouent un rôle essentiel car, le plus souvent, elles sont le moteur de la construction européenne dans la mesure où ce sont elles qui créent emplois et croissance. Comme le gouvernement d’Édouard Philippe, le spectacle qu’offre les institutions européennes est celui d’une démocratie capturée par les intérêts économiques. Les intérêts publics et privés sont intimement mélangés et le contrôle citoyen est réduit au minimum. Les prochaines échéances électorales européennes vont elles changer la donne au moins au niveau français, on peut l’espérer dans la mesure où ce gouvernement est loin de faire l’unanimité avec ses mesures antisociales, et que nous sommes encore d’irréductibles gaulois comme le souligne notre bon président !

Nyssen, nouvelle affaire pour la rentrée de Macron

27 août 2018

C’est quand même pas de chance pour un jeune président propre sur lui, Emmanuel Macron, qui prônait la mise en place d’un gouvernement et d’une république irréprochable. Après Bénalla et Kohler, jamais deux sans trois comme on dit, mais dans un autre style, une nouvelle affaire concernant la Ministre de la Culture, Elisabeth Nyssen. Elle aurait fait des travaux sans autorisation, installation de mezzanines afin d’agrandir ses locaux parisiens, classés aux monuments historiques, de sa société d’édition.

macron-rentree-jm

 Cette affaire devrait cette fois se régler devant la justice dans la mesure où une plainte a été déposée par une association de défense du patrimoine et à la suite de quoi le parquet a été obligé d’ouvrir une enquête. En plus c’est une récidive, les locaux du siège de sa maison d’édition Actes Sud situés à Arles avaient déjà été agrandis de façon illégale mais cette situation avait été régularisée par son mari juste avant sa prise de fonction comme ministre. Face à cette situation la Ministre parle de négligences et que tout va être régularisé par ses avocats. Elle se défend en argumentant que l’enquête en cours ne l’a vise pas mais vise la société Actes Sud dont elle ne s’occupe plus, une façon de botter en touche !

Il n’en reste pas moins que, Ministre diplômée d’une école d’urbanisme et dont l’un des rôles est de protéger le patrimoine, c’est une mauvaise pédagogue ! Cerise sur le gâteau, elle a été récemment soupçonnée de conflit d’intérêt ainsi par décret en juillet le premier ministre lui a retiré la tutelle du Centre National du Livre et celle de la régulation économique du secteur de l’édition littéraire; puis le président lui a collé dans les pattes Stéphane Bern et son loto du patrimoine ! Alors qu’elle était tant vantée comme codirectrice d’Actes Sud, elle est très décriée comme ministre réputée pour ses ombreuses maladresses sur les dossiers qu’elle avait en charge et, du coup, les membres de son cabinet partent les uns après les autres avant le naufrage. Bien qu’elle n’envisage pas de démissionner, il est possible qu’elle soit, avec quelques autres membres du gouvernement qui n’ont pas fait leurs preuves, prochainement ex filtrée vers le Sud justement ! Enfin pour régulariser la situation elle devra s’infliger une amende à elle-même, Kafkaïen n’est-il pas !

Après Benalla, Alexis Kohler, un premier de cordée dans la tourmente ?

20 août 2018

Le Secrétaire Général de l’Élysée est la clef de voûte du macronisme. Centre névralgique du dispositif extrêmement centralisé mis en place par Emmanuel Macron, Alexis Kohler est le pivot du système, c’est le bras droit du président, il contrôle tout surtout quand celui-ci est en déplacement à l’étranger, ce qui arrive très souvent.

Pas de chance pour Emmanuel, Il est accusé de conflit d’intérêt dû à son va et vient incessant entre la fonction publique et le privé, et en intervenant sur les dossiers de la société de transport maritime MSC, fondée et dirigée par des cousins de sa mère. En août 2016 il devient même directeur financier de MSC avec l’aval de la commission de déontologie de la fonction publique. En 2014 cette commission avait pourtant déjà refusé sa demande mais en 2016, l’effet Macron alors ministre des finances est passé par là. Après 9 mois dans le privé, il rejoint Emmanuel Macron à l’Élysée non sans avoir au préalable participé à Bercy au titre de représentant de MSC à des réunions sur le rachat de STX France en faillite, cela sent très fort le conflit d’intérêts. Il faudrait interdire ce passage de la haute fonction publique au privé donc couper tout lien entre le pouvoir politique et économique, mais ce n’est pas demain la veille car la politique de macron va dans le sens contraire.

Anticor (association qui défend l’éthique en politique, lutte contre la corruption et la fraude fiscale) a donc porté plainte contre Alexis Kohler pour conflit d’intérêt puis pour prise illégale d’intérêt; il se défend en disant qu’il a toujours informé sa hiérarchie de ses liens familiaux avec MSC. L’Élysée confirme qu’il ne s’est jamais récemment trouvé en position décisionnaire lors des travaux internes où les délibérations concernant MSC. Macron même pas en colère (!) couvre son secrétaire général à 100 % suivi bien sur par Edouard Philippe, tout baigne au pays des bisounours !!! Ce gouvernement est hypocrite lorsqu’il dit vouloir moraliser la vie publique, mais on s’en doutait un peu.

18-06-05

Si l’on revient sur le CV de ce personnage (merci Médiapart) : de 2010 à 2012, Il a été sous directeur de l’APE (Agence des participations de l’état) et lors de ces fonctions, il a été amené à s’occuper de multiples dossiers dont ceux liés à MSC sans informer les autres membres des commissions de ses liens familiaux avec cette société. Il aurait même voté sur une disposition mettant en jeu de l’argent publique favorable à MSC. Alexis Kohler et, plus grave, ses soutiens élyséens auraient donc menti, quand pour le défendre ils assuraient que ce dernier se serait déporté (ne participant pas aux délibérations) sur les dossiers liés à MSC et qu’il aurait toujours informé ses collègues sur son cousinage avec cette société. Le parquet national financier a donc ouvert une enquête mais elle risque d’être très longue voire de ne pas aboutir sauf à un non lieu ce qui est classique dans ce genre d’affaires. Sinon entre l’affaire Benalla et celle de Kohler le retour de vacances de notre « bon » président risque d’être assez difficile ! Son gouvernement  va devoir inventer quelque chose pour détourner l’attention des citoyens, dommage la Coupe du Monde est passée. Avec seulement 34 % de français satisfait, Emmanuel Macron se rapproche dangereusement de la cote de popularité de François Hollande à la même époque. Toujours en marche, mais il a passé la marche arrière et risque de finir dans un mur … de mécontents !

Vacances du pouvoir

13 août 2018

Alors que François Hollande se pavane à quelques km de Brégançon, Emmanuel Macron se terre dans son fort pendant que des fans font le pied de grue tous les jours devant les grilles espérant voir leur idole. Notre couple présidentiel est installé pour deux semaines au bord de leur piscine ou plutôt de la nôtre car ce sont les contribuables qui l’ont payée. Elle va leur permettre de se baigner sans descendre à la plage, réduisant ainsi le dispositif de sécurité, (d’autant plus que Benalla n’est plus là) et évitant ainsi les paparazzi.

 

macron-et-sa-piscine-acc80-brc3a9ganccca7on

Pour autant, ainsi prisonnier du lieu, est-ce une vacance du pouvoir où le pouvoir qui est en vacances ? Pour beaucoup de français comme moi, ne plus voir sa tête de premier de la classe dans les journaux cet été cela va être reposant. Mais vacance ou non du pouvoir, qui est resté à l’Élysée pour traiter les affaires courantes ? Rien n’est prévu dans la constitution concernant les vacances des présidents. Si en cas de décès ou d’empêchement majeur, le pays est confié au président du sénat afin justement d’éviter lavacance du pouvoir, lors de leurs congés les présidents de la cinquième république s’organisent comme ils veulent quand à leur destination, de Colombey-les-Deux-Eglises pour le premier d’ente eux avec des destinations plus variées pour les suivants.

Ainsi ce sont les Pompidou qui ont transformé Brégançon en résidence de vacances pour chef d’états; Giscard en profita ensuite, s’affichant en maillot de bain sur la petite plage attenante, Mitterrand n’y dormit qu’une nuit préférant résider chez lui à Latche dans les Landes; Chirac avait une préférence pour des vacances de luxe dans les palaces de l’île Maurice en jet privé au frais du contribuable, mais après le scandale de ses trois semaines à la réunion pour 70 000 €, il s’installe les étés suivant à Brégançon où il reconnaît s’ennuyer de temps en temps. Il fait pourtant un succès en sortant souvent du fort pour rencontrer la population et en allant à la messe le dimanche, pas comme l’actuel président qui s’y barricade.

Sarkozy le blingbling défraie ensuite la chronique en passant ses premières vacances de chef d’état aux USA dans une très chic cité balnéaire avec une location hors de prix, faisant suite au séjour sur le yacht du milliardaire Vincent Bolloré, cela passe mal dans l’opinion publique. Les années suivantes après avoir marié et s’être reproduit avec Carla, il a passé ses étés dans la résidence familiale de sa riche nouvelle femme au cap Nègre.

François Hollande revient à Brégançon au début de son quinquennat avec sa compagne de l’époque aux fesses fragiles déclenchant un mini scandale en achetant des coussins hors de prix car madame trouvait les fauteuils inconfortables. Il mit ensuite le fort à disposition des visiteurs en l’ouvrant au publique et ce fut un succès.

Après des vacances à Marseille, près du peuple si l’on peut dire ! Retour à la case départ, avec Macron, Brégançon redevient résidence d’été du président après des aménagements coûteux dont la fameuse piscine. Après une période d’isolement, (il travaille au calme justifie l’Élysée dans un communiqué), Emmanuel Macron est enfin sorti de son fort (intérieur!) pour un bain de foule que ses fans attendaient depuis plusieurs jours. Comme il reste en France, il n’a pas été prévu de procédure particulière, ses ministres ayant seulement pour consigne de rester joignables, disponibles et à proximité. Pas de vacance du pouvoir donc pendant les vacances du président, on est rassuré, même si le gouvernement en profite pour faire passer quelques mesures scélérates comme l’annulation par décret de 300 millions d’euros de crédits aux collectivités locales, un petit coup de rabot comptable pour essayer d’atteindre les fameux 3% de déficit publique. On est encore loin du compte et à la rentrée, il n’y aura pas un gel mais un refroidissement des crédits alloués aux différents ministères. Bel effet de langage pour faire avaler des couleuvres aux élus alors que Macron leur avait promis qu’en 2018 il n’y aurait pas de baisse de dotation aux collectivités locales et territoriales ! Pas de chances, mais les promesses…

un peu de foot

6 août 2018

Avec plus de 20 millions de téléspectateurs devant leur poste regardant la finale de la coupe du monde proposée par TF1, l’incontournable chaîne de télé dominante et Being sport, pour ceux qui aiment cela, les diffuseurs ne vont pas malgré tout rentrer dans leur frais. On aurait pu penser le contraire, mais ils ont payés bien trop cher les droits de diffusion. Ce n’est donc pas le jack pot prévu et ils vont devoir boucher les trous estimés à 17 millions d’euros pour TF1.

A qui profite tout ce blé ? Du point de vue budget, si la Russie a crevé le plafond avec plus de 20 milliards d’euros, c’est le Qatar qui, en 2022, fera exploser le système avec une prévision de 200 milliards d’euros; c’est navrant, avec une telle somme on pourrait éradiquer la faim dans le monde pendant plus de six années, plutôt que de planter de l’herbe dans le désert pour y faire rouler des ballons sous des tentes climatisées.

coupd-du-monde-qatar-2022

Suite à la coupe du monde 2018, les équipes vont se partager 344 millions d’euros, mais le grand gagnant c’est la FIFA, comme d’habitude  au détriment du pays accueillant.

Chaque joueur français, champion du monde,  devrait toucher un peu plus de 400 000 €, mais le grand gagnant c’est Didier Deschamps avec une prime de plus de 1 million d’euros. A ce tarif, cela vaut le coup de taper dans un ballon ou de s’occuper d’une équipe ! Tout c’est pas perdu, Ils vont quand même reverser une partie de leur primes à des œuvres caritatives. Dans tous les cas par rapport à leur rémunération mensuelle, c’est peanuts !

A côté, la FIFA est théoriquement une association à but non lucratif, mais dont le siège est en Suisse, comme par hasard, qui brasse des sommes très importantes et dont la réserve financière dépasse largement le milliard d’euros. Toutefois son fonctionnement est entaché de nombreuses affaires de corruptions. Les matchs truqués, les trafics de billets, le racket, le blanchiment d’argent, tout cela a poussé les dirigeants et surtout les sponsors à demander la création d’une commission d’enquête indépendante, mais elle a été dissoute en 2017, par la FIFA elle même, pour éviter que trop de personnalités ne soient éclaboussées par les enquêtes. On est rassuré, le bizness de la coupe du monde peut continuer, et ce n’est pas avec le Qatar et son budget pharaonique que cela va s’arranger  ! « Panem et circenses », du pain et des jeux que l’on pourrait remplacer pour le foot par « de la bière et des matchs », déjà au temps des Romains, certains s’inquiétaient  de cette situation qui permettait d’endormir le peuple et d’éviter toute révolte;  21 siècles plus tard rien n’a changé, Macron en profite pour faire passer ses réformes impopulaires et comptait bien en récupérer des dividendes en terme de popularité suite à la victoire des bleus. Pas de chance un grain de sable, Benalla, s’est inséré dans cette belle mécanique politicienne mettant un doute sur le coté exemplaire que ce président voulait donner à son image publique; bien que les sondages soient souvent contradictoire, Macron et son premier ministre devront remonter la pente comme en son temps  le disait  Raffarin ! 

Macron et Benalla, un bras d’honneur à la République

30 juillet 2018

 

18-07-27-benalla

Benalla est un problème pour ce gouvernement, au fur et mesure des auditions des différents responsables à la fois par les commissions d’enquête issues du parlement et du sénat, on découvre un système machiavélique. Ils ont tous tout faux, du ministre de l’intérieur qui dit ne pas connaître ce Benalla alors que comme lui il a côtoyé Emmanuel Macron au cours de sa campagne électorale puis de sa première année de mandat. Un certain nombres d’images montrent d’ailleurs le contraire, ces deux personnages sont souvent très présent à proximité du président, on a du mal à croire qu’ils ne se connaissent pas. Gérard Collomb, vieux loup en politique a choisi d’ouvrir le parapluie en accusant le préfet de police et le directeur de cabinet de l’Élysée afin de se défausser; méthode classique en politique, inélégante et peu courageuse, mais qui a fait ses preuves par le passé. Il risque quand même d’être sacrifié sur l’autel du réalisme politique comme en son temps, Charles Hernu.

Pour les journalistes une telle affaire est un vrai bonheur dans une période où habituellement pour remplir leurs journaux ou leurs interventions télévisées, ils doivent ressortir des marronniers, cette fois, ils ont du grain à moudre.

Pendant ce temps là, Macron se moque quelque peu de nous, ainsi son aveu d’entière responsabilité dans cette affaire lors d’une réunion, soit disant réservée à son groupe parlementaire, sent la mise en scène; trop bien filmée par un champion du téléphone portable pour que ce soit de l’improvisation, dans le but évident d’une  diffusion sur le net. Après quelques bons mots désavouant les « peut-être » fausses nouvelles diffusées sur le web, il pousse la blague jusqu’à « Benalla n’est pas mon amant ! », si cela fait rire ses fans, pour nous les français moyens, pas les premiers de cordée, nous avons l’impression qu’il nous prend pour des imbéciles, comme d’habitude ! Le salaire de Benalla pas de 10 000 € démenti par Macron, mais  de 7 000 € brut correspond quand même à celui d’un professeur d’université de classe exceptionnelle après au moins de 30 ans de carrière, c’est à dire à plus de 50 ans. Pour conclure son discours Macron fait un bras d’honneur aux français, toujours avec la même arrogance : « qu’ils viennent me chercher ! »; dans la mesure où son audition est constitutionnellement impossible, il ne prend pas beaucoup de risque.

Dernière nouvelle, on vient de découvrir que ce fameux Benalla, arriviste forcené, est franc-maçon membre de la GLNF  (Grande loge nationale française)  ce qui explique ses multiples relations malgré son jeune âge, mais il a été suspendu à titre conservatoire jusqu’à la fin de l’enquête judiciaire. Cette loge a été longtemps une championne des réseaux affairistes, on comprend le choix de Benalla, de plus cette loge est peuplée de cadres supérieurs et de juristes, mais surprise pas de policiers ni de gendarmes, alors que la proportion de frères dans les forces de l’ordre a toujours été très importante, ne serait-ce que le premier d’entre eux, Gérard Collomb qui ne s’en est jamais caché, il faut le reconnaître.

Ce qui est inquiétant dans tout cela, c’est la mise en évidence du fait que notre président préfère des conseillers inexpérimentés mais de son clan comme Benalla aux serviteurs traditionnels de la république les fonctionnaires sûrement vu comme trop chers, inefficaces et appartenant à l’ancien monde. Avec une telle attitude, il risque de ne pas se faire que des amis parmi les fonctionnaires de police déjà qu’avec les autres ce n’était pas au beau fixe. Benalla diplômé en rien mais ayant accès à tout, à la botte de ce président arrogant, il doit y en avoir d’autres, l’Élysée en reconnaît une dizaine et le secrétaire général est entrain de régulariser leur situation administrative et l’on découvre qu’il n’ont remplis ni la déclaration de patrimoine, ni celle d’intérêt alors que la loi sur la transparence les y oblige ! On pourrait penser que tout cela correspond à un dis fonctionnement au niveau de l’appareil de l’état mais pas du tout, avec Macron c’est plutôt une façon de fonctionner : Benalla adoubé par le président sans respect des procédures se croit tout permis, promu lieutenant-colonel à 26 ans, gratifié d’une voiture de fonction à gyrophare, d’un appartement de fonction et d’un salaire élevé, tout cela traduit la mise en place d’un pouvoir déréglementé dont rêve Macron pour diriger notre pays. On peut le comparer à un patron autoritaire qui fait passer à marche forcée ses réformes, en négligeant à la fois les parlementaires et les syndicats, imposant au pays des transformations sociales négatives pour les français moyens mais très favorables aux plus riches. L’affaire Benalla met au grand jour toutes ces turpitudes, il faut espérer que ce gouvernement et surtout son président y laisseront des plumes.

Le retour des barbouzes

23 juillet 2018

Depuis le film culte de Michel Audiard on avait oublié les barbouzes et voilà que l’on découvre que notre jeune président, propre sur lui, en emploie pour son usage personnel. En plus, c’est un barbu, reprenant la citation de Lino Ventura, : « un barbu c’est un barbu, trois barbus ce sont les barbouzes ». Pour le moment, il nous en manque deux, mais en fouillant bien on va les trouver. Il y a en effet dans cet affaire un deuxième puis un troisième homme portant non pas une barbe mais un bonne; cette fois ce sont de vrais policiers chargé accompagner Benalla dans ses œuvres ! Déjà que trois policiers hauts gradés ont été suspendus et que le principal intéressé est mis en examen et en cours de licenciement, il y a des têtes qui vont tomber n’est ce pas Collomb. L’idéal serait celle du principal responsable, ou au moins de son gouvernement mais la Motion de censure proposée par la gauche, unie sur ce coup là, a peu de chance d’aboutir même si l’ex FN est prêt à la voter.

Cette affaire est un désastre pour ce gouvernement et son président qui pour le moment fait le dos rond en évitant de répondre aux questions. Seule déclaration à un journaliste qui lui demandait si la république n’était pas entachée par cette affaire  : « La république est inaltérable », bien sûr mais son président l’est-il ? Pas sûr, car cette affaire va laisser des traces, tollé politique à droite comme à gauche; en fait Emmanuel Macron a tout fait pour dissimuler les exaction de son copain garde du corps,pour s’en sortir il va devoir mettre del’eau dansson vin surtout qu’il avoue en consommer midi et soir.

ob_abdc37_macron-et-alexandre-benalla-21-juilletComment expliquer les nombreux avantages (appartement quai Branly fournit par l’Élysée, voiture de fonction suréquipée, salaire élevé, promotion très rapide au grade de lieutenant-colonel, etc.) dont a bénéficié ce proche de notre président, très proche puisqu’il est sur toutes les photos et dans tous les bons coups même aux sports d’hiver. Vous me direz c’est normal, puisque c’est son copain, garde du corps privé, bien que ce ne soit pas sa fonction déclarée, se substituant aux services de sécurité officiels.

Du coup les syndicats de police portent plainte pour usurpation de fonction lorsqu’il se déguise en policier violent et de port illégal d’insigne pourquoi pas d’uniforme ? Car on en connaît un autre qui a tendance à se déguiser en footballeur, en aviateur, en marin d’eau douce voire en Président de tous les français bien que les sondages disent le contraire, atteignant le niveau le plus bas depuis son élection, on pourrait porter plainte pour port illégal d’uniforme !

Statut des fonctionnaires et réforme des retraites

16 juillet 2018

 

Alors qu’il n’était pas encore président, seulement ministre en 2015, Emmanuel Macron considérait déjà que le statut de fonctionnaire ne se justifiait plus, on aurait dû se méfier. Maintenant président, il a les mains libres pour mettre en place la disparition de la fonction publique. Son argumentaire est toujours le même, réduire la dette et donc les dépenses de l’état donc réduire le service publique et les agents qui l’assurent. Pour cela en plus de son engagement de supprimer 120 000 postes dans la fonction publique, il complète discrètement ce dispositif en favorisant le recrutement de contractuels pour plus de souplesse et le transfert au privé de nombreuses missions précédemment à la charge de l’état.

Il a déjà bloqué le point d’indice des fonctionnaires en poste, prévoit de mettre en place une rémunération au mérite et surtout une réforme des retraites qui fera disparaître le code des pensions civiles et militaires. Fini la notion de bien publique et d’intérêt général qui sont pourtant les bases de notre république, alors que face à la mondialisation et à la crise écologique qui se profile nous devrions au contraire développer l’intérêt général en s’appuyant sur les biens et les services publiques.

L’autre partie du plan de destruction de ce gouvernement c’est la réforme des retraites, faisant passer notre système jusque là solidaire et collectif vers un système prônant l’individualisme. Le projet consiste à uniformiser public et privé, l’intention reste bonne si c’était en transférant les avantages du public vers  le privé, mais j’ai un doute;  le premier projet dont on nous rabâche les oreilles est une retraite par points calculée de la même façon dans les deux cas à partir du nombre de points accumulés au cours d’une carrière; les gens du privé y sont favorables car le système actuel n’était pas à leur avantage, l’égalité de traitement avec la fonction publique qui semble sortir du projet les satisfait pleinement. Mais un autre système encore plus pernicieux est aussi envisagé, consistant à créer un compte virtuel sur lequel seraient enregistrées les cotisations retraites versées au cours de la carrière de l’individu. Au départ en retraite, la totalité des sommes accumulées serait divisée par le nombre théorique d’années de vie restantes (obtenu à partir de l’espérance de vie dans la classe d’âge) afin de calculer la pension annuelle. Tout cela ne règle pas les inégalités, bien au contraire le fait de retenir une espérance de vie moyenne d’une génération pour le calcul des pensions néglige les différences importantes d’espérance de vie entre les différentes classes sociales en fonction des professions exercées.

Quel que soit le système choisi, il n’y a rien de prévu contre d’éventuelles crises économiques qui se traduiraient par une baisse des pensions. C’en est fini de la garantie apportée par les régimes de pension de la fonction publique qui elles sont garanties par l’état dans la mesure où elles sont inscrites dans le budget tous les ans.

C’est un nouveau projet de société que nous prépare ce gouvernement de comptables, mais ne serait-ce pas au détriment du citoyen français moyen et en faveur d’une autre catégorie de français soit disant plus méritante parce que plus riche ? On peut se poser la question. Avec 84 % des français qui pensent que ce jeune président imbu de lui-même manque d’humilité, les jeunes diraient qu’il se la pête ! Je ne suis pas loin de penser comme eux.

 

mcron imbu

 

Pour en finir lors du congrès à Versailles, il a voulu rassurer ses concitoyens en déclarant, concernant les pensions de réversions : « rien ne changera aujourd’hui pour les retraités », « et demain » ont proclamé astucieusement quelques députés, ce qui a engendré quelques remous dans la salle qui par principe ne doit pas intervenir lors du discours du président. Par cette intervention que l’on peut assimiler à un aveu, ce qui n’était qu’une rumeur est devenu une information, l’opposition va en faire des choux blancs et il va falloir ramer pour la faire oublier, Monsieur le Président !

Une dernière de Macron pour le fun : «  la retraite n’est pas un droit pour lequel on a cotisé toute sa vie, mais ce que les actifs paient pour les retraités ».

La France est championne du monde de football depuis hier soir ! La cote de Macron va sûrement remonter bien qu’il ne joue pas vraiment au foot. Il faut se souvenir que Chirac avait pris 13 points après la coupe du monde de 1998 ! On craint le pire.

12345...16